Fraîchement élu député de Lévis, Bernard Drainville est le nouveau ministre de l'Éducation et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches. Photo : Capture d'écran

Absent du précédent gouvernement caquiste, les députés lévisiens seront présents dans le nouveau conseil des ministres. Martine Biron et Bernard Drainville ont été nommés dans le nouveau gouvernement provincial dirigé encore par le premier ministre François Legault, le 20 octobre.

Élue députée des Chutes-de-la-Chaudière le 3 octobre dernier, Martine Biron s’est vu confier le portefeuille des Relations internationales et de la Francophonie. L’ancienne journaliste de Radio-Canada sera aussi la ministre responsable de la Condition féminine. Pour sa part, Bernard Drainville, le nouveau député de Lévis depuis le 3 octobre et ancien ministre péquiste, revient au conseil des ministres. Le 20 octobre, il s’est vu confier le portefeuille de l’éducation et il sera aussi le ministre responsable de la Chaudière-Appalaches.

Si Lévis avait été représentée au conseil des ministres jusqu’en 2018 par l’ancienne députée libérale de Bellechasse, Dominique Vien (le quartier Pintendre fait partie de cette circonscription), la dernière présence d’un représentant des Chutes-de-la-Chaudière ou de Lévis au saint des saints ministériel remontait à près de 15 ans.

Dans Chutes-de-la-Chaudière, la dernière représentante de ce comté à avoir été ministre était Denise Carrier-Perreault. Dans les années 90,;a députée péquiste avait été ministre déléguée aux Mines, aux Terres et aux Forêts ainsi que ministre déléguée aux Mines et aux Terres dans le gouvernement de Lucien Bouchard.

Pour Lévis, la dernière présence ministérielle d’une représentante de cette circonscription au conseil des ministres remontait au mandat de Carole Théberge, de 2003 à 2007. La députée libérale s’était alors vue confier les responsabilités de la famille et des aînés dans le premier gouvernement de Jean Charest. Auparavant, Jean Garon (1976 à 1998) et Linda Goupil (1998 à 2003) avaient été ministres sous différents gouvernements péquistes.

Rappelons que même si la Coalition avenir Québec (CAQ) avait obtenu le pouvoir en 2018, leurs représentants dans Chutes-de-la-Chaudière et Lévis, Marc Picard et François Paradis, n’ont pas été nommés ministres pendant le dernier mandat. François Paradis a été le président de l’Assemblée nationale pendant la dernière législature tandis que Marc Picard a été le premier vice-président de la chambre.

Continuité

Avec leur nomination, Martine Biron et Bernard Drainville font partie des quelques nouvelles recrues caquistes qui ont reçu l’appel du premier ministre afin de faire partie de son nouveau gouvernement.    Dans ce groupe, on compte également Christine Fréchette (ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration), Pascale Déry (ministre de l’Enseignement supérieur), Kateri Champagne Jourdain (ministre de l’Emploi), Sonia Bélanger (ministre déléguée à la Santé et aux Aînés), Suzanne Roy (ministre de la Famille), France-Élaine Duranceau (ministre responsable de l’Habitation) et Maïté Blanchette Vézina (ministre des Ressources naturelles et des Forêts).

En effet, le premier ministre mise davantage sur la continuité et plusieurs ministres du précédent gouvernement sont de retour dans le nouveau cabinet. Plusieurs poids lourds conservent leur principal portefeuille, soit Eric Girard (ministre des Finances), Sonia Lebel (présidente du Conseil du trésor), Pierre Fitzgibbon (ministre de l’Économie), Christian Dubé (ministre de la Santé), Benoit Charette (ministre de l’Environnement), Simon Jolin-Barrette (ministre de la Justice et leader parlementaire), Andrée Laforest (ministre des Affaires municipales), Isabelle Charest (ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air), Lionel Carmant (ministre responsable des services sociaux), Caroline Proulx (ministre du Tourisme), André Lamontagne (ministre de l’Agriculture), Ian Lafrenière (ministre responsable des relations avec les Premières nations et les Inuits), Jean Boulet (ministre du Travail) et Éric Caire (ministre de la Cybersécurité et du Numérique).

Certains membres du précédent gouvernement se sont vus confier de nouvelles responsabilités. Geneviève Guilbault et François Bonnardel s’échangent la sécurité publique et les transports tandis que Jonatan Julien devient le ministre responsable des Infrastructures et de la Capitale-Nationale. Mathieu Lacombe passe de la Famille à la Culture et aux Communications. Jean-François Roberge quitte le ministère de l’Éducation pour le ministère responsable de la Langue française, de la laïcité et des Relations canadiennes. Chantal Rouleau sera désormais en charge de la solidarité sociale et de l’action communautaire. Adjointe parlementaire du premier ministre lors du dernier mandat, Christopher Skeete sera quant à lui ministre délégué à l’Économie et responsable de la Lutte contre le racisme.

