CRÉDIT : MINISTÈRE DES TRANSPORTS ET ALEXANDRE BELLEMARE

Accompagné du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, du maire de Québec, Régis Labeaume, de la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault et du ministre des Transports, François Bonnardel, le premier ministre du Québec, François Legault, a dévoilé les détails concernant le tunnel Québec-Lévis et les plans du transport collectif de la grande région de Québec qui seront connus sous le nom de Réseau express de la Capitale (REC), le 17 mai. Les travaux de réalisation du projet de troisième lien entre Québec et Lévis sont estimés à hauteur de 6 à 7 G$, s’étireront sur les 10 prochaines années et devraient débuter en 2027.

«Quand on parle de changer le portait, ça (le projet de troisième lien), ça va beaucoup changer le portrait […] C’est un lien qui est nécessaire pour Québec, pour Lévis et pour tout l’est du Québec», a lancé François Legault.

Comme prévu dans les derniers plans présentés aux maires de Québec et Lévis, le gouvernement du Québec a choisi de relier les deux centres-villes de l’autoroute 20, à la hauteur de la route Mgr-Bourget, du côté de la Rive-Sud, à l’autoroute Laurentienne, à la hauteur de Wilfrid-Hamel près du Centre Vidéotron, avec une deuxième sortie dans le secteur de l’autoroute Dufferin-Montmorency, du côté de la Rive-Nord.

Le projet de tunnel prévoit trois voies de 3,5 m par direction, ces six voies seront superposées en fonction de leur direction. Ce tunnel sera construit sous forme d’un mono tube d’un diamètre de 19,4 m et aura une longueur de 8,3 km. L’une des voies dans chacune des directions sera réservée au transport en commun desservi par des autobus électriques. Afin de favoriser l’utilisation de ce transport collectif souterrain, des stationnements incitatifs seront prévus du côté de Lévis et deux stations souterraines donnant accès au tramway de Québec sont prévues dans les secteurs de la Colline Parlementaire et de Saint-Roch.

Selon le ministère des Transports (MTQ), les coûts sont estimés entre 6 G$ à 7 G$ avec une marge d’incertitude reliée à des frais connexes qui se situe entre 10 % et 35 % du coût de construction. «Je pense que c’est un projet qui est tellement structurant et qui se qualifie pour une aide importante du gouvernement fédéral», a assuré M. Legault.

Les prochaines étapes prévues pour la conception de ce troisième lien interrives sont l’appel d’offres pour la réalisation de l’étude d’impact sur l’environnement, des rencontres et échanges avec les partenaires, la poursuite des activités techniques, la poursuite des études géotechniques puis le début des travaux préparatoires pour 2022, respectivement.

Selon le MTQ, ce nouveau lien n’engendrera pas un plus grand nombre de véhicules sur les routes de Québec et Lévis, mais plutôt un déplacement de la circulation. Également, en reliant les deux centres-villes, les décideurs politiques croient que le projet n’engendrera pas d’étalement urbain.

Notons que les véhicules de transport de marchandises pourront emprunter le futur tunnel Québec-Lévis, c’est ce qui a motivé les autorités à ajouter une sortie au niveau de l’autoroute Dufferin-Montmorency.

Même si le MTQ prévoit 10 ans pour réaliser le projet, le premier ministre du Québec a fait savoir qu’il aimerait travailler à réduire la durée de sa construction.

Interconnexion Québec-Lévis à la tête des ponts

En plus de comporter le projet du troisième lien, le REC comprendra l’interconnexion du transport en commun entre Québec et Lévis à la tête des ponts. Ainsi, un pôle d’échanges situé à Sainte-Foy sera aménagé afin de relier le circuit de la Société de transport de Lévis (STLévis) au projet de tramway du côté de Québec.

Pour la Rive-Nord, l’avenue des Hôtels sera requalifiée en boulevard urbain et un corridor réservé pour les autobus sera aménagé sur l’avenue des Hôtels et le boulevard Laurier jusqu’au pôle d’échanges. S’ajouteront à ça, un projet de tunnel sous l’intersection de l’avenue Lavigerie et du boulevard Laurier. Les étapes à venir dans ce projet de pôle d’échanges sont la diffusion d’un appel d’offres pour l’avant-projet définitif et les plans et devis de l’interconnexion, la poursuite de la préparation de l’avant-projet préliminaire pour la bonification et le maintien des échangeurs au nord du pont Pierre-Laporte et du pont de Québec, la poursuite des études techniques ainsi que la mise en service des mesures préférentielles coordonnées avec celle du tramway.

Sur la Rive-Sud, l’implantation de voies réservées et d’une piste multifonctionnelle sera réalisée dans les pôles Chaudière, entre le chemin du Sault et la rue Mercure, et Desjardins, entre les routes du Président-Kennedy et Saint-Omer. La STLévis travaille présentement à la préparation du projet qui représentera un investissement de 87,9 M$, dont le financement proviendra des gouvernements du Québec et du Canada et de la Ville de Lévis.

Les acteurs régionaux accueillent la nouvelle à bras ouverts

«Aujourd’hui, je ne vous le cacherai pas, c’est la plus belle journée de ma carrière politique, a partagé le maire de Lévis. Ce que vous nous offrez comme gouvernement, c’est plus qu’un tramway, c’est plus qu’un tunnel Québec-Lévis, c’est un harmonieux plan de mobilité durable porteur d’avenir pour les 100 prochaines années.»

