Photo : Gilles Boutin

Quelques jours après la fin de la 42e législature à l’Assemblée nationale, le député provincial des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, a dressé le bilan de son dernier mandat lors d’une rencontre avec le Journal de Lévis. Selon l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ), les quatre dernières années ont permis plusieurs avancées pour sa circonscription.

«Ce que je retiens de notre premier mandat au pouvoir, c’est que le gouvernement de la CAQ a ramené la fierté au sein de la population et la confiance dans le monde des affaires. Même en gérant la pandémie, le gouvernement a continué d’avancer et de réaliser ses engagements pour fournir de meilleurs services à la population», a d’emblée soutenu M. Picard, lors d’une entrevue le 15 juin.

Localement, le député des Chutes-de-la-Chaudière est heureux d’avoir vu le gouvernement investir dans plusieurs projets. Dans le domaine de la santé, Marc Picard s’est réjoui de la construction en cours d’une maison des aînés à Saint-Étienne-de-Lauzon ainsi que de l’amélioration des services au Centre Paul-Gilbert de Charny au cours des dernières années.

Du même souffle, Marc Picard a tenu à rappeler le soutien bonifié de Québec envers les organismes communautaires lors de la crise sanitaire. Pour les enfants, Marc Picard est aussi heureux d’avoir vu le projet d’agrandissement des deux pavillons de l’École du Grand-Voilier de Saint-Nicolas se concrétiser. S’il convient que du travail reste à faire pour rendre accessible des places en garderie dans son comté, l’élu caquiste a rappelé que près de 150 places avaient été créées dans Chutes-de-la-Chaudière.

Un autre élément de fierté pour Marc Picard est l’appui offert par le gouvernement provincial à divers projets économiques, comme l’arrivée de QScale ou la construction de la nouvelle serre de Productions horticoles Demers. 

Il est également heureux que le gouvernement caquiste ait investi 700 000 $ dans les infrastructures de loisir de la région, notamment aux Sentiers La Balade.

D’autres gains

Dans un autre ordre d’idées, Marc Picard n’a pas caché sa fierté devant les avancées obtenues dans le dossier Sanimax. Si le plan d’action gouvernemental ne garantit pas l’élimination totale des odeurs produites par l’usine d’équarrissage de Charny, les mesures prises aideront à atténuer le plus possible les désagréments provoqués par les opérations de Sanimax, selon le député.

Sujet d’importance dans Chutes-de-la-Chaudière, les infrastructures routières ont aussi occupé Marc Picard au cours des quatre dernières années. L’élu lévisien est d’ailleurs satisfait de voir avancer le projet de prolongement à trois voies de l’autoroute 20 entre la tête des ponts et Lévis, la transformation des routes 116 et 132 à Saint-Nicolas jusqu’à la tête des ponts en boulevard urbain ainsi que de constater que le troisième lien a franchi de nouvelles étapes au cours du mandat actuel.

«On voulait que la transformation de la route des Rivières en boulevard urbain se concrétise dans le mandat actuel, mais c’est un projet très complexe. En plus, avec le nouveau quartier de plusieurs milliers de portes qui verra le jour près des ponts, les analyses ont dû être refaites. Je trouve ça long, mais il faut prendre le temps de le faire correctement. […] Quant au troisième lien, notre gouvernement a été clair, il va se faire», a déclaré M. Picard.

De nouveaux rôles à découvrir

Le mandat actuel a aussi été synonyme de l’apprivoisement d’une nouvelle réalité à l’Assemblée nationale pour le politicien lévisien. Député des Chutes-de-la-Chaudière depuis 2003, ce n’est que lors du mandat actuel que Marc Picard a enfin eu la chance de faire partie de la formation politique qui assure les destinées de la province.

«Ça aide à faire avancer les dossiers, mais d’être dans le parti qui forme le gouvernement, on réalise plus l’importance de la machine bureaucratique. Toujours dans le respect des normes, il faut travailler pour les faire avancer le plus rapidement possible», a partagé M. Picard.

Au cours de la législature, le député des Chutes-de-la-Chaudière était également le premier vice-président de la chambre, un rôle qui l’a obligé à éviter les annonces ou commentaires partisans. Une position qui a également amené un certain lots de critiques alors que plusieurs électeurs ne se gênent pas pour dire que Marc Picard n’est notamment qu’un «député fantôme» depuis la crise sanitaire. Une attaque injustifiée selon le politicien qui siège depuis 19 ans à l’Assemblée nationale.

«Avec la fin de la législature, je retrouve mon droit de parole. J’aurais pu pendant le mandat, mais c’est plus délicat lorsque tu es vice-président de la chambre. […] Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de grogne, mais la grogne est volubile et plus présente sur les médias sociaux. Dans la population en général, il y a une très bonne réception. Les gens comprennent la difficulté de la tâche qu’il y avait pendant la pandémie et des décisions à prendre. Il n’y avait pas un manuel pour nous aider», a affirmé Marc Picard.

