CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

C’est un Patrice Michaud solide accompagné de ses musiciens qu’ont accueilli à bras ouverts les festivaliers du Festivent Ville de Lévis sur la scène Hydro-Québec, hier soir. L’auteur-compositeur-interprète a offert une prestation complètement folle à la foule nombreuse.

Déjà, on sentait la fébrilité dans l’air quand les lumières se sont éteintes et qu’on a annoncé le début du spectacle. Patrice Michaud et ses musiciens sont entrés sur scène avec la chanson Kamikaze et rapidement les festivaliers étaient nombreux à chanter l’air du musicien originaire de Cap-Chat. Michaud était à l’aise, placoteux et s’amusait avec la foule. D’entrée de jeu, c’était gagné.

Il a mis au défi les Lévisiens d’être le plus bruyant de ses publics tout juste avant d’entamer son premier classique On fait comme si. Puis, il a surpris tout le monde en accueillant un invité, le jeune auteur-compositeur-interprète, Simon Kearney. Michaud et Kearney sont alors allés du côté du répertoire du jeune musicien en interprétant L’infirmière suivie d’une chanson qu’ils certifient n’avoir pratiquée que quelques heures avant le spectacle, Cecilia du groupe Simon & Garfunkel. Pour une première, c’en était une excellente. Les musiciens sur scène ont inclus les festivaliers dans leur folie passagère, au grand plaisir de tous. «Ça, ça s’appelle un fantasme!», s’est écrié Patrice Michaud.

Rapidement, le groupe a continué de faire rouler le rythme à toute vitesse de son spectacle en invitant la foule à chanter avec eux la chanson Julie revient. Julie s’en va. S’en ait suivi d’une confidence lorsqu’il a entamé la reprise traduite de la chanson Stop! de Sam Brown, la chanson sur laquelle Patrice Michaud a dansé son premier slow. Il s’est lancé dans la foule pour l’interpréter avec toute l’intensité que ce classique dégage.

S’est enclenchée une section plus calme du spectacle lorsque les premières notes d’Apocalypse Wow ont été jouées suivi du Feu de chaque jour, d’une reprise d’Encore et encore de Francis Cabrel mélangée avec la chanson So Lonely du groupe The Police et de La saison des pluies. Le train d’enfer est revenu à toute vitesse avec Je cours après Marie et son succès populaire Mécaniques générales qui a été chanté en bonne partie par la foule.

Les musiciens ont alors remercié la foule pour le «premier spectacle à l’extérieur» de Patrice Michaud. Même pas encore sorti de scène, les festivaliers scandaient son nom. Le groupe est revenu sur scène vêtu de petites vestes brillantes et de lunettes fumées. «Vous avez été incroyables Lévis, vous méritez Les Majestiques!», a-t-il lancé à la foule avant de clore le spectacle sur une version complètement déjantée de la chanson Le crash du Concorde.

Laurence Castera et son rock intense

L’ex-candidat de l’édition 2014 de l’émission La Voix, Laurence Castera réchauffait la scène pour Patrice Michaud. Le Beauceron a offert une prestation sentie au maigre public qui grandissait plus les minutes avançaient. Accompagné de ses musiciens dont Guillaume Méthot, aussi guitariste du groupe Caravane, qui multipliait les solos de guitare intenses dans une transe totale. «C’t’un show de rock’n’roll, ok?», a lancé à la foule Castera après la deuxième chanson.

Tenace et déchirante, la musique de Laurence Castera a été bien accueillie par les festivaliers qui ont été captivés par les airs du Beauceron qui en était à son deuxième passage au Festivent, a-t-il rappelé, alors qu’il était le guitariste du groupe Automat lors de l’édition 2010 du festival de Saint-Jean-Chrysostome.

Castera et ses musiciens ont été généreux en offrant au public lévisien des compositions de leur premier album Le bruit des mots (2017) et du second Les hauts lieux (2019).

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Le sapin de Léna

Comme chaque année, l'auteure lévisienne Brigitte Allard nous propose un conte de Noël de sa création. Bonne lecture!

12 danseuses lévisiennes avec Les Grands Ballets

Lors de la présentation de Casse-Noisette au Grand Théâtre de Québec en décembre dernier, 12 élèves de l’école Élédanse étaient du spectacle.

Regard artistique bienveillant sur la petite enfance

Dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, le centre de la petite enfance (CPE) La Chiffonnelle (Mouvement Desjardins), a voulu mettre en lumière le nouveau programme éducatif des services de garde à la petite enfance.

Une exploration poétique de la part trouble de la maternité

Souvent tus, les recoins les plus obscurs de la maternité sont explorés par Anne-Marie Desmeules dans Le tendon et l’os. Ce récit poétique parle de ce qui ne se dit pas, de la noirceur qui teinte l’existence. L’autrice amène dans la lumière et l’acception des émotions enfouies.

Ses sculptures à Montréal

Le joueur de hockey vedette, Guy Carbonneau, a été intronisé au Temple de la renommée. Rosanne Pommerleau, sculptrice qui a récemment quitté Saint-Michel-de- Bellechasse pour s’installer à Saint-Gervais, a réalisé son portrait en bronze pour le musée des Canadiens. Guy Carbonneau est le troisième joueur sculpté par l’artiste en haut relief, après Rogatien Vachon et Mark Recchi.

La couronne de la Reine de Lévis exposée à Regart

En collaboration avec le 10e anniversaire de la Revengeance des duchesses, Regart présente une installation de la reine de Lévis, Andréanne «Virgule» Béland, dans la vitrine jusqu’au 20 janvier.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.