Laurent Gagnon s’est inspiré des jeux d’eau et du monde aquatique. CRÉDIT : AUDE MALARET

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

C’est de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent, dans l’atelier de Laurent Gagnon, qu’est née Joyeux Tumulte, l’œuvre qui se trouve désormais suspendue dans le bâtiment du nouveau complexe aquatique à Saint-Nicolas. Inspirée par les jeux d’eau, la sculpture évoque le mouvement et les remous du monde aquatique.

Fabriquée en aluminium, parfois recouvert de peinture industrielle dans des teintes caractéristiques des piscines, l’installation se compose de trois éléments, une vague, une torsade qui ressemble à une algue et de plusieurs pièces dont la forme se rapproche d’une cellule. 

Lévis comptera donc une œuvre de plus dans sa collection d’art public qui s’étoffe régulièrement au fil des aménagements sur le territoire. La Politique d’intégration des arts à l’architecture prévoit en effet qu’1 % du budget de construction d’un bâtiment public soit consacré à une installation artistique.

Puisqu’une suspension était souhaitée dès le début du projet par la Ville de Lévis, la structure du toit a été prévue en conséquence dans les plans du bâtiment. L’artiste a ensuite imaginé sa création en fonction de contraintes techniques, d’espace et de manière à ce qu’elle puisse être accrochée sur la grille qui sert d’ancrage à l’œuvre. Pendant sa fabrication, Laurent Gagnon avait estimé le poids de la vague a environ 450 livres.

Si les morceaux de métal qui composent la vague ont été découpés au laser par une entreprise spécialisée et la peinture industrielle réalisée par des professionnels, c’est l’artiste qui a réalisé à la main toutes les finitions afin d’obtenir l’aspect voulu.

«Mon travail emploie la couleur et utilise les contrastes entre la matière brute, le travail fait main et les procédés industriels. C’est une rencontre improbable entre quelque chose de très organique et des procédés technologiques», explique-t-il.

Laurent Gagnon a ensuite procédé à l’assemblage dans son atelier à partir de maquettes en bois. Les différentes pièces qui composent la structure ont été assemblées par des rivets. 

«En premier lieu, on voit une forme, c’est une composition. Au fur et à mesure qu’on regarde, il y a toutes sortes d’effets qui apparaissent, des effets d’optique et des objets qui surgissent. Sur la surface, il y a un jeu avec les rivets qui peuvent faire penser à des bulles», observe Laurent Gagnon. Et d’ajouter, «le rivet est un point de contact, ce qui fait que ça tient, mais ça devient un rythme».

Être attentif au public 

Avec Joyeux Tumulte, l’artiste a conçu une œuvre qui ne restera pas «hermétique» pour le public, estime-t-il. «Il ne faut pas avoir de notion pour la comprendre. On arrive devant et on vit une expérience. Si je peux susciter une expérience esthétique, le but est atteint», espère-t-il.

«Dans le cadre de l’art public, c’est important de faire une œuvre qui soit attentive au public auquel elle s’adresse. Il y a un élan vers les gens, mais généralement la pièce reste accessible pour tout le monde.» 

Intéressé par l’art public, Laurent Gagnon estime que les œuvres installées dans les lieux publics doivent pouvoir «vieillir dans l’espace et rester pertinent dans le temps», en ce qui a trait à leur le sens comme leurs qualités physiques. «L’art qui vit dans un bâtiment est présent sans trop l’être. Il manquerait quelque chose d’essentiel si on l’enlevait, mais l’œuvre se fond dans son univers.»

Les plus lus

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Au pied du mur, ils se relèvent

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

La poésie sort dans la ville

Le projet #SORTONSLAPOÉSIE s’affiche depuis le 29 juillet dans différents lieux de Lévis. Présentés sur des panneaux, les 14 poèmes sont à découvrir jusqu’à la fin août.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Gowan en spectacle virtuel le 16 juillet

Populaire au Québec et ailleurs dans le monde dans les années 80 et 90, l’artiste canadien est le claviériste et le chanteur principal du légendaire groupe Styx depuis 21 ans. Le spectacle de Gowan sera diffusé le 16 juillet à 20h30.

Des capsules en ligne pour découvrir l’opéra

Série de capsules opératiques, «Folies et paillettes d’opéra» est diffusée tous les vendredis soirs de l’été, par l’Opéra de Lévis. Ces courtes vidéos présentent de façon légère, humoristique et coquette des airs d’opéra et d’opérette.

Opéra de Lévis : une dixième capsule participative

L'Opéra de Lévis invite le public à participer à une capsule supplémentaire qui sera diffusée le vendredi 11 septembre à 20h. Tout l'été l'organisme met en ligne de courtes vidéos afin de faire découvrir les arts lyriques.