Luca Jalbert et les jeunes acteurs de la websérie ont tourné cet été la saison 2. CRÉDIT : DUQUET - PHOTOGRAPHIE

Un premier salon de l’épouvante et du fantastique se tiendra le samedi 5 octobre, au Patro de Lévis. À l’invitation du Lévisien Luca Jalbert, le créateur de Ça fout la chienne, petits et grands, y partageront passion et frisson.

Bien plus qu’un magazine, Ça fout la chienne veut rassembler les jeunes passionnés par les histoires qui font peur. À l’occasion du premier anniversaire du trimestriel, les amateurs du genre se retrouveront lors d’une soirée dans la lignée de l’univers de la revue.

«C’est une soirée entre mini salon du livre, Comic-Con et projections. Il y en aura pour tous les goûts! On va lancer le mois d’octobre en se mettant dans l’ambiance d’Halloween», annonce Luca Jalbert. 

Au programme de la première édition de la Soirée qui fout la chienne : des auteurs québécois, un bazar de la terreur, tapis rouge et projection en avant-première du premier épisode de la saison 2 de la websérie Ça fout la chienne en présence des jeunes acteurs, tables rondes littéraires et cinématographiques ainsi que projections de courts-métrages terrifiants.

Parmi les invités, les écrivains Marilou Addison, Carolyn Chouinard, France Gosselin, Pierre-Luc Lafrance et Frédéric Raymond seront présents sur place pour rencontrer le public. Le collectionneur Danny Drouin présentera des affiches, des figurines, des livres et autres trouvailles. 

Jouer avec l’adrénaline

Pour ses organisateurs, l’événement se veut «un moment de partage et de rencontre dans le milieu de l’épouvante et de l’horreur au Québec». Plus méconnu, le genre qui n’a rien de dark n’est pourtant pas réservé aux adultes et rassemble de nombreux créateurs, souligne Jonathan Reynolds. 

«Tout en étant dans un milieu sécuritaire, les jeunes affrontent leurs peurs, jouent avec l’adrénaline et vivent le vertige grâce à l’épouvante. Pourquoi les jeunes vont tant au cinéma en gang se faire peur? Et quand ils sortent, ça rit!», observe Luca Jalbert.

La création d’un monde

Tournée à Lévis et en Chaudière-Appalaches pendant l’été, la saison 2 de la websérie Ça fout la chienne sera officiellement lancée le 30 octobre. Cet automne, ce sont deux épisodes indépendants l’un de l’autre qui seront diffusés en ligne sur la chaîne YouTube du magazine.

Puis en mars prochain, cinq épisodes seront dévoilés. Cette fois, chaque partie se déroulera dans un seul et même univers. La série suivra un groupe de jeunes qui va en rencontrer d’autres sur plusieurs saisons. 

«La deuxième saison était vouée à être réalisée de la même manière que la première», rappelle Luca Jalbert. Sauf que les jeunes lui demandaient toujours à la fin de chaque épisode de la saison 1 ce qui arrivait au héros… «Mais il n’y avait pas de suite, c’était une petite histoire en elle-même», admet-il.

Alors, en cours de réalisation et à la demande de son public, le réalisateur a décidé de faire le lien entre les histoires et de raconter les aventures des «enfants perdus», un groupe de quatre à cinq jeunes qui rencontrent des phénomènes surnaturels ou paranormaux. «C’est l’amitié avant tout, sans elle ils ne pourraient pas affronter les événements. Finalement, je suis en train de créer un monde.»

La Soirée qui fout la chienne, le 5 octobre dès 17h, au Patro de Lévis. Les profits de la soirée iront directement aux jeunes du Patro de Lévis et à la production du magazine.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Imaginer une France misant sur les inventions de Tesla

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le c...

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Guy Bégin offre dix œuvres à la Ville de Lévis

Connu internationalement comme le «Peintre des Parfums», l’artiste lévi- sien Guy Bégin a fait don de dix œuvres à la municipalité. Ses tableaux sont exposés à l’entrée de la bibliothèque Lauréat- Vallière, jusqu’au 15 novembre.

Les mises en scène d’Armand Côté à découvrir

La Galerie d’Art des Deux-Ponts présente Mise en scène par l’artiste Armand Côté. L’exposition est présentée jusqu’au 24 novembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts.

Un livre jeunesse sur l’adoption d’un animal

L’autrice lévisienne Valérie Langlois publie son troisième livre pour la jeunesse. Fripouille! raconte l’histoire du chaton du même nom qui arrive dans sa famille d’adoption à Noël.

Se rappeler toutes ces petites choses qui rendent heureux

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Les Louanges chanteront au Gala de l’ADISQ

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a dévoilé les gagnants du Gala de l’industrie et du Premier Gala de l’ADISQ, le 23 octobre à Montréal. Les Louanges se sont distingués à plusieurs reprises pendant la soirée.

Immersion dans le monde des livres au Cégep

Les étudiants en Littérature, théâtre et création du Cégep de Lévis-Lauzon ont rencontré Antoine Tanguay de la maison d’édition Alto, le 27 septembre.

Des mots pour dire ses origines

Présenté le 25 octobre à L’Anglicane, Nui Pimuten – Je veux marcher ouvre une fenêtre sur la réalité autochtone. Dans ce spectacle de poésie et de chanson, Natasha Kanapé Fontaine interprète de nouveaux textes qui rendent hommage aux siens.