CRÉDIT : COURTOISIE

Diplômé en littérature et théâtre du Cégep de Lévis-Lauzon, Pierre-Alexis St-Georges poursuit son chemin à l’École nationale de théâtre de Montréal. Le comédien, qui s’est fait remarquer dans la télésérie Clash, s’apprête à monter sur les planches dans une pièce créée par les finissants en Interprétation, Création et production et Scénographie.

Déjà dans ses plus lointains souvenirs, il voulait être acteur. «J’ai toujours joué, peut-être même malgré moi. Je revenais du cinéma et je reproduisais ce que j’avais vu et que j’aimais, se rappelle Pierre-Alexis St-Georges. Un jour ma mère m’a dit, c’est un métier, ça s’appelle acteur. Et si tu veux, tu peux le faire.»

Grâce au support de ses parents qui l’accompagnent dans son cheminement, le jeune Lévisien entre dans une école privée de Québec où il suit un programme en théâtre. Il est aussi inscrit dans des cours le soir auxquels il participe toutes les semaines pendant plusieurs années.

Une fois son diplôme obtenu au Cégep de Lévis-Lauzon, le jeune talent tente d’entrer dans une école pour devenir comédien professionnel. «Je savais que pour faire ce métier, il fallait aller à Montréal. En tout cas, c’était mon but personnel de m’y rendre, partage-t-il. J’ai regardé qui avait fait quoi parmi mes idoles. Et, ils étaient tous passés par l’École nationale, alors je me suis dit que j’allais y aller.»

C’est accompagné de son père que Pierre-Alexis St-Georges passe l’audition de l’École nationale de théâtre de Montréal. «Je suis allé le voir et je lui ai demandé s’il voulait être ma réplique, raconte le comédien. Il est psychoéducateur. Je trouve qu’il est bon acteur. Je ne sais pas si ça a un lien, mais je pense que oui.» Le candidat est évalué par trois juges devant lesquels il présente une des deux scènes préparées, l’une comique et l’autre dramatique. 

«Je me revois il y a quatre ans, super stressé, et je ne savais pas trop ce que les juges cherchaient, confie-t-il. Les juges veulent voir ce qu’on a à leur montrer. Je crois qu’il faut être soi-même et leur montrer son désir de vouloir rentrer à l’école. Si on est sincère, je pense que c’est plus facile que ce qu’on pense d’y rentrer.»

Faire éclater le moule

À l’École, l’étudiant apprend toutes les ficelles du métier, la technique, comment être dans son corps, ce qu’est l’équilibre de plateau, comment découper son texte, jusqu’à la bonne façon de respirer. «Les professeurs veulent que tu ais les bases du métier dès la première année et en deuxième année tu mets ce que tu as appris à profit», précise-t-il.

«Les bons acteurs sont comme les peintres surréalistes. On te montre comment peindre d’un point de vue classique. Ensuite, tu te sers de ces bases pour jouer avec et aller où tu veux. On te donne un moule et tu décides comment le faire éclater.» 

Déjà, le finissant interprète un rôle dans la télésérie Clash. «J’ai eu la chance que ça marche en même temps que l’école, puisque je joue l’été.» L’acteur incarne un jeune garçon atteint d’un trouble du spectre de l’autisme. «Ayant un frère autiste, ça m’a interpellé.»

D’ailleurs, Pierre-Alexis St-Georges aime les rôles atypiques. Dans la pièce des finissants de l’École nationale de théâtre de Montréal, Le théorème d’Euclide (une polémique) de Hugo Fréjabise, présentée du 12 au 15 février au pavillon Monument-National, il joue le rôle d’un personnage atteint d’un trouble de personnalité limite et anxieux pour lequel il s’est beaucoup informé et a fait des recherches.

Pour le comédien, l’une des clés de la réussite est la sincérité. «Il ne faut pas avoir peur de se faire mal, croit-il. Sur scène ou devant la caméra, c’est vraiment cruel, tu ne peux pas mentir.» Et son métier lui permet de se connaître toujours plus.

«Quand tu deviens le personnage, ce sont des facettes de toi que tu découvres, comme des portes que tu ouvres et que tu ne connaissais pas.»

Les plus lus

Une bibliothèque nouveau genre au temps du coronavirus

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

La solidarité à travers des autocollants

Grâce au travail de plusieurs artisans, dont la firme lévisienne de design graphique Pigment Design, plusieurs Québécois peuvent désormais afficher leur soutien à la lutte contre le nouveau coronavirus. Avec leur projet, Pigment Design et les autres partenaires produisent des autocollants pour inciter positivement leurs concitoyens à ne pas lâcher.

Les talents du Collège de Lévis donne vie au Roi Lion

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

L’art de chiller avec Jérôme 50 au VBP

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

La Voix : Laurie Drolet passe à la prochaine étape, Francis Bernier éliminé

Les deux Lévisiens en lice à La Voix, Laurie Drolet et Francis Bernier, prenaient part à la deuxième étape du concours musical, les Duels, lors de l'émission télédiffusée hier sur les ondes de TVA (enregistrée avant la crise du coronavirus). Les deux artistes de la région ont connu des destins différents. Si Laurie Drolet poursuit l'aventure, Francis Bernier a été éliminé.

Des Lévisiens en nomination aux Junos

Jazz Affair, un ensemble de jazz vocal dont font partie trois Lévisiens, a reçu une bonne nouvelle il y a quelques semaines. En effet, le groupe est en nomination dans la catégorie Meilleur album jazz vocal de l’année aux prix Junos, un prestigieux gala qui récompense les meilleurs artistes musicaux canadiens.

COVID-19 : les bibliothèques lévisiennes s'adaptent à la crise

Afin de permettre à tous ses abonnés de bénéficier des services en ligne, notamment des prêts de livres et revues numériques, le Service des bibliothèques et des lettres a annoncé, le 26 mars, qu'il a renouvelé tous les abonnements qui venaient à échéance prochainement.

Des talents réunis pour une généreuse soirée musicale

Les Productions ÉJVA présentent Ensemble, un grand concert bénéfice au profit de la paroisse Saint-Joseph de Lévis qui réunira le 28 mars des solistes et grands ensembles musicaux de la région. Les sous récoltés seront remis à la paroisse, dont une partie pour la musique professionnelle lors des célébrations.

COVID-19 : le VBP et DCL forcés de revoir leur programmation

Diffusion Avant-Scène, derrière le Vieux Bureau de Poste (VBP), et Diffusion Culturelle de Lévis (DCL), qui chapeaute notamment L’Anglicane, ont dû reporter ou annuler leurs spectacles à l’affiche en raison de la pandémie de la COVID-19. État de situation avec les directrices de chacun de ces diffuseurs lévisiens.

La francophonie célébrée par un spectacle

Des artistes de la chanson, de la musique traditionnelle et du conte donneront un spectacle le 20 mars, à la Courtisane à Lévis. Tous ont répondu à l’invitation de la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Chaudière-Appalaches qui organise cette soirée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie.