CRÉDIT : COURTOISIE

En août, vingt choristes de Lévis et de Québec s’envoleront pour participer une seconde fois au Festival du Chant de Marin de Paimpol qui a lieu tous les deux ans sur le port de Paimpol, en Bretagne.

Vibrante et forte de ses racines, la Gamik vocale chantera le Québec, le fleuve et la mer sur les rives bretonnes, lors du grand rendez-vous musical et maritime qu’est le Festival du Chant de Marin de Paimpol. Offrant des prestations sans partition, avec émotion et un accent bien de chez nous, le chœur sait créer des moments de surprise.

Sous la direction d’Andréanne Gallichant, les voix dominent et sont accompagnées d’instruments, contrebasse, violon, accordéon, piano, guitare, trompette, percussions, qui sortent au gré des chansons. 

«Paimpol, c’est l’occasion de s’emplir les oreilles d’excellente musique, les narines d’air salin et la panse de délices bretons. Mais surtout, c’est un lieu de rencontres formidable pour tous les amoureux de cette langue universelle qu’est la musique. Pour la Gamik, c’est un grand honneur et surtout un immense bonheur de pouvoir chanter au 30e du Festival du Chant de Marin de Paimpol qui a pour thème Best of, s’est réjouit la fondatrice et cheffe de chœur Andréanne Gallichant.

Les plus lus

La relève artistique ne prend pas de pause

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

Des expositions virtuelles pour des finissants du CLL

Plutôt que d’exposer leurs œuvres chez Regart et au Centre d’exposition Louise-Carrier comme leurs prédécesseurs, les 16 finissants du programme d’arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) présenteront leurs nouvelles œuvres sur le Web, du 12 mai au 15 août.

Le déconfinement de la culture débutera le 29 mai

C’est une première étape. Les musées, les comptoirs de prêt des bibliothèques et les ciné-parcs pourront rouvrir au public le 29 mai.

L’art pour faire du bien

Depuis le début de la crise de la COVID-19, les Québécois ont fait preuve de créativité pour se changer les idées. Lévis n’y fait pas exception et plusieurs résidents de la ville ont utilisé l’art pour éloigner l’ennui tout en divertissant les membres de leur communauté.

«Les arts vivants ont survécu depuis des millénaires»

Aucun spectacle à l’affiche et des salles qui restent vides. Confinés et en télétravail, les artisans de la culture travaillent sans relâche afin de poursuivre leur mission et assurer la pérennité des scènes locales. L’équipe derrière L’Anglicane et le Centre d’exposition Louise Carrier est à pied d’œuvre pour s’adapter à la situation et poursuivre sa mission de diffusion des arts.

COVID-19 : 400 M$ pour la culture

Le premier ministre du Québec, François Legault, accompagné de Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, a annoncé le début de son plan de déconfinement du milieu culturel en annonçant des investissements de 400 M$ pour les différents secteurs du milieu, le 1er juin dernier lors de sa conférence de presse quasi quotidienne.