Serge Bonin et Gilles Lehouillier se sont coltaillés à deux reprises lors de la séance extraordinaire du conseil consacrée au budget 2022 et au PTI 2022-2023-2024. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Par voie de communiqué, le conseiller du district Saint-Étienne et seul porte-couleur de Repensons Lévis (RL) au conseil municipal, Serge Bonin, a partagé ses commentaires face au budget 2022 de la Ville de Lévis. Mal à l’aise avec plusieurs décisions prises par l’administration Lehouillier à ce chapitre, Serge Bonin a d’ailleurs été le seul élu à voter contre l’adoption du budget 2022 et du programme triennal d’immobilisations (PTI) 2022-2023-2024, lors de la séance extraordinaire du conseil municipal de Lévis ayant ces points à l’ordre du jour 13 décembre dernier.

D’emblée, Serge Bonin a déploré, comme RL l’avait fait en campagne électorale, que Lévis «est la ville de la dette», alors que le ratio de la dette sur les revenus s’élevait à 144% au début de 2021, «malgré plusieurs investissements retardés par la pandémie, alors que la norme en milieu municipal tend vers le 100 %».

Du même souffle, le conseiller de Saint-Étienne a argué que Lévis se situait en neuvième position sur les dix grandes villes pour le taux d’endettement relatif à ses revenus, soit avant-dernière avant Terrebonne. De plus, il a soutenu que l’endettement par unité d’évaluation «a bondi de 46 % entre 2013 et 2021 à Lévis, comparativement à 27 % pour les villes de plus de 100 000 habitants».

Ainsi, Serge Bonin souhaite qu’un plan de réduction de la dette sur 10 ans soit proposé et adopté au conseil de ville «afin de contrôler la dette, le tout, afin de ne jamais affecter la qualité de vie promise aux citoyens».

Dans un autre ordre d’idées, l’élu représentant le district Saint-Étienne s’est inquiété, autant dans le document transmis aux médias que lors de la séance extraordinaire, des emprunts liés au programme triennal d’immobilisations (PTI).

«M. Lehouillier affirmait en 2017 ‘‘qu’à compter de 2022, les emprunts nets seraient plafonnés aux alentours de 50 M$’’. Dans le PTI d’aujourd’hui, les emprunts sont à 102 M$, soit plus que le double de l’objectif précédemment établi par la même administration Lehouillier. Malgré les performances inespérées de 2021 en ce qui a trait aux revenus, la ville se voit tout de même dans l’obligation, cette année, d’emprunter encore plus d’argent que l’année dernière. En fait, le modèle réussit tant que de nouveaux permis de construction sont délivrés et que des droits de mutation sont versés. Au premier ralentissement immobilier, la structure actuelle ne tiendra plus, et ce sont les citoyens qui risquent d’en payer le prix via leur compte de taxes», a déclaré M. Bonin.

«M. Bonin a oublié qu’on est rendu à 53 M$ en paiements comptants dans le PTI actuel, ce qui est un record. Au niveau de la dette, on n’a pas de leçon à recevoir des autres grandes villes, comme nous sommes les meilleurs. Dans votre intervention, je n’entends que du verbiage, rien de concret. Que nous proposez-vous? Quelles coupures proposez-vous? Nous allons réaliser notre programme électoral. Vous avez beaucoup de demandes et vous êtes probablement l’élu qui a la plus longue liste d’épicerie», a aussitôt rétorqué Gilles Lehouillier, le maire de Lévis, lors de la séance extraordinaire.

Foire d’empoigne sur la transparence

Mais c’est particulièrement en lien avec le «manque de transparence» de l’administration Lehouillier que Serge Bonin a réservé ses principales attaques lors de la séance extraordinaire. Le conseiller du district Saint-Étienne est alors revenu sur le rapport annuel 2020 du vérificateur général de la Ville de Lévis, document dans lequel ce dernier déplorait qu’il ait été «limité dans l’exécution de ses travaux lors d’une vérification d’optimisation des ressources sur la gestion financière et de la dette de la ville».

Pour justifier son opposition à l’adoption du budget, Serge Bonin a par la suite déploré de n’avoir reçu qu’un «résumé de huit pages» en vue de l’adoption du budget 2022 de 333 M$ et que son équipe n’a pu assister à la présentation aux journalistes du nouvel exercice financier, tenue en après-midi le 13 décembre.

