Les gravures ont été réalisées à partir de motifs captés par la technique du cyanotype. CRÉDIT : AUDE MALARET

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Nous ne contrôlons pas le soleil est l’aboutissement d’un processus mené par Marie-Claude Drolet. Sur la route entre Québec et Lunenburg en Nouvelle-Écosse, l’artiste a capté les silhouettes d’éléments naturels et artificiels en utilisant un procédé photographique ancien, le cyanotype. 

Sur une surface photosensible, on applique un mélange très réactif aux rayons ultraviolets. L’exposition au soleil permet alors d’y faire apparaître le tracé de ce qui a servi à la couvrir. La technique a permis à l’artiste de faire rapidement une récolte d’éléments expérimentale. Elle a même développé ses images dans un cours d’eau à proximité du lieu des captations. 

Réflexion sur le déplacement, l’œuvre parle de «l’attention qu’on porte au milieu qui nous entoure», explique Marie-Claude Drolet. «C’est une façon de prendre le temps d’être sur place et de sonder les éléments qu’on ne voit pas au premier coup d’œil. De comprendre son milieu aussi.»

L’artiste a ensuite transposé ces motifs captés en plein-air en gravure sur bois pour en faire une série abstraite, répétitive, mais dissemblable. Les hasards de l’estampe font que chacune est différente selon l’encre et la pression exercée. 

Une œuvre organique

Sur les impressions, l’artiste est intervenue au crayon de couleur pour «retracer les espaces libres» dans un dégradé de couleurs dispersé sur l’ensemble des œuvres. De ces ajouts colorés sont apparus «de nouveaux réseaux et de nouvelles compositions», dont «on sent l’aspect naturel» à travers les éléments graphiques et organiques.  

Toutes ensemble réunies, sous la forme d’un grand rideau qui occupe entièrement l’espace de la petite galerie, les œuvres évoquent des cartographies imaginaires. L’expérimentation de Marie-Claude Drolet a d’ailleurs été pensée spécifiquement pour l’espace de la vitrine, dont elle a utilisé les caractéristiques architecturales.

Originaire de Saguenay, Marie-Claude Drolet vit et travaille à Québec. Après des études en arts visuels à l’UQAC, elle a poursuivi en sculpture à la Maison des métiers d’art de Québec. Elle a présenté son travail dans le cadre de d’expositions individuelles et collectives dans la province et à l’étranger. 

Le 16 juin, une capsule sonore sera mise en ligne sur le site Web du centre d’artistes en art actuel. Dans l’enregistrement, l’artiste parlera de l’œuvre et de sa démarche artistique.

Marie-Claude Drolet sera présente le 26 juin de midi à 17h pour rencontrer, à distance bien sûr, les visiteurs lors d’un finissage progressif. L’installation sera ensuite démontée. 

Les plus lus

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Au pied du mur, ils se relèvent

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

La poésie sort dans la ville

Le projet #SORTONSLAPOÉSIE s’affiche depuis le 29 juillet dans différents lieux de Lévis. Présentés sur des panneaux, les 14 poèmes sont à découvrir jusqu’à la fin août.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Gowan en spectacle virtuel le 16 juillet

Populaire au Québec et ailleurs dans le monde dans les années 80 et 90, l’artiste canadien est le claviériste et le chanteur principal du légendaire groupe Styx depuis 21 ans. Le spectacle de Gowan sera diffusé le 16 juillet à 20h30.

Des capsules en ligne pour découvrir l’opéra

Série de capsules opératiques, «Folies et paillettes d’opéra» est diffusée tous les vendredis soirs de l’été, par l’Opéra de Lévis. Ces courtes vidéos présentent de façon légère, humoristique et coquette des airs d’opéra et d’opérette.

Opéra de Lévis : une dixième capsule participative

L'Opéra de Lévis invite le public à participer à une capsule supplémentaire qui sera diffusée le vendredi 11 septembre à 20h. Tout l'été l'organisme met en ligne de courtes vidéos afin de faire découvrir les arts lyriques.