Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Photo : Courtoisie

À une époque pas si lointaine, les femmes, bien que certaines se trouvaient au sommet de la monarchie, avaient rarement le pouvoir sur leur destin. Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue est le premier roman d’une duologie publié en mars dernier par la Lévisienne Arianne T. Lessard qui relate ce pan de l’histoire.

«Dans un point de vue sociologique, c’est la place de la femme au Moyen-Âge. Une reine dont le roi meurt qui n’a pas d’enfant, elle se voit perdre tous ses pouvoir. Je suis une fan d’histoire. C’était cette problématique là que je voulais souligner. Que même si elle avait été reine, qui est le poste le plus haut qu’une femme pouvait aspirer, elle n’avait pas de pouvoir propre», explique l’autrice.

Pour aborder ce thème qui l’inspirait, Arianne T. Lessard propose aux lecteurs de suivre l’histoire de Félicie. Quelques semaines après avoir été couronnée reine de Nérydia, cette dernière se retrouve subitement sans titre ni argent. Dépourvue de fils héritier pour monter sur le trône, c’est Ferdinand, le jeune frère de son défunt mari sur qui elle a promis de veiller, qui sera destiné à devenir roi.

Dans son aventure, l’autrice lévisienne met sa protagoniste face à de grands questionnements ainsi qu’au coeur d’une lutte pour son destin. Avec Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue, Arianne T. Lessard veut également montrer le courage pour refaire sa vie qui habite Félicie alors qu’elle perd presque tout.

Une muse appelée l’histoire

L’histoire de la reine déchue mijote depuis un moment dans la tête de l’auteure. Amatrice d’histoire, de voyage et de châteaux, Arianne T. Lessard a visité une multitude de ces résidences de la royauté lors de ses voyages aux quatre coins de l’Europe, des lieux qui lui ont inspiré les aventures de Félicie. L’autrice considère même que si Le Bouclier et l’Olivier devait prendre place dans un lieu réel, ce serait en Espagne, à l’époque où son territoire était morcelé après la conquête musulmane.

«Accompagnée d’un guide, je peux passer des heures à l’écouter et à visiter les différentes pièces d’un château», mentionne l’autrice lévisienne.

D’ailleurs, Arianne T. Lessard estime que les lecteurs qui ont aimé les séries historiques ou celles mettant en vedette le Moyen-Âge, telles que Les Chevaliers d’Émeraude, Outlander ou Le Chardon et le Tartan, sauront y trouver leur compte avec Le Bouclier et l’Olivier.

Écrire, écrire, encore écrire

Également, le projet littéraire d’Arianne T. Lessard est né en raison de sa grande passion pour l’écriture. Lorsqu’elle était élève au secondaire, l’une de ses amies rédigeait sur un forum d’histoire collaborative. Chaque personne pouvait soit y créer le début d’un récit, soit continuer celui qu’une ou d’autres personnes avaient déjà entamé. Au fil du temps, le forum s’est mis à occuper toutes les soirées de la jeune Arianne.

«J’étais vraiment une personne introvertie et c’était mon échappatoire pendant quelques années. Ensuite, c’est devenu malsain. Je préférais l’univers de mes romans plutôt que la vraie vie. Mais une fois au cégep, j’ai rencontré des personnes comme moi, puis après l’université j’ai eu plus de temps pour rédiger mes propres histoires», confie-t-elle.

C’est donc en 2019, après avoir complété une première série, que «son personnage (Félicie) l’a pris par la main» et que le récit a pris vie. D’ailleurs, elle possède déjà des pistes d’inspiration pour ses prochains livres.

Suite du roman

Le deuxième livre a été plus difficile à écrire pour l’autrice qui, contrairement à une trilogie, doit ficeler les éléments de son récit à l’intérieur de deux romans. «Le premier tome raconte l’histoire d’un personnage qui représente le Bouclier alors que le second tome raconte celle d’un personnage qui représente l’Olivier. Le personnage du second tome est plus difficile à cerner sur certaines choses, mais selon moi, en six mois je devrais arriver à quelque chose», illustre Mme T. Lessard.

