Dans sa biographie, Pauline Marois revient sur sa dernière campagne électorale, lors de laquelle elle s’était notamment arrêtée dans la région. CRÉDIT : ARCHIVES

L’ex-première ministre du Québec, Pauline Marois, a publié Pauline Marois : Au-delà du pouvoir aux éditions Québec Amérique, écrit par Elyse-Andrée Héroux, le 28 septembre dernier. Dans cet ouvrage biographique, la femme originaire de la région partage l’histoire chargée de sa vie professionnelle et personnelle. La politicienne livre au lecteur une partie importante de ce qui a forgé la nation québécoise.

Pauline Marois est née à Québec et est déménagée à Saint-Étienne-de-Lauzon avec ses parents alors qu’elle était toute petite pour grandir en campagne sur la Rive-Sud. C’est ainsi qu’elle entame sa vie riche et remplie.

À travers ses yeux, on découvre la femme politique impliquée, engagée et passionnée ainsi qu’une partie de l’histoire du Québec comme elle a été aux premières loges de moments charnières de la nation québécoise. «J’ai vécu une longue expérience politique et je voulais passer le relais. Mon objectif était de laisser une trace pour que les jeunes femmes et les jeunes hommes puissent lire ma vie et ce que j’ai vécu comme expérience en espérant que ça puisse les influencer pour qu’ils s’engagent», a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique avec le Journal.

De sa petite enfance à son expérience de première ministre, on traverse 70 ans d’histoire, la voyant faire ses premiers pas en politique en passant par le référendum de 1995 et son ascension à la chefferie du Parti québécois. L’exercice de se remémorer  cette longue carrière lui a d’ailleurs permis de faire quelques constats.

«D’abord, j’ai vécu de grandes victoires et des échecs qui m’ont fait très mal et des moments très difficiles, mais aussi des moments très heureux. Ce que j’ai pu constater également, c’est la consistance qu’il y a eu dans mes engagements […] Aussi, j’ai réalisé que j’étais résiliente. Je ne me serais peut-être pas considérée comme ça il y a vingt ans, mais quand on regarde mon parcours, j’ai la capacité à absorber les chocs, à me relever et mettre ça derrière moi», a partagé Mme Marois.

Un impact de taille

 Tout au long de sa carrière, la politicienne s’est engagée à faciliter la vie de tous les Québécois, mais surtout des Québécoises. Dans le récit de sa vie, on peut constater tous les combats qu’elle a menés pour le Québec. «Je reste très fière de ce que j’ai accompli parce que je sais que ça a changé la vie de milliers de Québécoises et Québécois pour le mieux et le plus bel exemple de ça, c’est la politique familiale», a expliqué Pauline Marois.

Bien qu’elle soit en paix avec son parcours politique, quelques projets encore sur la table et dans sa tête bouillent toujours dans le cœur de la politicienne.

Je ressens un sentiment de fierté et de devoir accompli. En même temps, il y a une certaine frustration et un sentiment d’inachevé puisque la politique m’a quittée en 2014 lorsque j’ai été défaite. J’avais tellement à offrir à la nation québécoise encore. […] J’ai l’impression d’avoir réalisé une partie de ce projet auquel je rêvais. Il reste que je n’aurai pas fait l’indépendance, mais dans la vie d’un peuple, quelques années ce n’est rien dans l’histoire de l’humanité. Alors, il faut garder simplement espoir», a confié l’ex-première ministre.

Une passion qui se transmet

Retraitée de la vie politique depuis 2014, celle qui, à ce jour, a été la première et la seule première ministre du Québec, voulait partager sa longue carrière politique pour inciter les gens à s’engager et faire une différence dans la vie d’un peuple.

«C’est de permettre à d’autres de voir que c’est possible de se lancer en politique sans avoir à faire de compromission et surtout que c’est un moyen puissant pour améliorer le sort de nos concitoyens et concitoyennes, a-t-elle souligné. C’est un grand service public qu’on rend quand on décide de s’engager en politique.»

