Florence Guay veut que les gens puissent goûter au bonheur de l’écriture. CRÉDIT : AUDE MALARET

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Fascinée par la lecture du livre de Paul Auster, Je pensais que mon père était Dieu paru en 2000, Florence Guay s’en inspire et demande à son tour aux écrivains d’un jour ou de toujours de partager leur texte.

À l’époque l’auteur américain avait demandé sur les ondes d’un poste de radio aux auditeurs de lui envoyer leur récit. Il en reçoit 4 000 et en sélectionne 179 qui paraîtront ensuite dans un ouvrage. 

«Le résultat donne une image des croyances de l’ensemble des États-Unis», constate Florence Guay, qui aimerait recevoir des textes de partout du Québec afin d’en donner un portrait. «Ça parlerait de ce que nous vivons et ce en quoi nous croyons.»

Absorbée dans l’écriture de ces propres livres, l’autrice laisse ce projet de côté pendant plusieurs années avant d’y revenir aujourd’hui. 

Son appel s’adresse à toutes personnes, homme, femme, de tous les âges et de tous les milieux, avec ou sans expérience dans le domaine de l’écriture. Les participants sont invités à retracer dans leur vie «un moment digne d’être raconté».

«Vous avez sans doute en mémoire un fait qui, même s’il vous paraît anodin, contient une part d’étrangeté qu’il serait captivant de connaître», explique-t-elle. Il doit s’agir «d’un fait précis, qui se vit en une demi-journée, une journée ou peut-être une semaine.» L’idée de Florence Guay n’est pas en effet de revenir sur l’ensemble du parcours d’une personne, aussi exceptionnel soit-il.

Les récits devront montrer l’insolite, le souvenir mémorable, le détail marquant, l’anecdote qui a changé le cours des choses ou une expérience touchante, tant que cela sort de l’ordinaire. Et, ce seront des histoires basées un souvenir personnel. 

Ce que recherche la Lévisienne, c’est l’émotion dans les textes qui lui seront envoyés, «quelque chose de vrai, d’humain, de particulier» ou encore «le côté mystérieux, bizarre, comique ou même providentiel d’une situation vécue».

Ces révélations pourront être «bouleversantes» ou relever «simplement du quotidien». Et d’ajouter que les histoires «seront toutes bienvenues. Aucun sujet n’est exclu pour autant qu’on soit étonné, interrogé ou amusé. Autrement dit, une histoire vraie aux allures de fiction.»

Critère important, les textes devront être brefs. «Ce n’est pas la longueur qui compte, c’est la pertinence», précise-t-elle. Le nombre de pages pourrait ainsi varier entre une et six, par exemple.

«J’ai envie que les gens goûtent au bonheur d’écrire et à celui de pouvoir signer le texte qu’ils ont produit», partage Florence Guay, qui précise toutefois que les auteurs sélectionnés pourront, en plus d’indiquer leur région, choisir de mentionner leur nom complet, leurs initiales ou même de publier sous un pseudonyme. «Je veux trouver un moyen que tous les auteurs se sentent valorisés», souhaite l’instigatrice du projet. 

Les propositions peuvent être envoyées sous la forme d’un fichier Word à floris612@outlook.com. Les personnes qui désirent obtenir des informations complémentaires peuvent joindre Florence Guay au 418 903-8808.

Les plus lus

Amener la musique dans les quartiers du Québec

Depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs initiatives sont nées pour permettre aux Québécois de se divertir tout en restant sur leur propriété, dont une qui a vu le jour à Lévis. Depuis le 23 juin, les artistes de la région Patrick Dumoulin, Samuel Jalbert-Raymond et Jérémy Plante font vivre la tournée Nomade, une série de concerts mobiles à travers le Québec.

À la découverte d’une collection méconnue

Le Centre d’exposition Louise-Carrier dévoile ses Œuvres choisies, pour la plupart, exposées pour la première fois. Jusqu’au 6 septembre, l’exposition présente une sélection de peintures et de sculptures des 19e et 20e siècles, provenant des riches et vastes collections de la Ville de Lévis.

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Pascale Bourdages, l’étoile montante

La chanteuse prépare un premier album de sa composition. À Trois-Pistoles en chanson, la Lévisienne a remporté la première place de la catégorie auteur-compositeur-interprète et le coup de cœur du public avec deux pièces qui figureront sur le disque à venir.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Des activités en ligne pour les passionnés de danse

Dernier né de la famille Hit The Floor fondé par le Lévisien Nicolas Bégin, le festival de danse multi-styles Flofest passe en mode virtuel afin de rassembler la communauté de la danse autour de quatre activités, les 10, 11 et 12 juillet.

Gowan en spectacle virtuel le 16 juillet

Populaire au Québec et ailleurs dans le monde dans les années 80 et 90, l’artiste canadien est le claviériste et le chanteur principal du légendaire groupe Styx depuis 21 ans. Le spectacle de Gowan sera diffusé le 16 juillet à 20h30.