Poursuivre le travail

Ainsi, le député des Chutes-de-la-Chaudière n’est pas inquiet outre mesure par la popularité du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans la région. Le représentant de la CAQ a indiqué au Journal qu’il faisait confiance à la population «pour bien jauger les différentes propositions faites par les différents partis». «D’être contre tout le système c’est quelque chose, mais il faut voir ce qu’on propose en lieu et place», a-t-il ajouté en lançant une pointe au PCQ.

Pour sa part, Marc Picard espère que l’analyse de ses concitoyens lui permettra d’obtenir un septième mandat consécutif comme  représentant des résidents des Chutes-de-la-Chaudière.
«Je préfère le côté terrain que celui législatif au travail de député. J’ai encore la motivation et l’énergie pour être député. J’adore rencontrer et aider les gens. Ce n’est pas un aspect du travail de député qu’on voit le plus, mais on aide chaque semaine des gens au bureau de comté. C’est une des belles parties du travail de parlementaire. On change littéralement des vies», a conclu M. Picard.

Les plus lus

Le président de la SHB est le candidat conservateur dans Bellechasse

Comme l’a dévoilé il y a quelques semaines La Voix du Sud, le président de la Société historique de Bellechasse (SHB), Michel Tardif, sera le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Bellechasse lors des élections provinciales cet automne. Le chef de cette formation politique, Éric Duhaime, en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse à Saint-Anselme, le 2 juin.

François Paradis confirme son départ

Par voie de communiqué, le député de Lévis et président de l’Assemblée nationale du Québec, François Paradis, a confirmé, le 3 juin, la rumeur qui circulait depuis quelques semaines. L'élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) ne sera pas candidat lors des prochaines élections provinciales cet automne.

Paradis quitterait, Drainville le remplacerait

Selon ce qu'affirment plusieurs médias nationaux, le député provincial de Lévis, François Paradis, ne se représenterait pas aux prochaines élections provinciales cet automne. Pour le remplacer à titre de candidat de sa formation politique, la Coalition avenir Québec (CAQ) aurait mis la main sur Bernard Drainville, animateur de radio à Montréal, ancien journaliste de Radio-Canada et ancien élu péqu...

Conseil en bref : des enjeux de main-d’œuvre retardent la collecte du compost

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 13 juin dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Pont Pierre-Laporte : Lehouillier lance un appel à la «solidarité régionale»

À la suite d’un reportage conduit par Radio-Canada qui révélait une situation d’urgence au niveau des suspentes du pont Pierre-Laporte, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a interpellé la population et a invité le ministère des Transports du Québec (MTQ) «à passer à l’action» dans le dossier du troisième lien, le 16 juin.

Bernard Drainville portera les couleurs de la CAQ à Lévis aux prochaines élections

Le premier ministre du Québec et chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a confirmé les rumeurs que l’ancien ministre sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois, Bernard Drainville, sera le candidat de la CAQ dans la circonscription de Lévis aux élections provinciales du 3 octobre prochain. De passage à Lévis, M. Legault a présenté son nouveau candidat, le 7 juin dernier.

Picard fier de son bilan

Quelques jours après la fin de la 42e législature à l’Assemblée nationale, le député provincial des Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard, a dressé le bilan de son dernier mandat lors d’une rencontre avec le Journal de Lévis. Selon l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ), les quatre dernières années ont permis plusieurs avancées pour sa circonscription.

Propos sur l'immigration de François Legault : des organismes de la région en furie

Le Collectif de lutte et d’action contre le racisme (CLAR) et le Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) ont dénoncé, le 2 juin, la façon dont le gouvernement Legault «cible les immigrants du programme de réunification familiale pour faire mousser sa popularité en vue des élections».

Troisième lien : l’appui de la population demeure stable

La Ville de Lévis a révélé un sondage réalisé par la firme Léger lors d’un point de presse à l'hôtel de ville de Lévis, le 30 juin. L’échantillonnage indique un intérêt des populations de Lévis, Québec, de la MRC de Bellechasse ainsi que de la MRC de la Côte-de-Beaupré face au tunnel Québec-Lévis.

Des projets de logements sociaux soutenus par les gouvernements

Le ministre du Logement du Canada, Ahmed Hussen, et la ministre de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest, sont ont annoncé, le 22 février, que 79 projets, qui permettront la construction de 1 458 logements sociaux et abordables au Québec, seront réalisés d’ici la fin de l’année 2022. C’est grâce à un investissement de près de 338 M$ prévu dans le cadre de la Seconde Entente Canada-Québec concern...