Laurent Gagnon s’est inspiré des jeux d’eau et du monde aquatique. CRÉDIT : AUDE MALARET

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

C’est de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent, dans l’atelier de Laurent Gagnon, qu’est née Joyeux Tumulte, l’œuvre qui se trouve désormais suspendue dans le bâtiment du nouveau complexe aquatique à Saint-Nicolas. Inspirée par les jeux d’eau, la sculpture évoque le mouvement et les remous du monde aquatique.

Fabriquée en aluminium, parfois recouvert de peinture industrielle dans des teintes caractéristiques des piscines, l’installation se compose de trois éléments, une vague, une torsade qui ressemble à une algue et de plusieurs pièces dont la forme se rapproche d’une cellule. 

Lévis comptera donc une œuvre de plus dans sa collection d’art public qui s’étoffe régulièrement au fil des aménagements sur le territoire. La Politique d’intégration des arts à l’architecture prévoit en effet qu’1 % du budget de construction d’un bâtiment public soit consacré à une installation artistique.

Puisqu’une suspension était souhaitée dès le début du projet par la Ville de Lévis, la structure du toit a été prévue en conséquence dans les plans du bâtiment. L’artiste a ensuite imaginé sa création en fonction de contraintes techniques, d’espace et de manière à ce qu’elle puisse être accrochée sur la grille qui sert d’ancrage à l’œuvre. Pendant sa fabrication, Laurent Gagnon avait estimé le poids de la vague a environ 450 livres.

Si les morceaux de métal qui composent la vague ont été découpés au laser par une entreprise spécialisée et la peinture industrielle réalisée par des professionnels, c’est l’artiste qui a réalisé à la main toutes les finitions afin d’obtenir l’aspect voulu.

«Mon travail emploie la couleur et utilise les contrastes entre la matière brute, le travail fait main et les procédés industriels. C’est une rencontre improbable entre quelque chose de très organique et des procédés technologiques», explique-t-il.

Laurent Gagnon a ensuite procédé à l’assemblage dans son atelier à partir de maquettes en bois. Les différentes pièces qui composent la structure ont été assemblées par des rivets. 

«En premier lieu, on voit une forme, c’est une composition. Au fur et à mesure qu’on regarde, il y a toutes sortes d’effets qui apparaissent, des effets d’optique et des objets qui surgissent. Sur la surface, il y a un jeu avec les rivets qui peuvent faire penser à des bulles», observe Laurent Gagnon. Et d’ajouter, «le rivet est un point de contact, ce qui fait que ça tient, mais ça devient un rythme».

Être attentif au public 

Avec Joyeux Tumulte, l’artiste a conçu une œuvre qui ne restera pas «hermétique» pour le public, estime-t-il. «Il ne faut pas avoir de notion pour la comprendre. On arrive devant et on vit une expérience. Si je peux susciter une expérience esthétique, le but est atteint», espère-t-il.

«Dans le cadre de l’art public, c’est important de faire une œuvre qui soit attentive au public auquel elle s’adresse. Il y a un élan vers les gens, mais généralement la pièce reste accessible pour tout le monde.» 

Intéressé par l’art public, Laurent Gagnon estime que les œuvres installées dans les lieux publics doivent pouvoir «vieillir dans l’espace et rester pertinent dans le temps», en ce qui a trait à leur le sens comme leurs qualités physiques. «L’art qui vit dans un bâtiment est présent sans trop l’être. Il manquerait quelque chose d’essentiel si on l’enlevait, mais l’œuvre se fond dans son univers.»

Les plus lus

Un parcours historique d’une ferme à l’autre

Petits et grands sont invités à découvrir l’histoire de l’agriculture à Saint-Nicolas. Du 25 septembre au 25 octobre, l’exposition gratuite Histoires de récolte se déroulera sur les sites extérieurs de huit lieux différents sous la forme d’un rallye-concours.

Le peintre amoureux raconté dans un livre

C’est une histoire d’amour. Celle de Pauline et Clément. Dans un livre qui raconte leur vie, le journaliste Claude Desjardins partage les souvenirs de Papy, le peintre amoureux, comme il le nomme. Lors du lancement de l’ouvrage à Lévis, l’auteur en a lu des extraits, soulignant en même temps les 96 ans du peintre.

Des murales de RenéeRose sur les murs de l’abbaye

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

Une campagne pour financer son premier album

Installée à Lévis, la chanteuse et auteure-compositrice-interprète Haingo Nirina prépare son premier album entièrement francophone, Toujours plus loin. Pour que ce projet voit le jour, elle fait appel au soutien du public dans une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche.

Cinq bibliothèques de plus rouvriront le 6 octobre à Lévis

Les bibliothèques de la Ville de Lévis rouvriront progressivement au cours des prochaines semaines, et ce, dans le respect des directives de la Santé publique. Depuis le 25 juin, les lecteurs n’avaient accès qu’à trois des dix bibliothèques, une par arrondissement.

La musique appartient à celui qui commence tôt

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.

Une murale créée par des jeunes artistes de Lévis

Les adolescentes récipiendaires du Concours de la Relève artistique du symposium Village en Arts ont laissé libre cours à leurs talents artistiques afin de créer une murale sur la place éphémère qui laissera ensuite place au futur quartier Cocité, du constructeur Humaco Stratégies.

Le festival de conte de Lévis est annulé

Le Festival international du conte Jos Violon de Lévis, qui devait se tenir du 10 au 20 octobre prochain, est annulé, ont annoncé les organisateurs ce mercredi 30 septembre sur la page Facebook de l’événement. Avec le basculement de la région en zone rouge, les salles de spectacle doivent en effet fermer leur porte et les rassemblements sont interdits.

Québec octroie une aide de 50 M$ aux salles de spectacle

Le gouvernement du Québec a annoncé qu’il viendra en aide aux salles de spectacle qui ont dû fermer dans les zones où le palier d’alerte est rouge concernant la COVID-19, ce 2 octobre. Une aide totalisant 50 M$ sera investie afin de rembourser 75 % des billets qui auraient été vendus dans les six prochains mois.