Laurent Gagnon s’est inspiré des jeux d’eau et du monde aquatique. CRÉDIT : AUDE MALARET

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

C’est de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent, dans l’atelier de Laurent Gagnon, qu’est née Joyeux Tumulte, l’œuvre qui se trouve désormais suspendue dans le bâtiment du nouveau complexe aquatique à Saint-Nicolas. Inspirée par les jeux d’eau, la sculpture évoque le mouvement et les remous du monde aquatique.

Fabriquée en aluminium, parfois recouvert de peinture industrielle dans des teintes caractéristiques des piscines, l’installation se compose de trois éléments, une vague, une torsade qui ressemble à une algue et de plusieurs pièces dont la forme se rapproche d’une cellule. 

Lévis comptera donc une œuvre de plus dans sa collection d’art public qui s’étoffe régulièrement au fil des aménagements sur le territoire. La Politique d’intégration des arts à l’architecture prévoit en effet qu’1 % du budget de construction d’un bâtiment public soit consacré à une installation artistique.

Puisqu’une suspension était souhaitée dès le début du projet par la Ville de Lévis, la structure du toit a été prévue en conséquence dans les plans du bâtiment. L’artiste a ensuite imaginé sa création en fonction de contraintes techniques, d’espace et de manière à ce qu’elle puisse être accrochée sur la grille qui sert d’ancrage à l’œuvre. Pendant sa fabrication, Laurent Gagnon avait estimé le poids de la vague a environ 450 livres.

Si les morceaux de métal qui composent la vague ont été découpés au laser par une entreprise spécialisée et la peinture industrielle réalisée par des professionnels, c’est l’artiste qui a réalisé à la main toutes les finitions afin d’obtenir l’aspect voulu.

«Mon travail emploie la couleur et utilise les contrastes entre la matière brute, le travail fait main et les procédés industriels. C’est une rencontre improbable entre quelque chose de très organique et des procédés technologiques», explique-t-il.

Laurent Gagnon a ensuite procédé à l’assemblage dans son atelier à partir de maquettes en bois. Les différentes pièces qui composent la structure ont été assemblées par des rivets. 

«En premier lieu, on voit une forme, c’est une composition. Au fur et à mesure qu’on regarde, il y a toutes sortes d’effets qui apparaissent, des effets d’optique et des objets qui surgissent. Sur la surface, il y a un jeu avec les rivets qui peuvent faire penser à des bulles», observe Laurent Gagnon. Et d’ajouter, «le rivet est un point de contact, ce qui fait que ça tient, mais ça devient un rythme».

Être attentif au public 

Avec Joyeux Tumulte, l’artiste a conçu une œuvre qui ne restera pas «hermétique» pour le public, estime-t-il. «Il ne faut pas avoir de notion pour la comprendre. On arrive devant et on vit une expérience. Si je peux susciter une expérience esthétique, le but est atteint», espère-t-il.

«Dans le cadre de l’art public, c’est important de faire une œuvre qui soit attentive au public auquel elle s’adresse. Il y a un élan vers les gens, mais généralement la pièce reste accessible pour tout le monde.» 

Intéressé par l’art public, Laurent Gagnon estime que les œuvres installées dans les lieux publics doivent pouvoir «vieillir dans l’espace et rester pertinent dans le temps», en ce qui a trait à leur le sens comme leurs qualités physiques. «L’art qui vit dans un bâtiment est présent sans trop l’être. Il manquerait quelque chose d’essentiel si on l’enlevait, mais l’œuvre se fond dans son univers.»

Les plus lus

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

District.Mao finaliste aux 73e Emmy Awards

C’est lors du dévoilement des nommés, le 13 juillet, que Marie-Odile Haince-LeBel ainsi que Caroline Lemieux, fondatrices de DM Productions, ont appris qu’elles étaient en nomination dans la catégorie des chorégraphies exceptionnelles pour les émissions de variété ou de téléréalité.

Programmation éclatée pour le retour de Festivent

C’est le 20 juillet que le Festivent de Lévis dévoilait sa programmation dans le cadre de Cet été, je parcours Lévis. L’événement se déroulera du 4 au 22 août prochain dans quatre différents sites à travers la ville.

Une Lévisienne primée à Village en Arts

C’est lors de la remise de prix virtuelle du 2 juillet dernier que l’artiste lévisienne, Louise Daigle, a appris qu’elle était récipiendaire de la troisième place du symposium Village en Arts de l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Les Mea Culpa : début d’une carrière solo

Le 18 juin dernier, Les Mea Culpa, le premier mini-album (EP) de Lily Tea, est sorti sur toutes les plateformes numériques. L’artiste lévisienne a fait une semaine de résidence de création au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald afin de préparer le lancement.

Critique - Braquage de banque au VBP

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald invite le public à prendre ça cool cet été alors que la pièce Bonnie et Claud sera présentée jusqu’au 7 août. Les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec proposent à cette occasion une version haute en couleur de la comédie d’Yves Amyot.

L’art de la décroissance

Dans le cadre de sa programmation 2021-2023, Regart, le centre d’artistes en art actuel, invitait les artistes et commissaires à réfléchir à la décroissance. Ce seront donc 11 dossiers et 22 intervenants qui présenteront leurs pistes de réflexion sous différentes formes artistiques.

Une chanteuse qui trace son chemin

Originaire de Rivière-du-Loup et emménagée à Lévis il y a deux ans, la chanteuse Camila Woodman n’est qu’au début de sa carrière. Après avoir sorti son premier mini-album en 2018, elle proposera son premier album cet automne. Avec ce nouveau projet, la jeune artiste espère réussir à partager sa musique avec le public.

Du soutien pour 10 artistes lévisiens en émergence

La Ville de Lévis, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a dévoilé le 17 juin dernier le nom des 10 artistes émergents qui se partagent une aide financière, à la hauteur de 61 000 $, afin de les soutenir dans leur démarche de professionnalisation et leurs projets qui favorisent les liens entre les arts et la collectivité.

L’Internationale d’art miniature de retour à Lévis

Le Centre d’exposition Louise-Carrier accueille les visiteurs pour la 11e édition de l’Internationale d’art miniature jusqu’au 5 septembre. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 27 juin dernier.