Laurent Gagnon s’est inspiré des jeux d’eau et du monde aquatique. CRÉDIT : AUDE MALARET

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

C’est de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent, dans l’atelier de Laurent Gagnon, qu’est née Joyeux Tumulte, l’œuvre qui se trouve désormais suspendue dans le bâtiment du nouveau complexe aquatique à Saint-Nicolas. Inspirée par les jeux d’eau, la sculpture évoque le mouvement et les remous du monde aquatique.

Fabriquée en aluminium, parfois recouvert de peinture industrielle dans des teintes caractéristiques des piscines, l’installation se compose de trois éléments, une vague, une torsade qui ressemble à une algue et de plusieurs pièces dont la forme se rapproche d’une cellule. 

Lévis comptera donc une œuvre de plus dans sa collection d’art public qui s’étoffe régulièrement au fil des aménagements sur le territoire. La Politique d’intégration des arts à l’architecture prévoit en effet qu’1 % du budget de construction d’un bâtiment public soit consacré à une installation artistique.

Puisqu’une suspension était souhaitée dès le début du projet par la Ville de Lévis, la structure du toit a été prévue en conséquence dans les plans du bâtiment. L’artiste a ensuite imaginé sa création en fonction de contraintes techniques, d’espace et de manière à ce qu’elle puisse être accrochée sur la grille qui sert d’ancrage à l’œuvre. Pendant sa fabrication, Laurent Gagnon avait estimé le poids de la vague a environ 450 livres.

Si les morceaux de métal qui composent la vague ont été découpés au laser par une entreprise spécialisée et la peinture industrielle réalisée par des professionnels, c’est l’artiste qui a réalisé à la main toutes les finitions afin d’obtenir l’aspect voulu.

«Mon travail emploie la couleur et utilise les contrastes entre la matière brute, le travail fait main et les procédés industriels. C’est une rencontre improbable entre quelque chose de très organique et des procédés technologiques», explique-t-il.

Laurent Gagnon a ensuite procédé à l’assemblage dans son atelier à partir de maquettes en bois. Les différentes pièces qui composent la structure ont été assemblées par des rivets. 

«En premier lieu, on voit une forme, c’est une composition. Au fur et à mesure qu’on regarde, il y a toutes sortes d’effets qui apparaissent, des effets d’optique et des objets qui surgissent. Sur la surface, il y a un jeu avec les rivets qui peuvent faire penser à des bulles», observe Laurent Gagnon. Et d’ajouter, «le rivet est un point de contact, ce qui fait que ça tient, mais ça devient un rythme».

Être attentif au public 

Avec Joyeux Tumulte, l’artiste a conçu une œuvre qui ne restera pas «hermétique» pour le public, estime-t-il. «Il ne faut pas avoir de notion pour la comprendre. On arrive devant et on vit une expérience. Si je peux susciter une expérience esthétique, le but est atteint», espère-t-il.

«Dans le cadre de l’art public, c’est important de faire une œuvre qui soit attentive au public auquel elle s’adresse. Il y a un élan vers les gens, mais généralement la pièce reste accessible pour tout le monde.» 

Intéressé par l’art public, Laurent Gagnon estime que les œuvres installées dans les lieux publics doivent pouvoir «vieillir dans l’espace et rester pertinent dans le temps», en ce qui a trait à leur le sens comme leurs qualités physiques. «L’art qui vit dans un bâtiment est présent sans trop l’être. Il manquerait quelque chose d’essentiel si on l’enlevait, mais l’œuvre se fond dans son univers.»

Les plus lus

Une bibliothèque nouveau genre au temps du coronavirus

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

Deux anciens élèves de l’Aubier à La Voix

À la suite de son audition à l’aveugle à La Voix, télédiffusée le 23 février dernier, le Lévisien Francis Bernier rejoignait l’équipe de Cœur de pirate et une autre Lévisienne sélectionnée deux semaines auparavant, Laurie Drolet. Les deux artistes âgés respectivement de 22 ans et 20 ans ont tous deux étudié la musique à l’École secondaire de l’Aubier dans la classe d’Annie Laflamme et de Christian...

Les talents du Collège de Lévis donne vie au Roi Lion

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

La solidarité à travers des autocollants

Grâce au travail de plusieurs artisans, dont la firme lévisienne de design graphique Pigment Design, plusieurs Québécois peuvent désormais afficher leur soutien à la lutte contre le nouveau coronavirus. Avec leur projet, Pigment Design et les autres partenaires produisent des autocollants pour inciter positivement leurs concitoyens à ne pas lâcher.

L’art de chiller avec Jérôme 50 au VBP

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

Des Lévisiens en nomination aux Junos

Jazz Affair, un ensemble de jazz vocal dont font partie trois Lévisiens, a reçu une bonne nouvelle il y a quelques semaines. En effet, le groupe est en nomination dans la catégorie Meilleur album jazz vocal de l’année aux prix Junos, un prestigieux gala qui récompense les meilleurs artistes musicaux canadiens.

La Voix : Laurie Drolet passe à la prochaine étape, Francis Bernier éliminé

Les deux Lévisiens en lice à La Voix, Laurie Drolet et Francis Bernier, prenaient part à la deuxième étape du concours musical, les Duels, lors de l'émission télédiffusée hier sur les ondes de TVA (enregistrée avant la crise du coronavirus). Les deux artistes de la région ont connu des destins différents. Si Laurie Drolet poursuit l'aventure, Francis Bernier a été éliminé.

COVID-19 : les bibliothèques lévisiennes s'adaptent à la crise

Afin de permettre à tous ses abonnés de bénéficier des services en ligne, notamment des prêts de livres et revues numériques, le Service des bibliothèques et des lettres a annoncé, le 26 mars, qu'il a renouvelé tous les abonnements qui venaient à échéance prochainement.

Une œuvre de Pierre Laliberté au parlement

Dans le cadre de l’exposition nomade Des œuvres qui donnent des ailes, présentée par la galerie d’art de Québec Urbania, le Lévisien Pierre Laliberté présente l’une de ses création afin de faire connaître au public les besoins des jeunes soutenus par la Maison Dauphine.

Des talents réunis pour une généreuse soirée musicale

Les Productions ÉJVA présentent Ensemble, un grand concert bénéfice au profit de la paroisse Saint-Joseph de Lévis qui réunira le 28 mars des solistes et grands ensembles musicaux de la région. Les sous récoltés seront remis à la paroisse, dont une partie pour la musique professionnelle lors des célébrations.