Le deuxième et dernier roman de la série est prévu pour l’année prochaine. D’ici là, le premier est disponible dans les librairies.

Pour plus d’information, consultez le www.arianelessardauteure.com.

Les plus lus

Première réussie pour Country Storm

Tenue du 5 au 7 mai à Saint-Étienne-de-Lauzon, la première édition de Country Storm a été couronnée de succès.

Un Lévisien reçoit un Prix Monde de poésie

Un élève de cinquième secondaire de l’École Pointe-Lévy, Étienne Martineau, a remporté les Prix Galaxie Québec 2022 et Monde 2022 de la 37e édition du Concours international de poésie de Trois-Rivières dans la catégorie des 15 à 17 ans.

Un peu de Lévis aux funérailles nationales de Guy Lafleur

Deux artistes originaires de Lévis ont été au cœur des funérailles nationales de Guy Lafleur, l’ancien joueur étoile des Canadiens de Montréal, tenues à Montréal le 3 mai dernier. Audrey Larose-Zicat, une chanteuse d’opéra, et Jean-Michel Grondin, un organiste, ont fait partie de l’ensemble qui a interprété les pièces musicales lors de la cérémonie.

Faire connaître une réalité d’autrefois par l’écriture

À une époque pas si lointaine, les femmes, bien que certaines se trouvaient au sommet de la monarchie, avaient rarement le pouvoir sur leur destin. Le Bouclier et l’Olivier – La reine déchue est le premier roman d’une duologie publié en mars dernier par la Lévisienne Arianne T. Lessard qui relate ce pan de l’histoire.

Hit The Floor de Lévis célèbre ses 10 ans

Après deux ans d’attente, Hit The Floor (HTF) de Lévis pourra enfin célébrer son 10e anniversaire, lors de son volet lévisien qui aura lieu du 19 au 23 mai prochain au Centre des congrès de Lévis.

Rock et vedettes québécoises à l’honneur au Festivent

C’est en compagnie du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, que le directeur général de Festivent, Sébastien Huot, a dévoilé, le 25 mai, la programmation musicale de la 39e édition du festival lévisien. Pour son retour sous une mouture plus traditionnelle après les chambardements de la pandémie, l’événement mettra en vedette les performances de groupes de rock américains et britanniques dans le vent...

La musique classique envahit l’ESL le temps d’un week-end

L’Orchestre symphonique de Lévis (OSL) a lancé en grande pompe sa première édition du Weekend classique, le 10 mai dernier. Du 27 au 29 mai prochains, l’église Saint-David-de-l’Auberivière sera bercée par cinq concerts de musique classique diversifiés d’artistes de tous azimuts.

Hymne au printemps en support aux Ukrainiens à l’Église de Saint-Anselme

En collaboration avec la Fabrique Saint-Anselme, la soprano Rachelle Thibodeau a mis sur pied un concert-bénéfice, Hymne au printemps, en support et hommage au peuple ukrainien. Au cours de l’événement, des dons seront récoltés pour la cause et six musiciens prendront part à ce spectacle présenté le 22 mai à 15h à l’Église de Saint-Anselme.

Expositions par les finissants en arts visuels du Cégep de Lévis

Les finissants en arts visuels du Cégep de Lévis présentent leurs expositions Collectarium et Sortir du cadre, qui allient peinture, sculpture et photographie, jusqu’au 18 mai. Le vernissage de Sortir du cadre sera notamment présenté à L’Anglicane, le jeudi 12 mai prochain, à 19h.

La musique légère et excentrique de William Hennessey au VBP

L'auteur-compositeur-interprète William Hennessey invite les mélomanes de la région à découvrir son univers folk urbain francoricain lors de son spectacle au Vieux Bureau de Poste de Saint-Romuald, le 6 mai prochain.