Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire. CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN

Lors d'une conférence de presse à Montréal le 25 août, le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, a annoncé que le gouvernement provincial n'ira pas de l'avant avec l'implantation d'une application mobile pour soutenir la lutte contre la COVID-19. Toutefois, Québec n'écarte pas d'utiliser une application de notification de contact si une deuxième vague d'infections survenait dans la province.

«La situation est présentement sous contrôle. Ce n'est donc pas le temps de sortir des avions-citernes pour éteindre des feux de bosquet. [...] Toutefois, nous avons la responsabilité d'être prêts et de mettre à la disposition des Québécoises et des Québécois le maximum d'outils pour freiner la propagation du virus, sans faire de compromis sur la sécurité des renseignements personnels des citoyens. Advenant son déploiement, il m'apparaît important de rappeler que son utilisation serait volontaire et son fonctionnement, soumis au consentement actif de l'individu», a illustré M. Caire.

C'est à la suite d'une consultation publique, menée du 8 juillet au 2 août, ainsi des consultations particulières et des auditions publiques menées en août par la Commission des institutions de l'Assemblée nationale que le gouvernement caquiste a pris cette décision.

Lors de la consultation publique à laquelle 16 456 personnes ont participé, 77 % d'entre elles ont indiqué qu'elles croient en l'utilité d'une telle application et 70 % qu'elles ont confiance en son efficacité. De plus, 66 % des répondants ont fait savoir qu'ils estiment avoir besoin de cette application, 73 % recommanderaient l'application à leur entourage et 75 % installeraient une telle application sur leur téléphone intelligent.

Afin qu'un tel outil soit prêt si une deuxième vague survenait, les équipes du gouvernement provincial poursuivront leurs tests sur l'application de notification de traçage conçue pour le gouvernement fédéral. De plus, Québec invite les entreprises de la province qui auraient une application du genre prêt à utiliser ou sur le point d'être créé à présenter une proposition.

Rappel des règles

Avant l'annonce d'Éric Caire, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a tenu à dresser un nouveau bilan de la situation de la pandémie au Québec. S'adressant particulièrement à la minorité qui contrevienne à ces mesures

M. Dubé s'est alors réjoui que le Québec est l'un des endroits où la pandémie est le mieux contrôlée au monde, puisque la province a présentement un taux de 10 cas d'infection au coronavirus par million d'habitants. La direction de santé publique du Québec estime que la courbe de l'augmentation de cas est aplanie lorsqu'il y a moins de 20 cas d'infection par million d'habitants.

Selon Christian Dubé, cette réussite a été rendue possible grâce au respect des consignes de la Santé publique par la majorité des Québécois. S'adressant particulièrement à la minorité qui contrevient à ces mesures (distanciation physique, désinfection des mains, respect de l'étiquette respiratoire et port du masque dans les espaces publics intérieurs), le ministre de la Santé a demandé une nouvelle fois aux Québécois de respecter les règles d'hygiène puisqu'elles «demeurent la meilleure solution pour éviter la propagation» de la COVID-19.

«Chaque cas d'infection peut entraîner un décès. Ces morts, ce ne sont pas juste des chiffres, on parle de vies humaines. C'est une question de vie ou de mort. [...] Présentement, le coronavirus au Québec, c'est comme un feu de bosquet. Il est petit, mais il est toujours présent. Et il suffit d'un coup de vent pour qu'il devienne un feu de forêt», a illustré M. Dubé.

Du même souffle, le ministre de la Santé a livré un plaidoyer pour cet effort collectif afin de protéger les aînés, plus vulnérables à la maladie, et le personnel de la santé, éviter une surcharge dans les hôpitaux qui provoquerait le report d'interventions pour d'autres malades, permettre aux enfants d'effectuer leur retour en classe ainsi que maintenir la reprise économique de la province.

Les plus lus

COVID-19 : une nouvelle fermeture des commerces à Lévis serait désastreuse

Alors que la deuxième vague de COVID-19 semble se rapprocher de plus en plus, le maire Gilles Lehouiller s’alarme des conséquences désastreuses que de nouvelles mesures de fermeture préventive des commerces pourraient avoir à Lévis. La région pourrait en effet basculer d’un niveau d’alerte jaune à orange entrainant un reconfinement partiel si le nombre de cas continue d’augmenter.

Écoles : la CSQ demande au ministre de la Santé de sortir de sa «bulle imaginaire»

Par voie de communiqué, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations du réseau scolaire ont dénoncé, le 21 septembre, «l'incohérence des mesures, appliquées de manière disparate d'un milieu à l'autre», et l'impossibilité de maintenir les bulles de distanciation dans les écoles. Même que devant «l'aveuglement volontaire» des autorités et du ministère de l'Éducation, elles ont invité...

Conseil en bref : les trottoirs du chemin du fleuve seront modifiés

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux se sont rassemblés lors d’une séance ordinaire du conseil, le 14 septembre dernier. Voici un résumé des principaux points abordés ou adoptés au cours de cette rencontre.

Pont de Québec : «les libéraux n'ont plus d'excuse» selon Blaney

À la suite du dévoilement du rapport du négociateur Yvon Charest sur l’avenir du pont de Québec dans le Journal de Québec, le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a demandé au gouvernement libéral «d’enfin respecter leur promesse, faite il y a plus de cinq ans», et de procéder à sa réfection.  

Québec revient à la charge pour accélérer la réalisation de projets d'infrastructure

La présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l'Administration gouvernementale, Sonia LeBel, a déposé mercredi matin le projet de loi 66 (Loi concernant l'accélération de certains projets d'infrastructure), à l'Assemblée nationale. Cette pièce législative remplace le défunt projet de loi 61, présenté ce printemps et qui avait été fortement critiqué.

Lettre d'opinion - Surplus budgétaire à Lévis, une fausse bonne nouvelle…

Lundi dernier, la Ville de Lévis annonçait qu’elle prévoyait enregistrer des surplus de 7,4 millions de dollars pour l’année budgétaire 2020. Ceux-ci s’ajoutent à une série d’années excédentaires, dont l’an dernier, quand 13 millions de dollars restaient dans les coffres de la Ville à l’aube de la crise sanitaire. Que la gouvernance municipale ne soit pas surendettée, certes. Mais derrière cette «...

La Ville prévoit 7,4 M$ en surplus pour 2020

La Ville de Lévis a dévoilé l’état de sa situation financière, le 14 septembre dernier. Malgré le contexte de la pandémie de la COVID-19, la municipalité prévoit un excédent de 7,4 M$ à la fin de l’année financière.

La FIPEQ-CSQ a lancé une grève générale illimitée

Les quelque 10 000 responsables de services de garde en milieu familial (RSG) affiliées à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), dont fait partie plusieurs RSG du Grand Lévis, ont déclenché ce matin une grève générale illimitée.

L'acquisition d'un navire par Ottawa critiquée par le Bloc

La députée du Bloc québécois (BQ) de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, a dénoncé, le 16 septembre, les délais du gouvernement Trudeau quant à la signature du contrat de conception de base pour le Jean-Lapierre, le traversier pour les Îles-de-la-Madeleine que doit construire Chantier Davie Canada.

COVID-19 : François Paradis s'isole volontairement

Par l'entremise de sa page Facebook, le député provincial de Lévis et président de l'Assemblée nationale, François Paradis, a annoncé mardi qu'il s'isolait par mesure préventive puisqu'il craint que sa femme ait contracté la COVID-19.