L’humour explosif et corrosif de Neev débarque au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 7 décembre. Avec un sens inné de l’autodérision, l’humoriste partage ses expériences dans son premier one man show.

Neev parle de lui et c’est très dôle. «Le canevas parle de moi tout le temps, c’est toujours quelque chose qui m’est arrivé, qui me tracasse, qui m’énerve ou qui me fait rire», présente l’humoriste.

Celui qui n’hésite pas à rire de lui pour faire rire les autres parle d’intégration, du couple, de la paternité et de différents sujets qui le touchent et trouvent écho chez les spectateurs. «Il faut comprendre ce que c’est d’être le sujet d’une blague pour être capable de blaguer sur les autres», assure Neev. 

«L’autodérision, ça m’a servi avant même de penser faire de l’humour, enfant, adolescent. Très vite j’ai compris que si je fais la blague avant toi, tu n’as plus d’arme. J’ai utilisé ça souvent. Aujourd’hui, je suis un grand gros, mais j’ai déjà été un petit gros et ça a été difficile», plaisante-t-il.

Sur scène, l’humoriste aime interpeller le public et lui faire comprendre «qu’on vit quelque chose ensemble». «Oui, c’est une performance, mais une performance où le public est très actif», prévient-il.

Ses spectacles sont comme des conversations. «J’ai besoin de l’écoute des gens et de leur réponse. Même si le public ne répond pas avec des mots, il me répond avec des rires», illustre Neev. Son but, c’est que tout le monde s’amuse. «Si les gens s’amusent, moi je m’amuse sur scène», ajoute-t-il.

L’humoriste estime que le rire est une émotion réflexe qui naît d’un rapport aussi intense que fragile avec le public. «Tu peux faire semblant d’être empathique ou d’être énervé. Mais tu ne peux pas faire semblant de rire», croit-il.

Le musicien devenu humoriste

 Celui qui était musicien avant d’être humoriste, n’en est pas à son coup d’essai sur les planches. L’auteur-compositeur-interprète, qui avait même son groupe, s’est fait remarquer alors qu’il jouait à Montréal pendant le même festival que Gad Elmaleh.

Ses premiers pas dans le monde, c’est une histoire comme dans un film de Disney, s’amuse-t-il. Il y a dix ans, il est invité à faire la première partie de Gad Elmaleh au théâtre Saint-Denis. «Ça a super bien marché!»

Et ce n’est qu’un début puisque Neev continue d’ouvrir les spectacles de l’humoriste français, puis se produit à Juste pour rire, se fait remarquer comme chroniqueur, avant de précéder Simon Gouache et Louis-José Houde lors de leur tournée.

«Le départ, ça a été canon. Bang! J’avais un contrat en main et j’étais prêt à conquérir la planète.» Ce qui n’a pas empêché Neev d’apprendre le métier à la dure dans des bars. «C’est un défi! C’est une job de faire rire plus que ses amis ou son entourage.»

«Venez rigoler un bon coup, venez triper avec moi et vous détendre, ça fait du bien ! C’est ben l’fun. C’est comme un party de famille mais sans l’oncle lourdaud», invite-t-il. 

Les billets sont disponibles à la billetterie du Vieux Bureau de Poste. Les réservations se font par téléphone au 418 839-1018 ou sur le site Web de la salle.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Regart honoré par la Ville de Lévis

À l’occasion de la 33e édition des Prix d’excellence des arts et de la culture qui se tenait le 25 novembre à Québec, le centre d’artistes en art actuel Regart a remporté le Prix Ville de Lévis. L’organisme s’est mérité une bourse de 1 000 $. 

Natasha Kanapé-Fontaine en visite à Pointe-Lévy

L’artiste autochtone Natasha Kanapé-Fontaine, qui était de passage à Lévis à l’occasion d’un spectacle à L’Anglicane, a rendu visite aux élèves de l’École Pointe-Lévy, le 25 octobre.

Cindy Bédard traverse la vie en musique

La country de l’auteure-compositrice-interprète Cindy Bédard résonnera au Vieux Bureau de Poste le 22 novembre prochain. L’artiste à la voix unique présentera son plus récent opus Cœur sédentaire et de nouvelles chansons.

Le Chœur Polyphonique de Lévis fête ses 30 ans

Premier événement de cette saison anniversaire, le concert du temps des Fêtes de l’ensemble lévisien aura lieu le 8 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire, à Lévis. Noël français ouvrira les célébrations de la trentième année d’existence du chœur.

Prix Ville de Lévis : trois organismes dans la course

Les finalistes pour le Prix Ville de Lévis ont été dévoilés. Le gagnant sera annoncé le 25 novembre au Diamant, à Québec. Trois organismes lévisiens sont en lice : Regart, centre d’artistes en art actuel (sur la photo), l’Espace culturel du Quartier et l’Orchestre d’harmonie des Chutes.

L’ensemble J’ay pris amours célèbre Noël

Les musiciens et les chanteurs présente leur concert du temps des fêtes, Un nouveau-né à Bethléem, le 30 novembre à l’École de musique Jésus-Marie. Les pièces sont puisées dans des recueils de chants de Noël du 15e au 18e siècles, d’Europe et d’Amérique.

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon enchante Noël

Pour célébrer la joie du temps des fêtes et chasser le froid, le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon donnera son concert Noël Enchanté, le 1er décembre à l’église Christ-Roi.

Une soirée à rire en compagnie de Neev au VBP

L’humour explosif et corrosif de Neev débarque au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 7 décembre. Avec un sens inné de l’autodérision, l’humoriste partage ses expériences dans son premier one man show.

Jean-Michel Martel sacré Révélation du ComédiHa!

À la suite de sa participation au festival d’humour ComédiHa! Fest-Québec, qui s’est déroulé à Québec du 7 au 18 août derniers, l’humoriste originaire de Lévis Jean-Michel Martel a remporté le prix Révélation pour son numéro tenu sur le gala animé par les Denis Drolet. Ce prix s’accompagne d’une bourse de 10 000 $ pour soutenir un projet artistique ainsi qu’une tournée dans les festivals associés ...