Le nouveau bâtiment sera situé à l’arrière de la bâtisse historique sans la dépasser en hauteur. Une terrasse et un mur végétalisé devraient être ajoutés. CRÉDIT : COURTOISIE

Depuis le 1er avril, le Vieux Bureau de Poste (VBP) est fermé pour trois mois, en raison de travaux de mise aux normes. La salle de spectacle lévisienne rouvrira ses portes le 1er juillet, juste à temps pour le début du théâtre d’été. Ses bureaux ont été relocalisés à quelques pas et la billetterie reste ouverte.

Les derniers spectacles de la saison programmés par le Vieux Bureau de Poste (VBP) ont lieu au Juvénat Notre-Dame. Un dernier y sera présenté le 25 mai prochain, Hypocrite(s) de l’humoriste Billy Tellier. Si les représentations ont dû déménager, c’est en raison de rénovations en cours dans la construction qui date de 1929.

«La Ville de Lévis, qui est propriétaire de la bâtisse, fait des travaux pour s’assurer que le bâtiment répond aux normes de sécurité incendie de 2019», explique Véronique Bernier, directrice générale du VBP.

Gicleurs, ajout de sorties de secours, matériaux et revêtements résistants au feu, tous les équipements permettant de garantir la sécurité des spectateurs seront renouvelés.

Temporairement relocalisée au 2219 sur le chemin du Fleuve jusqu’à la fin des travaux, l’administration et la billetterie seront ensuite installées à l’étage ainsi qu’une salle de réunion et la loge des artistes. 

La salle de spectacle sera repeinte. L’aménagement en tant que tel ne changera pas l’aspect des lieux pour le public… Tant que la suite des travaux n’aura pas été réalisée.

«Pour nous, il s’agit d’une phase 1 dans le grand projet d’agrandissement du Vieux Bureau de Poste», annonce la directrice. Même si les budgets n’ont pas encore été attribués, le projet «chemine bien». Les travaux en cours ont donc été pensés en fonction de la seconde phase.

Un lieu devenu trop petit

 Il faut dire que le VBP se trouve à l’étroit dans son bâtiment et manque cruellement d’espaces d’accueil et de rangement. Sans compter que l’actuel plateau est petit, sans coulisses ni arrière-scène, ce qui limite le choix des disciplines artistiques proposées.  

«Le Vieux Bureau de Poste a connu une belle croissance ces dernières années. Il était devenu impératif d’améliorer nos conditions d’accueil pour garder notre notoriété», fait valoir celle qui mise sur davantage de confort dans un lieu qui n’était à l’origine pas prévu pour la diffusion culturelle. «C’est un point faible, on se le fait dire beaucoup. C’est serré, la ventilation est dirigée aux mauvais endroits.»

5 M$ et une nouvelle salle 

Lors de la seconde phase des travaux, le VBP sera donc agrandit. Accolé à l’ancien, le nouveau bâtiment, à l’extérieur végétalisé, accueillera la future salle de spectacle, à géométrie variable, de 150 places plutôt que 100 présentement. De plus, le plateau sera deux fois plus grand et un débarcadère sera aménagé pour la réception du matériel de scène.

«On veut garder la même vocation, ce qui nous distingue et fait notre force. La salle va être pensée pour des petites jauges et des découvertes. On veut garder son côté chaleureux et intime», rappelle la directrice.

Billetterie, hall d’accueil, vestiaire, foyer, tous les services resteront accessibles dans l’actuelle bâtisse à laquelle une terrasse s’ajouera afin d’être un lieu de rencontre et de détente pour les habitants ainsi qu’une halte pour les cyclistes.

«On veut que ce soit un projet central pour animer le quartier. Dans le cadre de la revitalisation, le Vieux Bureau de Poste a été ciblé comme un acteur clé. Le projet est pensé pour la communauté. On veut que ce soit ouvert en journée», souhaite Véronique Bernier. 

Au total, l’investissement prévu est estimé à 5 M$. «On vient de terminer l’étude de faisabilité du projet qui comprend des plans préliminaires. C’est dans les priorités de la Ville en matière de culture.» Le dossier devrait être déposé aux ministères de la Culture et du Patrimoine canadien avant l’été.

«On parle de huit mois à un an de travaux. De la façon dont le projet est pensé, on espère être capable de rester ouvert une grande partie des travaux.»

Les plus lus

La relève artistique ne prend pas de pause

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

Des expositions virtuelles pour des finissants du CLL

Plutôt que d’exposer leurs œuvres chez Regart et au Centre d’exposition Louise-Carrier comme leurs prédécesseurs, les 16 finissants du programme d’arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) présenteront leurs nouvelles œuvres sur le Web, du 12 mai au 15 août.

Le déconfinement de la culture débutera le 29 mai

C’est une première étape. Les musées, les comptoirs de prêt des bibliothèques et les ciné-parcs pourront rouvrir au public le 29 mai.

L’art pour faire du bien

Depuis le début de la crise de la COVID-19, les Québécois ont fait preuve de créativité pour se changer les idées. Lévis n’y fait pas exception et plusieurs résidents de la ville ont utilisé l’art pour éloigner l’ennui tout en divertissant les membres de leur communauté.

«Les arts vivants ont survécu depuis des millénaires»

Aucun spectacle à l’affiche et des salles qui restent vides. Confinés et en télétravail, les artisans de la culture travaillent sans relâche afin de poursuivre leur mission et assurer la pérennité des scènes locales. L’équipe derrière L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise Carrier est à pied d’œuvre pour s’adapter à la situation et poursuivre sa mission de diffusion des arts.

COVID-19 : 400 M$ pour la culture

Le premier ministre du Québec, François Legault, accompagné de Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, a annoncé le début de son plan de déconfinement du milieu culturel en annonçant des investissements de 400 M$ pour les différents secteurs du milieu, le 1er juin dernier lors de sa conférence de presse quasi quotidienne.