CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Si le Collectif Virage voit d’un bon œil l’adoption d’une première politique environnementale par la Ville de Lévis, le groupe de citoyens qui militent pour un transport plus vert aimerait que la municipalité mette rapidement en place un plan de mobilité durable alors que les projets d’infrastructure dans ce domaine sont au cœur de l’actualité régionale.

Si la Ville a notamment annoncé à la fin mai la création d’une nouvelle direction des transports et de la mobilité durable, le Collectif Virage aimerait que Lévis se dote d’un plan ambitieux à ce chapitre. Cet outil permettrait à la municipalité de s’attaquer aux enjeux inscrits dans sa politique environnementale.

«On espère qu’on va arriver avec un plan de mobilité durable beaucoup plus global (que ce qui est sur la table présentement). On a une Ville qui s’intéresse à l’enjeu environnemental, mais qui n’a pas une vision bien claire d’où elle veut s’en aller au niveau de la mobilité durable, au-delà de l’aménagement de voies réservées et d’une voie réservée au transport actif sur certaines portions du boulevard Guillaume-Couture et d’une bonification des services de la Société de transport de Lévis», a d’emblée lancé Yolande Lépine, l’une des membres du groupe de citoyens, lors d’une entrevue le 15 juin.

Selon le Collectif Virage, Lévis devrait notamment s’inspirer des plans de mobilité durable adoptés par Drummondville et Gatineau, qui misent à ce niveau sur des plans de match «structurants pour lutter contre les changements climatiques grâce à la mobilité durable dans une vision complète». Le regroupement citoyen demande que la stratégie lévisienne de mobilité durable contienne des objectifs chiffrés.

«Un bon plan de mobilité durable doit contenir des cibles claires de réduction des gaz à effet de serre (GES) et de transfert des parts modales de certains types de transport vers des types de transport (plus vert). C’est grâce à des cibles précises qu’on peut constater s’il y a des améliorations ou encore du travail à faire», a expliqué Pierre Bisson, un des autres membres du Collectif réunissant une cinquantaine de sympathisants.

Être plus ambitieux pour son réseau de transport en commun

De plus, le Collectif Virage est convaincu que Lévis doit cesser de miser sur le projet de troisième lien afin d’assurer la mobilité durable dans la région. Même si des voies réservées pour le transport en commun seront aménagées dans le tunnel Québec-Lévis, le groupe croit que cette future infrastructure n’incitera que davantage de citoyens de la région à utiliser leur voiture pour se déplacer.

«L’argument amené que le troisième lien est un projet de mobilité durable et qu’il permettra de réduire les GES, pour nous, ce n’est pas sérieux. Le tunnel autoroutier va augmenter le nombre de véhicules dans la région. C’est comme si on investissait dans les GES. […] Nous ne sommes pas opposés à un troisième lien entièrement réservé au transport collectif. Mais il faudrait une évaluation des besoins à court, moyen et long termes comparativement aux coûts d’un tel tunnel», a affirmé Michel Bégin Lamy, un autre membre du Collectif Virage.

Le groupe lévisien croit que le gouvernement provincial devrait plutôt investir une portion de l’enveloppe destinée au troisième lien, dont le coût est évalué entre 6 G$ et 10 G$, afin de concrétiser une série de projets pour mettre en place un réseau de transport structurant complet à Lévis. Selon les calculs du Collectif Virage, Lévis n’obtient actuellement que 3 % de l’enveloppe réservée aux améliorations pour le transport en commun prévues dans le Réseau express de la Capitale (REC), avec le projet d’aménagement de voies réservées sur Guillaume-Couture évalué à près de 90 M$.

«Si on prenait seulement 10 % de la somme astronomique prévue pour le tunnel autoroutier, on pourrait concrétiser des mesures, prévues dans un plan de mobilité durable, beaucoup plus rapidement pour avoir un axe structurant (plus fort) sur le boulevard Guillaume-Couture et la route des Rivières ainsi que du rabattement sur cet axe afin de s’attaquer à la congestion à l’intérieur de Lévis et faciliter les déplacements vers Québec. Nous ne sommes pas des spécialistes et nous ne savons pas si un SRB, un trambus ou une connexion avec le tramway de Québec serait la solution idéale. Mais on aimerait que des experts se penchent sur ces possibilités. [...] Le projet de segments de voies réservées sur Guillaume-Couture est positif, mais on pourrait être plus ambitieux et obtenir de plus grands gains. La Ville pourrait enlever l’étiquette de ville pour l’automobile accolée à Lévis», ont illustré M. Bégin Lamy et Mme Lépine.