Pauline Marois : Au-delà du pouvoir est un ouvrage rempli d’histoires, de confidences et de dévotion pour un peuple, une nation ainsi qu’un grand projet. Pauline Marois et Elyse-Andrée Héroux peignent le Québec à travers les yeux d’une politicienne, mais surtout d’une femme engagée qui a offert le meilleur d’elle-même aux Québécoises et Québécois.

Les plus lus

Revitalisation des vieux quartiers : la Ville dévoile des investissements pour le Vieux-Lauzon

C’est en compagnie des conseillères municipales Amélie Landry (Bienville) et Fleur Paradis (Lauzon) ainsi que du directeur général de l’Office municipal d’habitation de Lévis, François Roberge, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé que la ville allait investir 4 M$ pour revitaliser le secteur de la rue Saint-Joseph, à Lauzon. Comme précédemment annoncé, cet effort municipal sera axé...

Le conseil municipal du 28 juin en bref

Les échevins de Lévis se sont réunis virtuellement le 28 juin, lors d’une séance ordinaire du conseil municipal de Lévis. Voici un résumé des décisions importantes qui ont été prises ainsi que des points majeurs qui ont été discutés.

Conseil en bref : des avancements dans le dossier des poules urbaines

En l’absence du maire de Lévis Gilles Lehouillier, Guy Dumoulin, maire suppléant, et les conseillers municipaux se sont rassemblés virtuellement lors d’une séance ordinaire du conseil, le 6 juillet dernier. Voici un résumé des principaux points abordés ou adoptés au cours de cette rencontre.

La Ville investira 4,1 M$ pour poursuivre la revitalisation de Charny

C’est en compagnie des conseillers municipaux représentant ce quartier, Karine Lavertu et Michel Turner, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé, le 30 juin, que son administration allait investir prochainement 4,1 M$ à Charny. Cette somme permettra à la municipalité de concrétiser des travaux pour revitaliser certaines parties du Vieux-Charny.

Steven Blaney ne sollicitera pas de nouveau mandat

Le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a annoncé cet après-midi qu'il ne sollicitera pas un autre mandat lors des prochaines élections fédérales, qui devraient être déclenchées d'ici la fin de l'été.

Deux nouvelles conventions collectives officiellement entérinées à la Ville

Les échevins de Lévis ont officiellement approuvé les deux ententes intervenues entre la Ville et les syndicats représentant les cols bleus et les professionnels de la municipalité, lors d’une séance ordinaire du conseil municipal le 12 juillet. Par erickdeschenes@journaldelevis.com

Le Collectif Virage veut plus d’ambition pour la mobilité durable

Si le Collectif Virage voit d’un bon œil l’adoption d’une première politique environnementale par la Ville de Lévis, le groupe de citoyens qui militent pour un transport plus vert aimerait que la municipalité mette rapidement en place un plan de mobilité durable alors que les projets d’infrastructure dans ce domaine sont au cœur de l’actualité régionale.

Représenter la jeunesse et le Québec à Ottawa

C’est le 17 juin dernier que le Bloc québécois a tenu son assemblée d’investiture dans la circonscription de Lévis-Lotbinière. Samuel Lamarche, un jeune Lévisien de 23 ans, a alors été officiellement investi candidat de la formation dirigée par Yves-François Blanchet en vue des prochaines élections fédérales.

Le conseil municipal du 12 juillet en bref

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis virtuellement le 12 juillet, lors d’une séance ordinaire du conseil municipal. Voici un résumé des points importants abordés ou adoptés lors de la réunion des échevins, la dernière rencontre prévue à l’horaire avant les vacances estivales.

Le chef du SPVL quitte pour la retraite

La Ville de Lévis a annoncé, le 13 juillet, le départ à la retraite, le 4 septembre prochain, du directeur du Service de police de la Ville de Lévis, Michel Desgagné.