Les femmes devant l’Assemblée nationale lors de la Marche du pain et des roses de 1995. CRÉDIT : COURTOISIE

Le comité Chaudière-Appalaches de la Marche mondiale des femmes a souligné le 27 mai dernier le 26e anniversaire de la tenue de la Marche du pain et des roses. Pour ce faire, l’instigatrice de l’événement, Françoise David, a offert une conférence virtuelle.

L’ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et instigatrice du projet, Françoise David, a partagé l’histoire de la marche avec les participantes lors de la conférence en ligne.

Rappelons que la Marche du pain et des roses s’est déroulée en 1995. Des centaines de Québecoises ont alors parcouru 20 kilomètres par jour pendant 10 jours, soit un total de 200 kilomètres, du 26 mai au 4 juin 1995. Elles souhaitaient la mise en place de mesures pour lutter contre la pauvreté et protéger davantage les droits des femmes.

Une idée et des femmes

Avant la marche de 1995, le mouvement des femmes a vécu des moments difficiles, s’est rappelée Françoise David.

Le massacre de la Polytechnique ainsi que la deuxième récession n’ont pas été de tout repos. À la suite de ces événements, les féministes ont gardé profil-bas. Certains médias les accusaient d’avoir causé les féminicides avec toutes leurs revendications. Elle ajoute que le mouvement féministe était mal perçu et que plusieurs femmes se trouvaient sous le seuil de la pauvreté.

«L’idée, on la doit à Martin Lutter King rien de moins et sa marche de 1963 où des milliers de personnes ont marché jusqu’à Washington.» L’idée de la Marche du pain et des roses avait alors été proposée au conseil d’administration de la FFQ.

«Je n’avais jamais vu un projet se mettre en route aussi rapidement. Si ça l’a fonctionné, c’est qu’on était rendu là. On avait besoin de se retrouver. C’était un besoin individuel et collectif», assure-t-elle.

Au départ, c’était deux contingents qui devaient participer à la Marche du pain et des roses. Les femmes qui participaient à la marche devaient partir de Montréal afin d’atteindre Québec, mais finalement, un troisième groupe de femmes a décidé de participer à l’événement et a amorcé son périple de Rivière-du-Loup.

L’événement avait été énormément médiatisé. À leur arrivée devant l’Assemblée nationale du Québec le 4 juin 1995, il y avait 18 000 personnes pour les accueillir ainsi que le premier ministre du Québec, Jacques Parizeau, et des ministres du gouvernement provincial.

Revendications

Cette mobilisation féministe avait pour but de mettre en lumière neuf revendications, concernant la pauvreté des femmes et leurs droits.

Quatre d’entre elles visaient l’amélioration des conditions de travail ainsi que l’équité tant au niveau salarial que pour les infrastructures sociales. Trois autres revendications favorisaient plutôt le soutien financier des étudiantes et des professionnelles ainsi que le dépôt direct des pensions alimentaires. Puis, il y avait la création de nouveaux logements sociaux et la réduction du temps de parrainage pour les femmes immigrantes parrainées par leur conjoint.

L’augmentation du salaire minimum a été retenue ainsi que l’équité salariale et la pension alimentaire. Des financements ont été obtenus pour des infrastructures sociales qui se sont développées sur plusieurs années. Il y a eu des emplois de plus pour les femmes. Le parrainage des femmes immigrantes a été diminué à trois ans plutôt que dix, et il y a eu l’ajout de nouveaux logements sociaux.

Impact régional

En plus des retombées provinciales de l’événement, la Marche du pain et des roses a aussi fait une différence dans la région. «Ce sont plus de 200 femmes qui ont marché dans Lotbinière», raconte Martine Turgeon du Centre-Femmes de Lotbinière. Lors de leur huitième journée de marche, le groupe se trouvait dans la région. À l’époque, elles avaient fait la une du journal local. «Pour la jeune intervenante que j’étais et pour la femme que je suis aujourd’hui, la Marche du pain et des roses est un moment inoubliable.»

«Il faut retenir les liens de solidarité qui ont été créés entre les femmes du Québec, cette compréhension féministe. Au-delà des différences, on est capable de travailler ensemble», conclut Mme David.

Les plus lus

Retour d’un visage connu dans les paroisses lévisiennes

À la suite de l’annonce du départ prochain de Paolo Maheux, le curé des trois paroisses catholiques du Grand Lévis, l’archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, a annoncé, le 22 juin, les changements apportés à l’équipe pastorale de ces trois paroisses pour la prochaine année.

Plus d’1 M$ pour le Défi têtes rasées de Québec et Lévis

La campagne régionale du Défi têtes rasées Leucan de Québec et Lévis s’est conclue le 29 juin dernier au Centre Vidéotron alors que les hommes d’affaires qui prenaient part au Défi des leaders inspirants se sont fait raser les cheveux pour la cause. Au total, le défi de Québec et Lévis s’est terminé avec un montant record de 1 127 345 $.

Centraide Québec et Chaudière-Appalaches investit plus de 1 M$ à Lévis

Centraide redonnera cette année un montant de 15 000 511$ permettant d’aider les organismes de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches. Lévis bénéficiera d’un montant de 1 280 130 $ qui seront répartis dans 22 organismes communautaires ou projets de la communauté.

Marche pour l’Alzheimer 2021 : un franc succès

La 14e édition de la Marche pour l’Alzheimer IG Gestion de patrimoine qui s’est déroulée du 29 au 30 mai, a rapporté 49 177 $ à la Société Alzheimer Chaudière-Appalaches. Comme l’an passé, la marche s’est déroulée virtuellement, mais cette année, l’organisme a amassé trois fois plus d’argent qu’en 2020.

Le Marché Ostara encourage les producteurs locaux tout l’été

Chaque dimanche à compter du 11 juillet jusqu’au 12 septembre de 11h à 15h, le Marché Ostara débarquera dans la cour arrière du Patro de Lévis. À cette occasion, une vingtaine de marchands et producteurs locaux vendront leurs produits aux intéressés.

5 000 $ pour la Campagne Donnez de l’ESPOIR

La Fondation du CRDP-CA (Centre de réadaptation en déficience physique Chaudière- Appalaches) a reçu une somme de 5 000 $ dans le cadre de la Campagne de financement Donnez de l’ESPOIR, le 21 juin dernier. Ce sont Promutuel Assurances Rive-Sud, Chaudière-Appalaches et Montmagny/ l’Islet qui ont accordé cette généreuse contribution.

Le défi Kavale traverse Lévis en direction de Gatineau

Les ultramarathoniens Yvan L’Heureux et Richard Turgeon parcouraient 1 300 km, entre Percé et Gatineau, à la course et à vélo afin d’amasser des fonds pour le Regroupement des maisons de jeunes du Québec. Le duo qui débutait son aventure le 1er juillet et la terminait le 10 juillet était de passage à Lévis, le 7 juillet dernier.

Deux événements profitables pour le Collège de Lévis

Les deux plus récentes activités de financement au profit de la Fondation Collège de Lévis ont été couronnées de succès. Elles ont permis à l’organisme lévisien de recueillir plusieurs milliers de dollars.

Un beau cadeau pour des jeunes persévérants

Trajectoire-emploi et MonChoixmesÉtudes ont réservé une belle surprise, le 16 juin dernier, à la vingtaine de jeunes qui participent au projet Les Enfants Perdus, de l’artiste lévisien Luca Jalbert.

Un nouveau logo pour le CRECA

Pour souligner ses 30 ans, le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches (CRECA) fait peau neuve en se dotant d’un nouveau logo et d’un nouveau site Web. L’organisme en a fait l’annonce le 5 juillet dernier.