Notons finalement qu’à ce propos, le Collectif Virage entend présenter à la population certaines propositions au début de l’automne prochain.

Les plus lus

Élections fédérales : tous les candidats sont maintenant connus

La période de dépôt des candidatures en vue des prochaines élections fédérales, qui auront lieu le 20 septembre, est maintenant terminée. Le portrait des luttes qui opposeront les personnes qui désirent devenir les députés de Lévis-Lotbinière et de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis est désormais clair.

Les Scies Mercier ne seront pas démolies, décide la Ville

En marge du conseil municipal du 30 août, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a dévoilé que la demande de démolition des Scies Mercier a été refusée par les échevins lévisiens. Cette décision a été prise notamment en raison de la grosseur du projet immobilier qui a été proposé au comité de démolition de la Ville de Lévis et de la vive opposition citoyenne.

La piste Guillaume-Couture, une «impression de déjà-vue»?

L’annonce de la Ville sur la réalisation du projet de piste cyclable multifonctionnelle longeant le boulevard Guillaume-Couture fait des remous alors que Repensons Lévis (RL) croit que c’est «une impression de déjà-vu». Quant au maire, il affirme que le nouveau parti devrait «remettre son calendrier à jour».

Parc des Chutes-de-la-Chaudière : un investissement de 3,2 M$

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé un investissement de 3,2 M$ pour la construction d’un nouveau pavillon d’accueil et le réaménagement de son site extérieur dans le parc des Chutes-de-la Chaudière lors d’une conférence de presse, le 9 septembre. Les travaux devraient débuter à l’automne 2022 et se conclure en 2023.

Lien mécanique du Vieux-Lévis : appel de projets lancé

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé, le 16 septembre, que l’appel de projets pour la réalisation du lien mécanique reliant la rue Saint-Laurent à la rue Marie-Rollet dans le Vieux-Lévis est maintenant ouvert. Le promoteur de ce projet, faisant partie du programme particulier d’urbanisme du Vieux-Lévis qui a été adopté en 2017, devrait être sélectionné au printemps 2022.

Repensons Lévis présente son dernier candidat

Figure bien connue dans le milieu coopératif régional, Francis Duperron sera le candidat de Repensons Lévis (RL) pour le poste de conseiller du district Saint-Romuald lors des prochaines élections municipales de novembre. Il s'agissait du dernier poste à pourvoir pour la formation politique en vue de la prochaine campagne électorale.

O’Toole présente son «contrat» avec la Chaudière-Appalaches

Le chef du Parti conservateur du Canada (PCC), Erin O’Toole, a présenté le 9 septembre ses «contrats régionaux». Il s’agit de listes d’engagements pour chacune des régions du Québec, dont la Chaudière-Appalaches.

Repensons Lévis présente son équipe et sa vision

Elhadji Mamadou Diarra, chef et candidat à la mairie de Lévis de Repensons Lévis, nouveau parti politique municipal qui se mesurera à Lévis Force 10 – Équipe Gilles Lehouillier à la prochaine élection municipale prévue le 7 novembre, a présenté, le 12 septembre dernier, son équipe complète ainsi que les grandes lignes de sa vision de Lévis, s’il venait qu’à être élu.

Repensons Lévis présente son avant-dernier candidat

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a dévoilé son 14e candidat pour un poste de conseiller aux prochaines élections municipales à Lévis. Sous les couleurs du parti s'opposant à celui du maire, Gabriel Samson I tentera d'obtenir la confiance des électeurs du district Saint-Jean le 7 novembre prochain.

Un débat dans Lévis-Lotbinière marqué par les critiques contre le travail de certains partis

À l'invitation du Centres d'études collégiales (CEC) de Lotbinière, trois candidats des principaux partis en lice dans Lévis-Lotbinière se sont réunis le 14 septembre pour débattre. Devant des élèves de ce campus du Cégep de Thetford, Ghislain Daigle, le porte-couleur du Parti libéral du Canada (PLC), Jacques Gourde, le député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada (PCC), et Samuel La...