Charles-Olivier Roy a modélisé une ébauche de ce à quoi la vue de chez lui pourrait ressembler si le projet de remplacement des Scies Mercier était réalisé. (Photo 1 : après. Photo 2 : avant.) - CRÉDIT : CHARLES-OLIVIER ROY

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Olivier Roy sollicite les citoyens à s’opposer à ce projet qui «changera le cœur du Vieux-Lévis».

Celui dont la famille possède depuis près de 150 ans les terrains voisins des Scies Mercier a modélisé, selon les barèmes établis par les promoteurs, ce à quoi pourrait ressembler l’immeuble si le projet se concrétisait. Pour Charles-Olivier Roy, qui a une expertise dans le domaine de la modélisation et qui modélisé la statue du chevalier de Lévis qui s’élève sur la terrasse située dans le Vieux-Lévis, le projet de remplacement des Scies Mercier cachera entièrement la vue des voisins et ne s’harmonisera pas au style du vieux quartier lévisien.

«Il y a, oui, notre intérêt personnel dans cet enjeu, mais il se conjugue très facilement avec l’intérêt de tous les citoyens de la ville de Lévis et tous ceux qui visitent le cœur du Vieux-Lévis pour profiter de ce secteur. Si on perd ce combat-là, tout le monde va perdre», expose-t-il.

Le Lévisien souligne que les propriétaires du terrain et du bâtiment qui abritaient autrefois les Scies Mercier ont laissé l’immeuble «tomber en ruines». Selon lui, les plans du projet qui ont été présentés à la Ville sont «trompe-l’œil», c’est ce qui l’a poussé à faire une modélisation de son cru du projet et l’a intégré dans les images satellites de Google Earth pour montrer une tout autre perspective.

Ajoutons que M. Roy comprend que la réfection du bâtiment serait onéreuse, mais il soutient qu’un projet de remplacement public comme un parc serait bien plus approprié.

Une adoption de règlement qui inquiète

Pour le voisin des Scies Mercier, une autre problématique ressort de ce dossier puisqu’un règlement a été adopté par le conseil municipal concernant le règlement sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) – volet patrimonial. Ce règlement en vigueur depuis mars 2020 indique que si un bâtiment de grande valeur patrimoniale est démoli en raison d’un sinistre ou d’une demande de démolition autorisée par la Ville, son terrain perd sa vocation de grande valeur patrimoniale et n’est donc plus soumis aux règlements entourant le volet patrimonial lors de la construction d’un projet de remplacement.

«La Ville ouvre grand la porte à un changement radical dans le Vieux-Lévis. On pourrait voir des choses incroyables apparaître à côté du couvent de Lévis, on pourrait voir des condos ultras modernes à côté de L’Anglicane et ainsi de suite», s’inquiète M. Roy.

La Ville suit les processus établis

Questionné à ce propos lors d’une mêlée de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier a souligné qu’il était «un peu prématuré» pour le conseil municipal de prendre position puisqu’il n’a pas encore été «saisi du dossier» comme le comité désigné à ce projet y travaille toujours, conformément au processus à respecter.

De son côté, la direction des communications de la Ville de Lévis a mentionné dans un échange de courriels avec le Journal que «le comité de démolition doit, entre autres, évaluer le projet en fonction des critères énumérés à l’article 13 du règlement, dont l’harmonisation du bâtiment et de l’aménagement dans le voisinage ainsi que l’effet du bâtiment et de l’aménagement sur la qualité de vie du voisinage» et que «les élévations et des simulations visuelles ont été fournies par les requérants dans leur demande».

Concernant la modification à la règlementation, la direction des communications soutient qu’un terrain vacant ne possède pas de valeur patrimoniale en fonction de ce règlement. «Donc, si un bâtiment disparait en fonction d’un sinistre (incendie, effondrement, etc.) ou d’une démolition autorisée, il n’y a plus de valeur patrimoniale puisqu’il n’y a plus de bâtiment. Une valeur patrimoniale d’un bâtiment n’est pas transférable à son terrain», a spécifié la Ville. Cette dernière indique finalement qu’«un terrain peut évidemment avoir une valeur paysagère, une valeur de localisation, une valeur historique et archéologique», mais qu’il ne faut pas le confondre ces éléments avec ceux reliés à la valeur patrimoniale d’un bâtiment.

Les plus lus

L’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis bondée

Comme dans d’autres hôpitaux du Québec, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis est présentement victime de débordement, ce qui met ce service sous haute pression.

Incendie mortel dans une résidence de Lévis

Les pompiers du Service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) ainsi que les policiers du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) sont intervenus le 16 juillet au soir alors qu’une maison s’est enflammée sur la rue Sainte-Thérèse à Lévis. Le SPVL a confirmé que deux personnes qui étaient dans la résidence ont perdu la vie en raison du violent incendie.

Une solution lévisienne pour accessoiriser sa piscine

La designer industriel lévisienne, Pénélope Rouillard Bazinet, a lancé son entreprise d’accessoires de piscine, Polo – Accessoires pour piscine, au début du mois de juin dernier. Ainsi, les propriétaires de piscines peuvent se procurer ses produits qui empêchent les débris naturels qui tombent dans la piscine de boucher l’écumoire.

Pont Pierre-Laporte : la première phase des travaux majeurs se termine plus tôt que prévu

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a annoncé mardi matin la fin du premier blitz de travaux sur le pont Pierre-Laporte, qui devait se terminer demain.

Le Regroupement des traversiers annule la journée de grève prévue à la traverse Québec-Lévis

Les syndicats membres du Regroupement des traversiers affiliés à la FEESP-CSN ont annoncé, le 1er juillet, l’annulation des journées de grève prévues les 2 et 3 juillet prochains aux traverses de Québec-Lévis, Matane-Baie-Comeau-Godbout et Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola.

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

COVID-19 : trois nouveaux cas découverts au cours des trois derniers jours

Le ciel continue d'être clair en Chaudière-Appalaches en ce qui a trait à la pandémie de COVID-19. Au cours des trois derniers jours, seulement trois nouveaux cas ont été découverts pour l'ensemble du territoire.

Plus d’1 M$ pour le Défi têtes rasées de Québec et Lévis

La campagne régionale du Défi têtes rasées Leucan de Québec et Lévis s’est conclue le 29 juin dernier au Centre Vidéotron alors que les hommes d’affaires qui prenaient part au Défi des leaders inspirants se sont fait raser les cheveux pour la cause. Au total, le défi de Québec et Lévis s’est terminé avec un montant record de 1 127 345 $.

Repensons Lévis veut créer un parc dans le quartier Lévis

Le parti politique municipal Repensons Lévis (RL) a dévoilé, le 27 juin, son premier engagement en vue de la prochaine campagne électorale. Par l’entremise de ses candidats pour les postes de conseillers des districts Christ-Roi et Saint-David, Gaston Gourde et Sylvain Gagnon, la formation a partagé son désir de voir le corridor actuellement inutilisé entre la rue Chateaubriand et le chemin des Îl...

COVID-19 : deux nouveaux cas découverts dans la région

Le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue d'être faible en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie préparé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), seulement deux citoyens de la région ont appris au cours des 48 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.