Bien qu’il ne puisse pas renouer avec la compétition en raison de la pandémie, David Baillargeon tente de tirer profit de cette pause qui s‘étire depuis huit mois. CRÉDIT : COURTOISIE

Comme plusieurs athlètes sportifs, le joueur de squash lévisien David Baillargeon n’a pas pris part à une compétition depuis février dernier. La 91e raquette mondiale était en pleine ascension lorsque la pandémie a frappé le monde entier de plein fouet. Le Lévisien est toujours dans l’attente de pouvoir renouer avec sa passion, qui est par le fait même son métier.

Jusqu’au début du mois de juin dernier, Baillargeon et son entraîneur, Yvon Provençal, ont dû trouver différentes façons de s’entraîner puisque les clubs de squash étaient fermés. Puis lorsqu’ils ont rouvert, le Lévisien s’est réjoui de la nouvelle. Malgré tout, son programme d’entraînement reste encore modifié. 

«Les quatre premiers mois, je n’ai pas joué au squash du tout. Je me suis entraîné physiquement, j’ai tenté de le faire deux fois par jour comme je le fais normalement. Je voyais mon entraîneur dans les parcs à l’extérieur, je pratiquais les mouvements de squash, mais ça ne reste pas très réaliste sans balle. On a recommencé tranquillement en suivant les règles avec la distanciation des deux mètres quand les clubs ont ouvert, mais quand on joue au squash ce n’est pas vraiment l’idéal», explique-t-il en entrevue téléphonique avec le Journal.

Une fin et un début de saison à l’eau

La 91e raquette mondiale attendait avec impatience les championnats canadiens qui devaient se dérouler en mai puisqu’il avait pour objectif de les remporter pour une première fois en carrière, mais ces derniers n’ont jamais eu lieu.

La nouvelle saison a repris en septembre, mais aucun tournoi en sol canadien n’est prévu d’ici la fin de l’année et pour l’année prochaine. Seulement la Coupe Nash, que la ville de London en Ontario devait accueillir, était prévue à la mi-novembre, mais l’organisation a dû l’annuler le 28 octobre puisque la Santé publique n’a pas été en mesure de donner son feu vert.

Quelques tournois européens sont à l’horaire également, mais ces derniers sont réservés aux joueurs habitant dans des pays limitrophes du pays qui l’organise et la Professional Squash Association organise encore ses tournois internationaux, mais ces derniers sont réservés aux 48 meilleurs joueurs au monde.

«Je suis dans une zone où c’est impossible pour moi de participer à des tournois comme tous les autres athlètes de mon niveau. La zone entre le 60e et le 120e au monde, on réussit à gagner notre vie avec le squash, mais ces temps-ci, c’est vraiment difficile, partage le Lévisien. Je n’ai pas grand espoir que la saison revienne, je m’imagine pouvoir participer à peut-être deux tournois. Habituellement, j’en joue une vingtaine. Je me concentre sur les championnats canadiens qui sont au mois de mai et qui finissent la saison. C’est un de mes objectifs et j’espère qu’ils auront lieu.»

Garder la motivation

Malgré toute cette adversité qui frappe le monde sportif, Baillargeon s’accroche à l’espoir de retrouver la compétition et voit cette pause comme une opportunité de donner son 100 % à l’entraînement afin de revenir dans une forme physique impeccable. «C’est sûr que pour retrouver mon niveau de jeu, ça va prendre quelques semaines de compétition, si ce n’est pas plus. Les coups vont rester, mais le temps de réaction, les petits mouvements spécifiques à un match de squash et la façon que tu réagis quand l’autre joueur frappe la balle, ce sont des choses qui sont très difficiles à simuler», expose-t-il.

Au cours de la dernière saison, le joueur de squash lévisien cumulait les finales et les demi-finales sur le circuit avant de voir le reste de sa saison annulée. Il tentera de retrouver cet élan important qui lui aurait permis de «passer au prochain niveau» de sa carrière dès qu’il renouera avec la compétition.

Les plus lus

Lettre ouverte - Santé physique et mentale : Le sport organisé est un coéquipier

Le sport organisé par les fédérations sportives, le Réseau du sport étudiant du Québec, les programmes sport-études et les organisations multi-sports doivent être un secteur prioritaire à redémarrer partout au Québec.

Un programme sportif sur mesure au Juvénat

Dès la rentrée de l’automne 2021, le nouveau programme sport-études Sport 3D accueillera sa première cohorte composée d’une soixantaine d’élèves au Juvénat Notre-Dame du Saint-Laurent. Sport 3D permettra aux élèves de l’école secondaire privée lévisienne de pratiquer une multitude de sports pendant leurs cinq années d’étude.

David Baillargeon : dans l’attente d’un retour au jeu

Comme plusieurs athlètes sportifs, le joueur de squash lévisien David Baillargeon n’a pas pris part à une compétition depuis février dernier. La 91e raquette mondiale était en pleine ascension lorsque la pandémie a frappé le monde entier de plein fouet. Le Lévisien est toujours dans l’attente de pouvoir renouer avec sa passion, qui est par le fait même son métier.

Alexandra Gauvin conserve son poste sur le CA du RSEQ

Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) a dévoilé son nouveau conseil d’administration (CA) pour 2020 et 2021, le 26 octobre dernier. Alexandra Gauvin, conseillère au service des sports du Cégep de Lévis (CL) occupera de nouveau le poste de vice-présidente au secteur collégial.

Gabriel Leblond choisit le Rouge & Or

Le porteur de ballon lévisien qui évoluait pour les Faucons du Cégep de Lévis, Gabriel Leblond, a choisi d’évoluer avec l’équipe de football du Rouge & Or de l’Université Laval, le 26 octobre.

Laurent Dubreuil, l’athlète de l’année

Le patineur de vitesse lévisien Laurent Dubreuil a remporté deux prix lors du Gala de l’athlète, qui s’est déroulé de façon virtuelle le 22 octobre dernier. Le Lévisien a connu sa meilleure saison en carrière l’hiver dernier en se classant au troisième rang du classement cumulatif aux 500 mètres et 1 000 mètres au circuit de la Coupe du monde.

Modification du cycle des Finales des Jeux du Québec

SPORTSQUÉBEC a annoncé, le 2 novembre, le report des 57e, 58e et 59e éditions des Finales des Jeux du Québec en raison de la COVID-19, l’organisme avait déjà reporté ses 55e et 56e éditions au printemps dernier. Du même coup, ces reports auront une incidence sur le cycle de la tenue de l’événement.

Le travail des ILS salué par les milieux scolaires

Puisque les intervenants en loisir scolaire (ILS) doivent redoubler d’ardeur afin de contribuer aux différentes activités de la vie étudiante dans les établissements scolaires de la région, l’Unité régionale de loisir et de sport de la Chaudière-Appalaches (URLS-CA) a lancé la campagne #Allumeursd’Étoiles afin de souligner leur travail et leurs efforts, le 29 octobre.

Lettre ouverte - Parce que, nous aussi, nous souhaitons que nos jeunes bougent!

Hockey Québec, qui est un organisme mandaté par le ministère de l’Éducation pour régir son sport et qui est membre de Hockey Canada, agit à titre de leader et est responsable des programmes de hockey sanctionnés dans la province.