La Chambre de commerce de Lévis demande aux entreprises de les informer par rapport à la situation difficile qu’elles vivent actuellement reliée à la COVID-19. CRÉDIT : ARCHIVES

La situation mondiale actuelle en ce temps de la COVID-19 est très difficile pour plusieurs secteurs d’activités, dont le secteur économique. Les entreprises de la région sont débordées ou contraintes de fermer temporairement leurs portes. Plusieurs mesures ont été mises sur pied, mais la situation ne cesse d’évoluer.

«Les entreprises ne sont pas en panique, mais plutôt découragées. Il y a eu de la gestion de crise à l’interne, ça, c’est passé. Ils sont en train de s’organiser. Là, ils essaient de prévoir ce qui rentrera et ce qui ne rentrera pas dans les jours à venir. Malheureusement, les mises à pied ont commencées et les fermetures temporaires se multiplient», met en lumière Marie-Josée Morency, directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL).

Afin de faire face à cette situation difficile et incertaine, la CCL redouble d’ardeur pour soutenir et conseiller les entrepreneurs de la région. De concert avec la Ville de Lévis, la CCL sonde actuellement les entreprises de la région pour connaître le pouls sur le terrain et leurs besoins. Elle a aussi créé une page sur son site Web appelée Cellule d’entraide où toutes les informations nécessaires aux entrepreneurs pour faire face à la situation sont rassemblées. Pour la consulter, vous pouvez visiter le www.cclevis.ca, sous l’onglet Votre chambre, à la rubrique Cellule d’entraide CCL-Covid-19.

«Tous les jours, on a des rencontres avec les autres chambres de commerce du Québec et la fédération. On a même la chance de discuter avec des ministres. On parle avec les gouvernements fédéral et provincial ainsi qu’avec la municipalité. On est très agile actuellement, mais il faut que les entreprises nous alimentent pour bien les diriger vers les bonnes ressources», souligne la directrice générale.

Pour Marie-Josée Morency, la COVID-19 laissera une trace indélébile dans la communauté entrepreneuriale. «Il y a beaucoup d’introspection qui se fait chez les entrepreneurs en ce moment. Je pense qu’il va avoir du positif qui ressortira de ça, mais c’est trop tôt pour le voir, croit-elle. Dans la communauté lévisienne, si on peut se serrer les coudes et acheter local, je pense qu’on peut réussir à passer à travers ça.»

L’industrie du voyage débordée

Les agences de voyages sont actuellement surchargées puisqu’elles doivent rapatrier leurs clients au pays et annuler bon nombre de voyages prévus au cours des prochains mois. «Depuis le début de l’hiver, on voyait la situation du coronavirus s’étendre plus loin que la Chine. Donc, on surveillait ça de près pour réagir en temps et lieu. Disons que cela demande énormément de travail pour notre agence afin d’assurer la sécurité des voyageurs qui font affaire avec nous», explique Jérôme Demers, propriétaire et associé chez Voyage Vasco Lévis.

Ce dernier assure que son équipe travaille du matin au soir à répondre aux différentes demandes urgentes de leurs clients malgré que peu de revenus sont liés à cette charge de travail. M. Demers a été en mesure de rapatrier un groupe de voyageurs qui se situait dans un pays de l’Amérique latine qui fermait progressivement son espace aérien interne. Il leur a trouvé des billets sur le dernier vol intérieur du pays qui les amènerait vers la capitale puis vers le Canada.

«C’est beaucoup de travail, mais on était un peu préparé à ça. On n’a pas été pris de cours, mais c’est une immense charge de travail», mentionne-t-il.

Les salons d’esthétique et de coiffure fermés

Œuvrant dans l’industrie de l’esthétique depuis 15 ans, Julie Fontaine travaille à son compte comme esthéticienne. Son entreprise se situe à son domicile. L’entrepreneure avait déjà décidé de fermer les portes de son commerce par responsabilité sociale, le 19 mars dernier, soit trois jours avant l’annonce gouvernementale qui oblige maintenant les salons d’esthétique, de coiffure et de soins personnels à fermer boutique. 

«Au-delà de l’aspect financier, on ne veut pas perdre notre clientèle, c’est tellement difficile à se faire, mais tellement facile à perdre», expose Mme Fontaine.

Elle qui avait mis en place des mesures afin de s’assurer de ne pas se contaminer ou que ses clients s’infectent dans son commerce, jugeait que la situation était trop critique pour continuer les activités de son entreprise. Malgré tout, ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle a pris cette décision. 

«C’est une grosse décision à prendre parce qu’on est dans l’inconnu», soutient l’esthéticienne.

Les plus lus

Une trentaine de spécialistes souhaités au Complexe Santé Lévis-Les Rivières en 2021

Medway, qui gère trois complexes médicaux à Lévis, annonce deux nouveaux investissements sur le territoire. Le groupe agrandira le Complexe Santé Lévis-Les Rivières pour 10 M$. L’entreprise lévisienne s’est aussi portée acquéreur des murs et du terrain de la Clinique médicale Lévis-Métro.

Une entreprise lévisienne masque le premier ministre

Isabelle Senay et son équipe ont été mises sous les projecteurs le 18 mai dernier lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir lors de son point de presse quotidien que le masque qu’il arborait provenait de l’entreprise lévisienne Ruban et bouton.

Les services funéraires perturbés par la COVID-19

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Des commerçants envahis par les consommateurs

Comme dans d’autres régions du Québec, les commerçants lévisiens offrant des produits permettant aux gens du Grand Lévis de profiter de l’extérieur sont pris d’assaut par de nombreux consommateurs. Particulièrement la fin de semaine, de longues files d’attente peuvent être observées.

Primes pour les employés de résidences pour aînés : la CSN déplore le comportement du Groupe Sélection

Par voie de communiqué, plusieurs dirigeants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont déploré, le 21 mai, que le Groupe Sélection «a choisi à ce jour de ne pas verser les montants rétroactifs au 15 mars» à ses employés alors que «plusieurs employeurs du secteur privé ont accepté de verser des primes à leurs employés des résidences pour personnes âgées pour la durée de la crise de la C...

Réseau Emplois 50 ans + annulé

En raison de la crise de la COVID-19 toujours en cours et des directives sanitaires en vigueur, APE Services d’aide à l’emploi a annoncé, le 30 avril, l’annulation de Réseau Emplois 50 ans +.

La COVID-19 influence les résultats financiers de Desjardins

Le Mouvement Desjardins a présenté, le 13 mai, ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2020. Une baisse des excédents est survenue, provoquée par la crise économique causée par la pandémie de la COVID-19.

Le taux de chômage explose dans la région

La crise de la COVID-19 continue d’être dommageable pour l’économie. Selon les dernières estimations que l’on peut retrouver dans l’Enquête sur la population active (EPA) du mois d’avril de Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont fait partie de Lévis, a atteint 9,5 % au mois d’avril.

Un retour aux affairesqui se déroule bien

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.

Agriculture : Sollio s'attend à un programme d'aide «mieux adapté à la réalité»

Si Sollio Groupe Coopératif est heureux «du premier pas» de 252 M$ consenti par Ottawa afin d'aider le secteur agroalimentaire face à la crise de la COVID-19, il estime toutefois que le gouvernement fédéral doit en faire davantage afin de limiter «les multiples impacts» pour cette industrie.