CRÉDIT : AUDE MALARET

Salle de musique, studios ou encore atelier d’arts plastiques, des espaces de pratique flambant neufs ont été aménagés sur deux étages. Avec ces nouveaux équipements, l’école secondaire privée s’agrandit pour mieux recevoir les élèves et répondre à leurs besoins.

L’École Marcelle-Mallet possède des installations spécialement dédiées à la pratique des arts visuels et de la musique. Inauguré le 28 octobre, le Pavillon des arts représente un investissement de 1,5M$. Ce projet a été soutenu par la Fondation, qui appuie le développement de l’école, et des partenaires, dont les Sœurs de la Charité de Québec et la Caisse Desjardins de Lévis.

Cinq espaces privés pour la pratique de la musique, un espace collectif pour l’enseignement de la musique et la pratique de l’orchestre de l’école, un studio d’enregistrement, une salle de tournage et d’infographie, un laboratoire pour les travaux pratiques en arts, une salle polyvalente, munie d’une scène et avec accès à une terrasse extérieure, ont été créés.

Le Pavillon des arts constitue la deuxième phase d’un grand projet structurant pour l’école. Une première phase avait été réalisée avec l’aménagement d’une salle d’entraînement à l’automne 2018. La mise en œuvre de ces trois phases est soutenue par la Fondation de l’École Marcelle-Mallet qui mène une campagne de don majeure. Lors de la dernière étape, l’accent sera mis sur le soutien aux initiatives en pédagogie innovante. 

Faire éclore les talents

Grâce à ces nouvelles installations «propices à l’éclosion des talents», l’établissement veut que les élèves évoluent dans «un milieu de vie stimulant» qui favorise «leur épanouissement et leur réussite dans un environnement bienveillant». Ces lieux se veulent «adaptés à la découverte artistique et musicale sous toutes ses facettes».

«Que ce soit lors d’un cours de musique ou d’arts, ou lors d’une activité parascolaire telle que notre groupe de drumline, les élèves pourront diversifier leurs pratiques culturelles et artistiques en ayant dorénavant accès à une offre plus complète. Tout est en place pour en faire des leaders créatifs», a déclaré le président du conseil d’administration de l’École Marcelle-Mallet, Louis Aubé.

Avant leur transformation, les locaux qui accueillent le Pavillon des arts avaient pour vocation l’hébergement des religieuses à une autre époque de l’institution. Dans certaines des anciennes cellules, qui ne contenaient guère plus qu’un simple lit, il y a maintenant des pianos.

Quant à la salle polyvalente, la table du lavoir, des laveuses et des sécheuses y ont un jour été en fonction, avant les rénovations. Il y avait même un trou d’évacuation dans le sol pour que l’eau puisse s’écouler. Avec ses équipements modernes, le Pavillon des arts marque le début d’une nouvelle ère pour ces lieux chargés d’histoire.

Sur la première photo : Maude Larose, élève, Nathalie Larose, présidente de la Fondation, Étienne Guay, de la Caisse de Lévis, Sœur Monique Gervais, supérieure générale des Sœurs de la Charité de Québec, Louis Aubé, président du CA, Gilles Lehouillier, maire, François Paradis, député, Robin Bernier, directeur général et Roxanne Potvin, élève.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Imaginer une France misant sur les inventions de Tesla

Bien connu pour sa trilogie du Crépuscule des arcanes, Sébastien Chartrand s’ingénie de nouveau à modifier le cours de l’histoire dans sa nouvelle œuvre, Geist – Les héritiers de Nikola Tesla. Dans son cinquième roman, l’auteur lévisien a imaginé une France différente de celle que nous connaissons, au sein de laquelle des changements politiques autant que technologiques, initiés par le c...

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Guy Bégin offre dix œuvres à la Ville de Lévis

Connu internationalement comme le «Peintre des Parfums», l’artiste lévi- sien Guy Bégin a fait don de dix œuvres à la municipalité. Ses tableaux sont exposés à l’entrée de la bibliothèque Lauréat- Vallière, jusqu’au 15 novembre.

Les mises en scène d’Armand Côté à découvrir

La Galerie d’Art des Deux-Ponts présente Mise en scène par l’artiste Armand Côté. L’exposition est présentée jusqu’au 24 novembre à la Galerie d’Art des Deux-Ponts.

Un livre jeunesse sur l’adoption d’un animal

L’autrice lévisienne Valérie Langlois publie son troisième livre pour la jeunesse. Fripouille! raconte l’histoire du chaton du même nom qui arrive dans sa famille d’adoption à Noël.

Se rappeler toutes ces petites choses qui rendent heureux

Ode aux plaisirs simples de l’existence, la pièce Extras et ordinaires fait se rencontrer le personnage et le public dans un cocon de confidences. Le 7 novembre prochain à L’Anglicane, se prépare une soirée où chacun partage l’envie de faire éclore la beauté de la vie.

Les Louanges chanteront au Gala de l’ADISQ

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a dévoilé les gagnants du Gala de l’industrie et du Premier Gala de l’ADISQ, le 23 octobre à Montréal. Les Louanges se sont distingués à plusieurs reprises pendant la soirée.

Immersion dans le monde des livres au Cégep

Les étudiants en Littérature, théâtre et création du Cégep de Lévis-Lauzon ont rencontré Antoine Tanguay de la maison d’édition Alto, le 27 septembre.

Des mots pour dire ses origines

Présenté le 25 octobre à L’Anglicane, Nui Pimuten – Je veux marcher ouvre une fenêtre sur la réalité autochtone. Dans ce spectacle de poésie et de chanson, Natasha Kanapé Fontaine interprète de nouveaux textes qui rendent hommage aux siens.