Dominique Fils-Aimé écrit des chansons pour mettre «un baume unificateur sur les blessures historiques qui habitent encore notre mémoire collective». CRÉDIT : KEVIN MILLET

L’auteure-compositrice-interprète pétillante est reconnue sur la scène soul, jazz et R&B. Avec une énergie profonde et rebelle empreinte d’espoir, elle chante la liberté, d’une voix émouvante et puissante. Elle sera sur la scène de L’Anglicane le 25 avril avec ses chansons empreintes d’une grande humanité.

Présentée comme une artiste engagée, Dominique Fils-Aimé se définit plutôt comme une artiste «empathique». «L’engagement c’est pour l’armée», souligne-t-elle avec une pointe d’humour. Si elle lutte, c’est contre l’inégalité. Son rêve, c’est de voir un changement sans violence ni vengeance, qui vont souvent de paire avec la révolution.

L’artiste nous rappelle que nous portons en nous cette envie d’humanité et de ne pas l’oublier. «Plusieurs modèles d’inégalités subsistent aujourd’hui. L’envie de changement et d’évolution commune, qui émerge en réponse à ces modèles, est un des thèmes de l’album. Une révolution pacifiste. Ce qui est également l’essence du jazz : une invitation à la liberté», partage la chanteuse.

Dominique Fils-Aimé écrit pour mettre «un baume unificateur sur les blessures historiques qui habitent encore notre mémoire collective». Il faut connaître l’histoire pour ne pas la répéter, estime-t-elle. «Mais mon questionnement est toujours dirigé vers le futur et comment se débarrasser des barrières résiduelles.»

Des formes musicales libérées

D’origine haïtienne, Dominique Fils-Aimé a fait une entrée remarquée sur la scène musicale en 2018 avec son album Nameless. L’artiste montréalaise, qui se détache des standards de composition traditionnels, propose avec Stay Tuned! une œuvre axée sur des formes musicales libérées. Percutant et intense, l’album transcende les genres.

«Stay Tuned! parle de la révolution et du feu. Le rouge est donc la couleur qui représente le mieux l’album. Vu que c’est le deuxième opus de la trilogie qui commença dans le bleu tranquille d’un océan la nuit, nous passons maintenant à un mode de création plus libre et contrastée, comme le feu et ses différentes formes», présente l’auteure des 14 titres de l’album.

Sa voix à l’avant-plan, chaude, émouvante et puissante, porte un message social fort et sans équivoque, le tout enrobé d’un mélange d’influences qui vont du jazz à la soul, en passant par le gospel et le R&B.

«La musique traverse tous nos corps avec ses fréquences et parle d’âme à âme. D’humain à humain. Comme les styles musicaux découlent de nos âmes, elles portent en elles le bagage historique émotionnel de ses racines. Le livre aura les faits, tels que racontés par le vainqueur, la musique aura les émotions humaines, telles que racontées par les artistes.»

Réservations par téléphone au 418 838-6000 ou sur la billetterie en ligne de la salle, billetterie.langlicane.com.

Les plus lus

La relève artistique ne prend pas de pause

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

Des expositions virtuelles pour des finissants du CLL

Plutôt que d’exposer leurs œuvres chez Regart et au Centre d’exposition Louise-Carrier comme leurs prédécesseurs, les 16 finissants du programme d’arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) présenteront leurs nouvelles œuvres sur le Web, du 12 mai au 15 août.

Le déconfinement de la culture débutera le 29 mai

C’est une première étape. Les musées, les comptoirs de prêt des bibliothèques et les ciné-parcs pourront rouvrir au public le 29 mai.

L’art pour faire du bien

Depuis le début de la crise de la COVID-19, les Québécois ont fait preuve de créativité pour se changer les idées. Lévis n’y fait pas exception et plusieurs résidents de la ville ont utilisé l’art pour éloigner l’ennui tout en divertissant les membres de leur communauté.

«Les arts vivants ont survécu depuis des millénaires»

Aucun spectacle à l’affiche et des salles qui restent vides. Confinés et en télétravail, les artisans de la culture travaillent sans relâche afin de poursuivre leur mission et assurer la pérennité des scènes locales. L’équipe derrière L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise Carrier est à pied d’œuvre pour s’adapter à la situation et poursuivre sa mission de diffusion des arts.

COVID-19 : 400 M$ pour la culture

Le premier ministre du Québec, François Legault, accompagné de Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, a annoncé le début de son plan de déconfinement du milieu culturel en annonçant des investissements de 400 M$ pour les différents secteurs du milieu, le 1er juin dernier lors de sa conférence de presse quasi quotidienne.