Carmen Genest a chanté le 8 août au festival de jazz de Lévis.

La chanteuse avait disparu de la scène depuis deux ans. Carmen Genest a fait son grand retour sur la scène du Festival Jazz etcetera, qui se tenait du 8 au 11 août dans le Vieux-Lévis. Atteinte, d’une paralysie partielle des cordes vocales, la Lévisienne a du réapprendre à utiliser sa voix.

Un timbre puissant perce la nuit, celui de Carmen Genest en concert sur la grande scène du Festival Jazz etcetera, le 8 août dernier. Accompagnée des musiciens de l’ensemble Joël et les Outsiders, la chanteuse a repris les grands succès de la musique soul des années 1970, avec Stevie Wonder, Aretha Franklin, James Brown, et aussi des pièces plus récentes de Bruno Mars, le tout en mariant le jazz fusion, le funky, le blues et le swing.

Les retrouvailles avec la scène et les spectateurs se sont bien passées à la grande joie de la chanteuse, qui a passé une soirée «fantastique». «On était bien, il faisait beau, la foule était là. On est vraiment contents de notre performance», se réjouit Carmen Genest au lendemain du concert.

C’est comme si la chanteuse ne s’était jamais éloignée de la scène. «Je me sentais bien. J’étais chez nous et je sentais que dans la foule, il y a des gens qui m’aiment. Donc, ça donne beaucoup d’énergie», partage-t-elle avec bonheur. 
C’est à l’invitation de son complice Joël Thibault, que Carmen Genest est remontée sur les planches. Programmé au festival, le musicien avec qui elle avait déjà travaillé et qu’elle compte parmi ses amis, lui a proposé de créer un nouveau spectacle. 

«À partir du moment où je me suis dis, je reviens, je n’ai pas fait de compromis et choisi que des chansons que j’aime, dont plusieurs que je n’avais jamais fait. Que du bonheur et du plaisir», confie-t-elle.
La musique soul, c’est celle avec laquelle elle a grandi. La musique qui la faisait vibrer jeune fille quand elle regardait la cassette des Blues Brothers et que la chanteuse a ensuite eu envie d’interpréter. 

«Je viens d’un rang. Chez moi, à Saint-Jean-Chrysostome, il n’y avait pas de câble, rien. Mais on avait un lecteur de VHS avec des cassettes. L’une d’elle, c’est le film des Blues Brothers dans lequel passent Aretha Franklin, James Brown, plein d’artistes de soul. Je l’ai écouté en boucle pendant des années!»

Des cordes vocales qui ne bougent plus

Il y a un an et demi, Carmen commence à avoir des difficultés à avaler. Elle passe alors un examen médical. «Ils passent une caméra par le nez et il nous font chanter dans le bureau du médecin», raconte-t-elle. Une partie de ses cordes vocales ne bouge plus.

«Depuis deux ans, il y a des notes qui n’existaient plus dans ma voix, sans que je sache pourquoi. C’est assez décourageant. J’ai ralenti, jusqu’à abandonner l’idée de chanter», se souvient-elle.

L’artiste craint d’être atteinte d’une maladie dégénérative, mais ce diagnostic est très vite éliminé. L’explication est mécanique. «On a eu des années difficiles et des épreuves. J’ai tenu, j’ai ravalé. Il y en a qui développent autre chose, moi, ça a été ça.»

La chanteuse participe à un spectacle, malgré son manque de confiance en elle et s’étonne de ce qu’elle parvient à réaliser. «Le lendemain, je me suis dit, pourquoi pas essayer de réapprendre moi-même.» Celle qui a aussi été professeure de chant connaît ses mécanismes, s’exerce et parvient à «replacer» sa voix, comme on réapprend à marcher. 

«Il faut accepter de prendre son temps pour avancer, ne pas forcer les choses. Le temps d’arrêt que j’ai pris, je ne le regrette pas. Si au départ, je m’étais entêtée, je pense que ça n’aurait pas fonctionné. J’ai accepté que ça n’allait plus être comme avant et j’ai recommencé.» Certaines cordes vocales ne bougent plus, mais n’empêchent plus Carmen de chanter. 

Les plus lus

Une soirée d’épouvante pour les jeunes

Un premier salon de l’épouvante et du fantastique se tiendra le samedi 5 octobre, au Patro de Lévis. À l’invitation du Lévisien Luca Jalbert, le créateur de Ça fout la chienne, petits et grands, y partageront passion et frisson.

Taktika célèbrera l’optimisme à L’Anglicane

C’est le 4 octobre prochain que Taktika, légendaire duo de rappeurs originaire de Lévis, lancera officiellement à L’Anglicane sa nouvelle tournée de spectacles mettant en vedette son dernier opus, Tant que j’respire. Sur la scène où ils ont déjà vécu des moments marquants de leur carrière, T-Mo (Frédéric Auger) et B-Ice (Simon Valiquette) offriront une performance remplie de surprises pour partage...

La culture, prétexte pour se rencontrer

Les Journées de la culture se tiendront partout au Québec du 27 au 29 septembre prochains. Cette année, la thématique de l’événement sera la rencontre, une foule d’activités en sol lévisien seront offertes à ceux qui souhaitent célébrer l’art et la culture.

Une 13e édition du Rallye Cultur’Art tout en rencontres

Le Groupe Cultur’Art de Lévis a lancé, le 27 septembre dans le cadre des Journées de la culture, la 13e édition du Rallye Cultur’Art de Lévis qui se déroulera sur le territoire lévisien les 19 et 20 octobre prochains. La thématique de cette édition sera Des rencontres Treiz’artistique.

Maison natale de Louis Fréchette : la littérature envahit la rue

Les 21 et 22 septembre, l’événement Des mots sur le pavé s’installe dans un lieu incongru : un stationnement public du Vieux Saint-Romuald. Au menu, conte, projection, rencontre et activités autour des mots.

L’ADISQ encense Les Louanges

Vincent Roberge, auteur-compositeur-interprète originaire de Lévis mieux connu sous son nom d’artiste Les Louanges, fait partie du peloton de tête des finalistes pour les prochains galas de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ).

Des artistes de la Chaudière-Appalaches récompensés

C’est le 19 septembre qu’a eu lieu le vernissage de l’exposition Chaudière-Appalaches en œuvres – Deuxième vie. Douze prix ont alors été attribués aux participants de cette exposition-concours organisée par le Musée Marius-Barbeau de Saint-Joseph-de-Beauce.

Dévoilement des invités mystères du VBP

Les sœurs Boulay, Bears of Legend et Sam Breton sont les trois invités mystères qui s’ajoutent à la programmation du Vieux Bureau de Poste (VBP) pour la série Coups de cœur.

Là où s’entremêlent les fils des cultures

Présentée le 10 octobre, la pièce Warda de l’auteur Sébastien Harrisson sera la première de la série Théâtre 2019-2020 (lire aussi p.35) à L’Anglicane.

Du théâtre qui questionne le sens de la vie

Cinq pièces seront présentées à L’Anglicane cette année. Ces créations théâtrales mettent en scène une quête, celle d’un personnage qui se questionne profondément sur la valeur de sa propre vie et sur le pouvoir qu’il a d’accepter ou de changer les choses.