Guy Bégin se présente comme un peintre impressionniste. CRÉDIT : AUDE MALARET

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

La lavande de la Provence, les façades des maisons du sud-ouest de la France, les lacs de Croatie, un petit port et toujours des fleurs, jaunes, orange, rose ou violette, ornent les murs d’une salle de réception du Club de golf de Lévis.

Le peintre originaire de Lévis Guy Bégin y présente certaines de ses toiles les plus récentes dans une exposition permanente. Son style, qu’il caractérise d’impressionniste, se distingue par de petites touches de peinture. 

Dans ses toiles, le peintre partage sa joie de vivre et il ne peint que lorsqu’il est en pleine forme.

«Si, pendant une journée, j’ai mal quelque part, je ne peins pas. Je veux être bien dans ma peau pour transmettre de bons sentiments. Je cherche le bonheur dans mes toiles, d’où les couleurs joyeuses.»

L’inspiration naît au cours de ses voyages. À l’étranger, il ne se déplace jamais sans un carnet de croquis et prend des notes. «C’est un aide-mémoire, avec les photos aussi. J’en prends beaucoup. Ce que je peins s’en inspire». 

Une deuxième carrière

Pour Guy Bégin, la peinture est une deuxième carrière. «À l’âge de 40 ans, j’ai décidé de suivre le rêve de mes 18 ans et de faire de la peinture à plein temps», se remémore-t-il. Son entreprise vendue, celui qui était comptable change de métier pour se consacrer entièrement à sa passion.

«C’est un âge où on prend des décisions et on fait parfois des changements dans notre vie. Pour moi, ça a été la peinture», confie-t-il. Depuis qu’il a 17 ans, Guy Bégin n’a jamais cessé de peindre. 

La transition n’est pas facile. «Parce que j’ai été en affaires à Lévis pendant 22 ans, les gens me voyaient comme un homme d’affaires et non pas comme un artiste», observe-t-il.

Alors, Guy Bégin choisit de partir, temporairement. En 1985, il passe un été en Europe avec sa conjointe et ses deux enfants, alors âgés de 9 et 15 ans. Ensemble, ils visitent de nombreux musées pour «mieux comprendre la peinture». Angleterre, Belgique, Allemagne, Autriche, Italie et France, l’artiste s’imprègne des paysages qui influencent encore sa peinture.

Puis, ils passent un hiver en Californie. «Ça avait deux buts. Je voulais que mes enfants apprennent l’anglais. Et aussi, m’éloigner de mon milieu naturel pour voir si ça pouvait fonctionner là où personne ne me connaissait.»

Dans le sud des États-Unis, il se laisse inspirer par La Jolla, une communauté proche de San Diego, ses couleurs et son bord de mer. «Il y avait beaucoup de kiosques qui vendaient des fleurs coupées au coin des rues. J’ai commencé à peindre des fleurs.»

Pendant les deux premières années de 1985 à 1987, il peint 700 tableaux pour acquérir une technique qui lui est personnelle. «J’en faisais de tous les styles. Je copiais Picasso, Matisse, Van Gogh. Mais il fallait que je me trouve un style à moi.»

Qualifié aujourd’hui de peintre des parfums, Guy Bégin peint ses impressions et la beauté de ce qui l’entoure. Des couleurs sur la toile effleurent les souvenirs, comme un parfum qui ravive la mémoire.  

Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.