CRÉDIT : EMILIE PELLETIER

Le dernier invité à fouler les planches de la scène Hydro-Québec pour l’édition 2019 du festival était nul autre que le généreux Gregory Charles. Le virtuose, entouré d’une équipe de six musiciens, a mis le feu à la place en laissant libre cours à la musique.

«J’espère que vous n’avez pas de party prévu après celui-là, parce qu’on est ensemble pour les huit prochaines heures», a d’emblée lancé le prodige de 51 ans, qui a révélé son talent au public dans les années 1980. Il venait d’ailleurs de lancer le bal, avec l’énergique Born To Be Wild, première interprétation du programme entièrement improvisé de l’artiste.

Le chanteur a fait part de ses intentions au public, en soutenant vouloir couvrir tout le répertoire de la musique, «sauf celui de Weezer», le groupe qui se donnait en concert au même moment, sur la scène Loto-Québec du Parc Champigny. C’est ainsi que, sans perdre aucune minute du précieux temps qui lui était alloué, Gregory Charles a entamé avec son band un marathon essoufflant de plus de 50 chansons.

Dès que les premières notes de J’entends frapper de Pagliaro ont résonné, le tour était joué. La foule accompagnait sans gêne la voix du pianiste, qui se contentait de donner la note à ses musiciens avant de se relever et de danser aux abords de la scène avec la foule, somme toute peu nombreuse présente à ses pieds.

Un répertoire infini

On a rapidement pu comprendre que l’émission Virtuose, qu’il a animé sur les ondes de la première chaîne de ICI Radio-Canada, n’avait pas été baptisée ainsi simplement pour les participants. À mi-chemin entre homme et magicien, Gregory Charles n’a cessé d’impressionner avec ses connaissances inépuisables de la musique.

Entre nostalgie et intensité se sont défilées des versions enivrantes de succès d’artistes internationaux comme Metallica, Bruno Mars, Bryan Adams et les Beatles, alors que la francophonie a elle aussi été à l’honneur avec des reprises de Robert Charlebois, Les Trois Accords et Jean Leloup, les spectateurs étant toujours impliqués dans leur rôle de choristes.  

Puis, Un peu plus haut, de la grande Ginette Reno a été entonnée sur un ton intimiste, en hommage à «une amie partie trop vite», la comédienne et animatrice Marie-Soleil Tougas. La fête a ensuite repris de plus belle avec un pot-pourri de gigues québécoises, où l’on a cru que la fin approchait, au grand dam du public qui n’était toujours pas rassasié du talent de l’imprévisible interprète.

C’est à ce moment qu’à la demande généralisée de la foule, la troupe de Gregory Charles a poursuivi, sous un torrent d’acclamations, l’impressionnante performance entamée depuis déjà 1h30.

I Feel Good de James Brown, Celebration et Ça fait rire les oiseaux témoignaient bien de l’ambiance qui régnait et qui avait conquis les spectateurs. Sur le coup de 23h, la soirée tirait à sa fin avec des hits radio actuels. Satisfaits et sans doute stupéfaits par l’effervescence musicale, les gens ont donc pris le chemin de la sortie en chantonnant des succès qu’ils venaient d’entendre.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Le sapin de Léna

Comme chaque année, l'auteure lévisienne Brigitte Allard nous propose un conte de Noël de sa création. Bonne lecture!

12 danseuses lévisiennes avec Les Grands Ballets

Lors de la présentation de Casse-Noisette au Grand Théâtre de Québec en décembre dernier, 12 élèves de l’école Élédanse étaient du spectacle.

Regard artistique bienveillant sur la petite enfance

Dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, le centre de la petite enfance (CPE) La Chiffonnelle (Mouvement Desjardins), a voulu mettre en lumière le nouveau programme éducatif des services de garde à la petite enfance.

Une exploration poétique de la part trouble de la maternité

Souvent tus, les recoins les plus obscurs de la maternité sont explorés par Anne-Marie Desmeules dans Le tendon et l’os. Ce récit poétique parle de ce qui ne se dit pas, de la noirceur qui teinte l’existence. L’autrice amène dans la lumière et l’acception des émotions enfouies.

Ses sculptures à Montréal

Le joueur de hockey vedette, Guy Carbonneau, a été intronisé au Temple de la renommée. Rosanne Pommerleau, sculptrice qui a récemment quitté Saint-Michel-de- Bellechasse pour s’installer à Saint-Gervais, a réalisé son portrait en bronze pour le musée des Canadiens. Guy Carbonneau est le troisième joueur sculpté par l’artiste en haut relief, après Rogatien Vachon et Mark Recchi.

La couronne de la Reine de Lévis exposée à Regart

En collaboration avec le 10e anniversaire de la Revengeance des duchesses, Regart présente une installation de la reine de Lévis, Andréanne «Virgule» Béland, dans la vitrine jusqu’au 20 janvier.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.