«Avec un réseau routier saturé depuis plusieurs années, l’accroissement de la population et une augmentation des déplacements, le troisième lien représente un projet de première nécessité. Non seulement le projet représente-t-il une solution pour dynamiser l’économie locale et régionale, mais il aura aussi un impact sur la disponibilité de la main-d’œuvre, le coût de transport des marchandises, l’achalandage des commerces et la compétitivité des entreprises de la région», a commenté Marie-Josée Morency, vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis.

«Rappelons-nous que l’un des objectifs principaux d’une administration municipale dirigée par l’équipe de Repensons Lévis (RL) sera d’améliorer la mobilité des Lévisiens et de soulager la congestion routière. Pour ce faire, il est essentiel de bonifier l’offre de transport collectif. Nous nous réjouissons que le gouvernement du Québec propose le projet du REC à la population», a ajouté Monica Beaudet, cheffe intérimaire de RL.

«J’ai toujours appuyé un projet de troisième lien. Ce projet, qui jumelle le transport en commun et l’automobile, et qui se reliera au tramway améliorera grandement la mobilité des gens de la Rive-Sud de Québec. De plus, un troisième lien autoroutier assurera une sécurité additionnelle en cas de fermeture du pont Pierre-Laporte et/ou du pont de Québec. Cette mobilité améliorée profitera aussi aux commerçants des deux rives», s'est réjoui Jacques Gourde, député de Lévis-Lotbinière.

«C’est un projet gagnant au niveau économique. L’accessibilité tant du nord que de l’est de Québec facilitera non seulement l’attrait et la rétention de la main-d’œuvre pour toutes les entreprises de Bellechasse, ce qui est essentiel pour moi, mais aussi le transport efficace des produits d’une rive à l’autre, sauvant ainsi temps et argent. Il sera aussi bénéfique pour les résidents de notre circonscription, leur permettant de rejoindre facilement et rapidement la rive-nord du fleuve, que ce soit en voiture ou par le transport en commun», a indiqué Stéphanie Lachance, députée de Bellechasse.

Les plus lus

La Chaudière-Appalaches encore en zone orange la semaine prochaine?

Si le gouvernement provincial désire que la Chaudière-Appalaches passe en zone jaune (palier de préalerte) lundi prochain, la région pourrait être la seule du Québec à demeurer lundi prochain en zone orange, en raison de sa situation épidémiologique.

La Ville crée une nouvelle direction pour la sécurité dans ses rues

La Ville de Lévis en est à l’élaboration d’une nouvelle direction des transports et de la mobilité durable au sein de son administration, a annoncé le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le 27 mai dernier. Cette nouvelle branche administrative de la Ville aura comme premier mandat d’entreprendre un chantier sur la sécurité dans les rues résidentielles et la fluidité de la circulation sur l’ensembl...

Démolition de l’ancien hôtel Victoria refusée, le dossier des Scies Mercier bientôt étudié

Lors de la séance du 25 mai du conseil municipal de la Ville de Lévis, les échevins se sont penchés sur deux dossiers précédemment étudiés par le comité de démolition qui ont fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers mois : les demandes pour démolir l’ancien hôtel Victoria (5204-5224, rue Saint-Laurent) et le bâtiment ayant accueilli les Scies Mercier (220, rue Napoléon-Mercier).

Lévis Force 10 dévoile son équipe

Le maire de Lévis et chef du parti politique municipal Lévis Force 10 – Équipe Lehouillier, Gilles Lehouillier, a dévoilé, le 4 juin, les candidats qui composeront son équipe lors de la prochaine élection municipale prévue à l’automne. 12 des 15 échevins qui composent actuellement le conseil municipal seront de retour afin de solliciter un autre mandat tandis que trois nouveaux visages bien connus...

Surchauffe immobilière : Québec met en place des mesures de protection

«Afin de maintenir la capacité des ménages d'effectuer leurs versements hypothécaires en cas de modifications de la conjoncture économique et d'éviter qu'ils se placent dans une situation d'endettement excessif», l'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé le 21 mai dernier qu'à compter du 1er juin, le nouveau taux admissible applicable aux prêts hypothécaires résidentiels non assurés sera l...

Repensons Lévis fait une place aux jeunes

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a annoncé, le 8 juin, qu'il crée une aile jeunesse, Relève RL.

Des projets lévisiens appuyés par Québec

C’est le 17 juin dernier que la pelletée de terre marquant le début des travaux de réaménagement du parc de l’Anse-Benson à Saint-Romuald d’une durée de deux ans a été effectuée. Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ainsi que Geneviève Guilbault, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, en ont profité pour annoncer deux autres nouveaux investissements de Québec sur le territoi...

Une première candidate pour Repensons Lévis

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a dévoilé, le 4 juin, l'identité du quatrième membre qui défendra ses couleurs lors des prochaines élections municipales. En novembre prochain, Liz-Ann Picard tentera de devenir la conseillère municipale du district Lauzon. Il s'agit de la première femme à être officiellement candidate pour RL.

Un sixième candidat pour Repensons Lévis

Daniel Saindon (sur la photo) portera les couleurs de Repensons Lévis (RL) afin de devenir conseiller municipal du district Charny lors des prochaines élections municipales, en novembre prochain. La formation a dévoilé l’identité du rival de Karine Lavertu, conseillère actuelle et candidate de Lévis Force 10 – Équipe Lehouillier, le 18 juin dernier.

Un homme d’affaires défendra les couleurs de RL dans Taniata

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a annoncé, le 28 mai, que l’homme d’affaires Sébastien Arsenault sera son candidat au poste de conseiller dans le district Taniata (Saint-Jean-Chrysostome) lors des prochaines élections municipales à Lévis en novembre prochain.