CRÉDIT : GILLES BOUTIN

L’heure était aux retrouvailles vendredi soir, au Festivent, alors que le rappeur jamaïcain Sean Paul débarquait en ville pour une deuxième fois en cinq ans sur la scène Loto-Québec, après son spectacle en 2014. Le chanteur n’a pas lésiné pour rendre cette soirée mémorable.

Déjà en début de journée, les organisateurs étaient bien au fait que la tête d’affiche déplacerait sans doute l’une des foules les plus imposantes de la présente édition. Pari réussi, puisque quelques minutes avant le début du spectacle, il devenait quasiment impossible de se faufiler pour se rapprocher davantage de la grande scène. Les gens avaient déjà commencé à se trémousser au son de la musique suivant la première partie, en attendant avec fébrilité l’arrivée du tant attendu Sean Paul.

Il aura toutefois dû faire preuve de patience, puisque le rappeur n’est monté sur scène que vers 22h, soit une bonne trentaine de minutes après l’heure prévue du début du spectacle. Le DJ qui l’accompagnait aura bien essayé de faire passer le temps plus rapidement, pendant une quinzaine de minutes, mais c’était peine perdue. Ils voulaient Sean Paul.

Une vague qui ne donne pas de répit

Tout juste monté sur scène, il était déjà pardonné. Dès les premières secondes de No Lie, les fortes basses et le chanteur qui compte six albums en carrière ont occupé la place afin de remplir une mission; celle de faire danser le Parc Champigny transformé en veritable danceclub à saveur reggae.   

À peine avait-on le temps de souffler qu’il a enchaîné l’électrique Get Busy, avec ses deux danseuses qui se déhanchaient pour donner le rythme. Après avoir envoyé sans temps mort les fameuses Got 2 Luv U et Mad Love, l’artiste qui a multiplié les collaborations en a fait entendre quelques-unes, au grand bonheur des spectateurs issus de toutes les générations.

S’ensuivirent ainsi les bombes Cheap Thrills, de Sia et Bailando, où les pas de danse latino étaient les bienvenus. Sa reprise d’Ed Sheeran avec la toujours populaire Shape Of You était sur toutes les lèvres, précédant un pot-pourri d’autres chansons.

Plusieurs d’entre elles ont d’ailleurs été écourtées, pour parvenir à faire entrer tout le programme de 24 chansons dans les délais prescrits.

Le mercure grimpe  

 La soirée avait presqu’atteint son apogée avec Shot And Wine, Trumpets et She Doesn’t Mind, lorsque l’on a pu reconnaître les premières notes du succès vieux de 2006, Temperature. Il regardait sa montre en expliquant qu’on lui demandait de quitter bientôt la scène, au désarroi de ceux qui trouvaient la soirée encore trop jeune.

Sean Paul ne s’est pas laissé charmer par les acclamations et, après avoir allongé un peu la version du hit radiophonique, il a quitté la scène sans plus de flaflas. Sa performance d’une heure semblait avoir plu aux fans, qui auraient surement apprécié plus de sa part, vu l’attente du début.

En termes de retrouvailles, c’était court et touchant.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Le sapin de Léna

Comme chaque année, l'auteure lévisienne Brigitte Allard nous propose un conte de Noël de sa création. Bonne lecture!

12 danseuses lévisiennes avec Les Grands Ballets

Lors de la présentation de Casse-Noisette au Grand Théâtre de Québec en décembre dernier, 12 élèves de l’école Élédanse étaient du spectacle.

Regard artistique bienveillant sur la petite enfance

Dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, le centre de la petite enfance (CPE) La Chiffonnelle (Mouvement Desjardins), a voulu mettre en lumière le nouveau programme éducatif des services de garde à la petite enfance.

Une exploration poétique de la part trouble de la maternité

Souvent tus, les recoins les plus obscurs de la maternité sont explorés par Anne-Marie Desmeules dans Le tendon et l’os. Ce récit poétique parle de ce qui ne se dit pas, de la noirceur qui teinte l’existence. L’autrice amène dans la lumière et l’acception des émotions enfouies.

Ses sculptures à Montréal

Le joueur de hockey vedette, Guy Carbonneau, a été intronisé au Temple de la renommée. Rosanne Pommerleau, sculptrice qui a récemment quitté Saint-Michel-de- Bellechasse pour s’installer à Saint-Gervais, a réalisé son portrait en bronze pour le musée des Canadiens. Guy Carbonneau est le troisième joueur sculpté par l’artiste en haut relief, après Rogatien Vachon et Mark Recchi.

La couronne de la Reine de Lévis exposée à Regart

En collaboration avec le 10e anniversaire de la Revengeance des duchesses, Regart présente une installation de la reine de Lévis, Andréanne «Virgule» Béland, dans la vitrine jusqu’au 20 janvier.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.