Plusieurs priorités

Après avoir souligné qu’il comptait s’appuyer sur tous les députés de la CAQ pour atteindre ses objectifs, le premier ministre a indiqué les priorités que son prochain gouvernement, composé de 30 membres en l’excluant, aura lors de ce nouveau mandat. Pour François Legault, son équipe devra porter une attention particulière à l’éducation, la création de richesse, la transition énergétique, l’inflation, la pénurie de main-d’oeuvre, la santé, le déclin du français, la réconciliation avec les peuples autochtones ainsi que l’intégration des immigrants à la communauté québécoise.

«Il va falloir utiliser tous les talents de notre équipe de députés. Nous avons tellement de travail qu’on ne sera pas trop à 90 députés. […] On a une équipe (de ministres) capable de changer le Québec et on veut continuer de changer le Québec. Continuons aussi de mettre l’orgueil de côté. Si on fait une erreur, on l’admet et on corrige le tir. Au final, nous ne devons pas travailler pour les groupes d’intérêt, mais pour nos seuls patrons : les Québécois», a souligné M. Legault, lors de la prestation de serment des membres du nouveau conseil des ministres.

Les plus lus

Inflation : le gouvernement provincial dévoile les détails entourant l'envoi de nouveaux chèques d'aide

Comme il s'y était engagé en campagne électorale plus tôt cet automne, le gouvernement caquiste a officiellement confirmé, le 9 novembre, que Québec enverra un nouveau montant ponctuel à la majorité des Québécois pour les aider à faire face aux effets de l'inflation. Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a alors présenté les détails entourant la mesure.

La Ville inaugure le pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin

Le projet de pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin, qui représente un investissement de 3 M$, dont 1,9 M$ octroyés par le gouvernement du Québec via le Fonds d’appui au rayonnement des régions et 1,1 M$ par la Ville de Lévis, a été inauguré, le 18 novembre dernier. Ce dernier sera ouvert à la population dès le 3 décembre prochain.

Un congrès pour Repensons Lévis

Pour la première fois de son histoire, le parti politique d’opposition à l’Hôtel de Ville de Lévis, Repensons Lévis (RL), tiendra un congrès, le 19 novembre prochain. Lors de l’événement au Juvénat Notre-Dame, les membres et les sympathisants réfléchiront aux grandes orientations qu’ils désirent être inscrits dans la plateforme à venir de la formation politique en vue des prochaines élections muni...

Un premier congrès réussi pour Repensons Lévis

Le parti politique municipal lévisien Repensons Lévis (RL) tenait son premier congrès le 19 novembre dernier au Juvénat Notre-Dame à Saint-Romuald. À cette occasion, le parti d’opposition à la table du conseil municipal lévisien recevait Maxime Pedneaud-Jobin, ancien maire de Gatineau, et Louise Harel, ancienne ministre péquiste, présidente de l’Assemblée nationale du Québec de 2002 à 2003 et chef...

«M. Bonin soulève de faux problèmes», selon le maire

Quelques heures après une conférence de presse de Serge Bonin déplorant le manque de collaboration de Lévis Force 10 (LF10) en son endroit depuis son élection il y a un an, le maire de Lévis et chef de LF10, Gilles Lehouillier, a réagi à cette sortie. «Trouvant plutôt bizarre» les critiques lancées par le seul élu de l'opposition et représentant de Repensons Lévis (RL) à l'Hôtel de Ville, le magis...

«Le réflexe démocratique un peu disparu à Lévis», selon Bonin

Un an après son élection sous les couleurs de Repensons Lévis (RL), le conseiller municipal du district Saint-Étienne et seul représentant de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Lévis, Serge Bonin, a fait une sortie, le 23 novembre, contre le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et son parti qui détient le pouvoir au conseil municipal, Lévis Force 10 (LF10). Affirmant que «sa patience a atteint ses ...

Conseil en bref : un surplus anticipé de 5,7 M$

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 14 novembre dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Audit de la CMQ ciblant l’émission des permis et des certificats à Beaumont

La Commission municipale du Québec (CMQ) a annoncé, le 8 novembre, qu’elle allait réaliser un audit de performance dans la Municipalité de Beaumont. L’audit portera sur l’émission des permis et des certificats.

Nomination pour Stéphanie Lachance

Par voie de communiqué, le premier ministre du Québec, François Legault, a dévoilé l'identité des membres de sa formation politique qui feront partie de son équipe gouvernementale. Comme dans la précédente législature, la députée caquiste de Bellechasse, Stéphanie Lachance, sera adjointe parlementaire.

Élection partielle en février dans le district Christ-Roi

Le Bureau de la présidente d’élection de Lévis a laissé savoir, le 14 novembre dernier, que l’élection partielle dans le district Christ-Roi, provoquée par le départ de la conseillère municipale Andrée Kronström, se tiendra le 19 février prochain.