CRÉDIT : ARCHIVES

Par voie de communiqué, le président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, James Allen, a déploré, le 3 octobre, que certains candidats aux élections fédérales en Chaudière-Appalaches se fassent «du capital politique sur le dos d'une partie de leurs concitoyens», les agriculteurs. Sans les nommer, l'UPA semble s'en prendre aux candidats du Parti populaire du Canada (PPC), une formation qui veut abolir le système de gestion de l'offre dans le domaine agricole.

«Je ne comprends pas qu’on puisse autant mépriser et mal connaître tout un secteur économique dont la base est constituée de familles entrepreneuriales agricoles. Ces milliers d’entreprises, ce sont autant de fiers entrepreneurs qui investissent que de familles agricoles qui contribuent à la vitalité économique de nos municipalités rurales. D’ailleurs, le secteur agricole est l’un des plus grands fournisseurs d’emplois pour l’économie de la région», a lancé M. Allen, tout en rappelant que l’agriculture en Chaudière-Appalaches génère des ventes de l’ordre de 1,84 G$, et ce, annuellement.

Citant une étude de la Société Nielsen, le président des Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches-Sud, Bruno Cyr, a pour sa part contesté l’idée selon laquelle les produits laitiers seraient plus chers au Canada.

«En 2018, un litre de lait respectant nos normes de qualité coûtait en moyenne 1,51 $ au Canada, 1,81 $ en Nouvelle-Zélande et 1,64 $ aux États-Unis.Il faut cesser de croire aux utopies libertariennes. Pour demeurer compétitifs sur les marchés mondiaux, l’Europe, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande viennent en aide à leur industrie laitière. Ce n’est pas un réel libre marché. Je ne crois pas que les Canadiens souhaitent opter pour ce modèle. C’est pourquoi mettre fin à la gestion de l’offre serait répéter la même erreur que d’autres pays, où les petits producteurs sont de moins en moins nombreux et sont progressivement remplacés par quelques géants qui contrôlent toute la chaîne de production, du prix versé au producteur au prix payé par le consommateur», a argué M. Cyr.

«La gestion de l’offre est l’un des moyens dont s’est doté notre pays pour offrir un revenu juste et équitable aux producteurs agricoles, ainsi que des prix stables et accessibles aux consommateurs. Le tout est géré par deux organismes indépendants, la Régie des marchés agricoles du Québec et la Commission canadienne du lait, qui établissent les coûts à répartir entre tous les maillons de la chaîne, du producteur au consommateur, en passant par le transformateur et le distributeur. Voilà pourquoi l’agriculture rapporte à tous», a quant à lui renchéri M. Allen.

 

Les plus lus

La Ville de Lévis présente ses investissements majeurs à venir

Projet phare du nouveau programme triennal d’immobilisations, une centrale incluant le poste de police, la cour municipale et les services juridiques sera construite pour un coût total de 53 M$. Dans ce PTI 2020-2021-2022, la Ville de Lévis consacre aussi près d’un tiers des 401,2 M$ d’investissements inscrits aux infrastructures municipales, dont 71,3 M$ pour le réseau d’aqueduc et d’égouts ainsi...

Les RI demandent «des conditions de travail décentes»

Par voie de communiqué, l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ) a demandé au gouvernement du Québec, le 22 novembre, d’offrir des conditions de travail «décentes et équitables» aux préposés aux bénéficiaires œuvrant dans les 33 ressources intermédiaires (RI) de Chaudières-Appalaches, au moment où doit s’amorcer sous peu la renégociation de l’Enten...

Le conseil municipal du 25 novembre en bref

Les échevins lévisiens se sont réunis, le 25 novembre, lors d'une séance ordinaire du conseil municipal de Lévis. Voici un résumé des décisions importantes qu'ont prises les conseillers lors de la soirée.

Melançon en veut davantage pour aider les médias

À la suite d’une visite du Journal dans le cadre de la Semaine nationale des journaux le 9 octobre, la porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Isabelle Melançon, a profité de l’occasion pour demander au gouvernement provincial un plan d’aide plus ambitieux pour les médias. La députée libérale de Verdun déplore notamment que Québec n’ait pas mis en place ...

Les élus municipaux ajustent leur salaire

À la suite de la mise en place d’une imposition fédérale sur l’allocation de dépenses des élus municipaux, le conseil municipal a demandé la modification de la rémunération des élus municipaux afin de compenser cette perte.

Remise lévisienne de médailles de l’Assemblée nationale

Dans le cadre de la remise des médailles de l’Assemblée nationale à des Lévisiens d’exception, le député et président de l’Assemblée nationale, François Paradis, a souligné les succès d’organismes, d’entreprises et de Lévisiens marquants au Patro de Lévis, le 7 novembre dernier.

Opérations déneigement : des améliorations pour faciliter le stationnement de nuit

En marge du conseil municipal du 25 novembre, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé des changements en ce qui a trait au stationnement de nuit lors des opérations déneigement à Lévis. Afin de permettre à un plus grand nombre de citoyens de stationner dans les rues cet hiver pendant la nuit, des améliorations ont été mises en place par la municipalité en vue de la prochaine saison hivern...

Davie : la CSN veut qu'Ottawa passe de la parole aux actes

Par voie de communiqué, le conseil central Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN a fait savoir, le 20 novembre, qu'il s'attend à ce que le nouveau conseil des ministres du gouvernement fédéral, assermenté depuis peu, se mette rapidement au travail pour la Davie.

Grève au CN : les conservateurs demandent que le parlement soit convoqué

La grève des quelque 3 200 employés du Canadien National (CN), déclenchée le 19 novembre, pourrait, si elle perdure, avoir des répercussions importantes dans l’économie locale. C’est pour cette raison que les députés conservateurs à la Chambre des communes, Jacques Gourde (Lévis-Lotbinière), Richard Lehoux (Beauce) et Pierre Paul-Hus (Charlesbourg-Haute-Saint-Charles) ainsi que des représentants d...

La future centrale de police de Lévis coûtera 53 M$

Le montant total de l’investissement représente le double de ce qui avait été énoncé par la Ville en février 2016. Et ce n’est finalement pas sur le terrain présenté alors que sera construit le bâtiment.