Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE - ARCHIVES

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé, le 13 août, qu'une aide d'urgence totalisant 70 M$ sera mise en place afin d'aider les organismes communautaires nationaux et régionaux à combler leur manque à gagner en autofinancement pour la période du 13 mars au 30 septembre.

Ce soutien financier s'adresse uniquement aux organismes admis au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) pour le soutien à la mission globale qui ont maintenu leurs activités ou qui souhaitent les reprendre.

Par cette aide, Québec veut éviter des ruptures de services auprès de clientèles vulnérables ainsi que la fermeture de certains organismes «essentiels au mieux-être de la population». Cette aide vise également à compenser les pertes de revenus liées à la pandémie, notamment en raison de l'annulation d'activités de levée de fonds et de la baisse considérable des dons reçus.

«Je suis fier d'annoncer cette aide aujourd'hui. Les organismes communautaires offrent des services essentiels dans notre société. Ils effectuent un travail remarquable auprès de nos populations les plus vulnérables. La pandémie qui a frappé le Québec ne les a pas épargnés sur le plan financier. Cette mesure d'urgence vient donc répondre à un besoin réel exprimé par ceux-ci», a déclaré M. Carmant.

Notons que le calcul des sommes à accorder a été basé sur une analyse des états financiers 2018-2019 des 152 organismes nationaux et des 3 476 organismes régionaux concernés. Les établissements de santé et de services sociaux (CISSS et CIUSSS) auront la responsabilité de distribuer le montant obtenu parmi les organismes communautaires de leur territoire.

Accueil mitigé

À la suite de cette annonce, la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles a salué ce geste du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, une aide qui «permettra d’alléger la pression qui pèse sur les groupes qui ont subi des pertes financières en raison de la COVID-19».

Cependant, le regroupement déplore que le montant accordé ne portant que sur la période entre le 13 mars et le 30 septembre. Selon la Table, les conditions qui, dans les premiers mois de la pandémie, ont empêché des groupes de tenir des activités d’autofinancement sont toujours présentes et empêcheront la tenue d'activités de financement couronnées de succès cet automne.

Les plus lus

COVID-19 : une nouvelle fermeture des commerces à Lévis serait désastreuse

Alors que la deuxième vague de COVID-19 semble se rapprocher de plus en plus, le maire Gilles Lehouiller s’alarme des conséquences désastreuses que de nouvelles mesures de fermeture préventive des commerces pourraient avoir à Lévis. La région pourrait en effet basculer d’un niveau d’alerte jaune à orange entrainant un reconfinement partiel si le nombre de cas continue d’augmenter.

Écoles : la CSQ demande au ministre de la Santé de sortir de sa «bulle imaginaire»

Par voie de communiqué, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations du réseau scolaire ont dénoncé, le 21 septembre, «l'incohérence des mesures, appliquées de manière disparate d'un milieu à l'autre», et l'impossibilité de maintenir les bulles de distanciation dans les écoles. Même que devant «l'aveuglement volontaire» des autorités et du ministère de l'Éducation, elles ont invité...

Conseil en bref : les trottoirs du chemin du fleuve seront modifiés

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux se sont rassemblés lors d’une séance ordinaire du conseil, le 14 septembre dernier. Voici un résumé des principaux points abordés ou adoptés au cours de cette rencontre.

Pont de Québec : «les libéraux n'ont plus d'excuse» selon Blaney

À la suite du dévoilement du rapport du négociateur Yvon Charest sur l’avenir du pont de Québec dans le Journal de Québec, le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a demandé au gouvernement libéral «d’enfin respecter leur promesse, faite il y a plus de cinq ans», et de procéder à sa réfection.  

Québec revient à la charge pour accélérer la réalisation de projets d'infrastructure

La présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l'Administration gouvernementale, Sonia LeBel, a déposé mercredi matin le projet de loi 66 (Loi concernant l'accélération de certains projets d'infrastructure), à l'Assemblée nationale. Cette pièce législative remplace le défunt projet de loi 61, présenté ce printemps et qui avait été fortement critiqué.

Lettre d'opinion - Surplus budgétaire à Lévis, une fausse bonne nouvelle…

Lundi dernier, la Ville de Lévis annonçait qu’elle prévoyait enregistrer des surplus de 7,4 millions de dollars pour l’année budgétaire 2020. Ceux-ci s’ajoutent à une série d’années excédentaires, dont l’an dernier, quand 13 millions de dollars restaient dans les coffres de la Ville à l’aube de la crise sanitaire. Que la gouvernance municipale ne soit pas surendettée, certes. Mais derrière cette «...

La Ville prévoit 7,4 M$ en surplus pour 2020

La Ville de Lévis a dévoilé l’état de sa situation financière, le 14 septembre dernier. Malgré le contexte de la pandémie de la COVID-19, la municipalité prévoit un excédent de 7,4 M$ à la fin de l’année financière.

La FIPEQ-CSQ a lancé une grève générale illimitée

Les quelque 10 000 responsables de services de garde en milieu familial (RSG) affiliées à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), dont fait partie plusieurs RSG du Grand Lévis, ont déclenché ce matin une grève générale illimitée.

L'acquisition d'un navire par Ottawa critiquée par le Bloc

La députée du Bloc québécois (BQ) de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, a dénoncé, le 16 septembre, les délais du gouvernement Trudeau quant à la signature du contrat de conception de base pour le Jean-Lapierre, le traversier pour les Îles-de-la-Madeleine que doit construire Chantier Davie Canada.

COVID-19 : François Paradis s'isole volontairement

Par l'entremise de sa page Facebook, le député provincial de Lévis et président de l'Assemblée nationale, François Paradis, a annoncé mardi qu'il s'isolait par mesure préventive puisqu'il craint que sa femme ait contracté la COVID-19.