«Au comité de démolition, on reçoit une vingtaine de pages pour chaque dossier étudié. Je ne réclame pas les 280 pages de la proposition du budget public comme à la Ville de Québec. Mais ne devrait-il pas avoir un entre-deux? Est-ce qu’on ne pourrait pas avoir une analyse plus exhaustive? Est-ce que des citoyens pourraient de nouveau siéger sur le comité des finances ainsi qu’un expert indépendant? Je pense qu’on peut faire mieux», a lancé le conseiller du district Saint-Étienne.

«Vous allez devoir apprendre à travailler en équipe. On a fait la présentation du budget au comité plénier (NDLR : rencontres fermées au public) et tous les conseillers pouvaient poser les questions qu’ils désiraient. Vous auriez pu également demander les documents d’information et nous vous les aurions fait parvenir. Vous n’avez posé aucune question au comité plénier. Vous avez été muet comme une carpe. Vous avez attendu la séance publique du conseil pour faire un spectacle», a pour sa part répliqué le premier citoyen, en ajoutant que les représentants de l’opposition n’avaient pu être invités à la présentation du budget aux médias en raison des mesures sanitaires.

Les plus lus

Une association du PCQ dans Bellechasse

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) a annoncé qu’une association locale est désormais en place dans la circonscription de Bellechasse. C’est par vidéoconférence que les membres du parti ont pris part à la création du groupe, le 6 octobre dernier.

Main-d’œuvre et nouvelles façons de faire dans la mire

Après avoir obtenu la confiance des Lévisiens pour un troisième mandat consécutif en novembre dernier, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, perçoit la prochaine année avec une foule de projets et d’enjeux en tête. À ses yeux, ceux qui retiendront le plus l’attention seront la pénurie de main-d’œuvre et l’adaptation des pratiques et des services à la nouvelle réalité qui a été créée par la COVID-...

La passerelle Harlaka accueillera maintenant les motoneigistes

Passant notamment au-dessus de l’autoroute 20 grâce à la passerelle Harlaka, un nouveau lien de 26 kilomètres permet maintenant aux motoneigistes de se déplacer directement entre Lévis et Bellechasse. C’est le 16 décembre que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le préfet de la MRC de Bellechasse, Yvon Dumont, et le maire de Saint-Henri, Germain Caron, ont annoncé la création du nouveau parcours...

Gilles Lehouillier teste positif à la COVID-19

La Ville de Lévis a laissé savoir, le 16 janvier, par voie de communiqué que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, avait obtenu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19, le 15 janvier dernier.

Une année à défendre son district et sa vision

Le conseiller du district Saint-Étienne et seul élu dans l’opposition à l’hôtel de ville de Lévis, Serge Bonin, envisage la prochaine année avec aplomb, lui qui en est à un premier mandat à titre de conseiller municipal. Tout au long de 2022, M. Bonin misera notamment sur le service aux citoyens, tiendra mordicus à ce que la municipalité soit des plus transparentes et invitera les Lévisiens à s’in...

Retour en classe et fin du couvre-feu

Accompagné du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, du ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, et du directeur national de la Santé publique par intérim, Dr Luc Boileau, le premier ministre du Québec, François Legault, a confirmé, cet après-midi, le retour en classe des élèves pour le 17 janvier ainsi que la fin du couvre-feu.

Anglade veut une réunion d'urgence de l'Assemblée nationale

En raison de la détérioration de la situation épidémiologique du Québec, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) et de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, Dominique Anglade, a demandé, le 7 janvier, que la chambre se réunisse dès la semaine prochaine lors d'une séance extraordinaire.

COVID-19 : Legault en appelle à la solidarité des Québécois afin de respecter les mesures

Le premier ministre du Québec, François Legault, a fait le point sur la situation sanitaire de la province, le 20 janvier. Alors que le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 se stabilise, le chef du gouvernement soutient cependant que le Québec ne peut se permettre de nouveaux assouplissements en raison de la gravité de la situation épidémiologique. Il a de nouveau fait appel ...

Lehouillier livre un plaidoyer pour la vaccination

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a reçu sa dose de rappel d'un vaccin contre la COVID-19 ce vendredi. À cette occasion, il a encore livré un nouveau plaidoyer en faveur de la vaccination comme solution à la crise sanitaire.

Sanimax : la Ville veut des résultats

Après que le dossier des mauvaises odeurs émanant de l'usine Sanimax de Charny a été de nouveau au cœur de l'actualité le 18 janvier, la Ville de Lévis a réitéré, lors de cette journée, son désir de voir bientôt l'implantation de solutions pour corriger le problème.