Wind of change, acrylique et aérosol sur toile. CRÉDIT : JACYNTHE BERGERON

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

C’est un monde de douceur et de joie peuplé de sympathiques animaux dans lequel pénètre le visiteur. À mi-chemin entre l’art naïf, le street art et l’illustration, l’exposition Retour à ta nature présente des tableaux, à la fois doux, empreints de candeur et introspectifs qui nous montrent ce qui nous touche le plus dans notre environnement. 

Comment, en tant qu’artiste, pouvait-elle interpeller les gens sur la beauté, le respect et l’immense richesse que sont les plantes et les bêtes avec qui nous partageons la planète? C’est par ce qu’elle sait faire de mieux, créer et peindre, que Jacynthe Bergeron a décidé de répondre à cette question.

Par son travail, l’artiste veut transmettre tout son amour pour la nature. Parce que la protection de l’environnement et la lutte contre les changements climatiques la touchent, elle espère à son tour avoir un impact avec ses peintures pour sensibiliser les gens en les faisant rêver.  

«On fait partie de la nature. Ce n’est pas nous et la nature. On est une et même chose. Si on détruit la nature, on se détruit nous-mêmes», rappelle Jacynthe Bergeron. 

Toucher le cœur des gens

L’artiste espère «toucher les gens dans quelque chose de profond en eux, qu’ils aient envie de faire des gestes concrets pour prendre soin de ce qui est autour d’eux». 

«Ce que je peux faire, c’est me servir de ma sensibilité, partage-t-elle. Mon lien avec la nature est fort et mon amour pour la nature est profond. J’ai besoin d’y baigner pour créer.»

Originaire de Saint-Nicolas, Jacynthe Bergeron vit maintenant sur l’île d’Orléans. «Je vais beaucoup dans la nature, en plus j’ai accès au fleuve là où j’habite. C’est souvent en allant prendre des longues marches qu’en revenant j’ai un flash pour un tableau», explique-t-elle. 

L’artiste travaille avec l’émotion, le feeling. «C’est très instinctif.» Elle s’inspire de ses réflexions personnelles, des lectures et de rencontres pour créer. Davantage dans le ressenti que le symbolique, ses œuvres s’adressent au cœur du spectateur. 

Dans chacun de ses tableaux, Jacynthe Bergeron dessine une pomme. «J’ai traversé une crise existentielle. J’étais en recherche de sens et de lien avec ce qui m’entourait. C’est ce que représente la pomme. Ça parle aux gens et chacun peut y voir ce dont il a besoin.»

Par son style proche de l’illustration, elle veut amener l’art aux gens, au grand public. «On a cruellement besoin d’art autour de nous, mais on ne le sait pas, constate l’artiste. Il faut enlever cette barrière qui fait dire aux gens que l’art, ils ne comprennent pas ça. Tu n’as pas besoin de comprendre l’art, c’est dans le cœur que ça se passe.»

Jacynthe Bergeron a étudié les arts plastiques au Cégep de Sainte-Foy, puis a obtenu un baccalauréat en enseignement des arts à l’Université Laval. Après avoir enseigné quelques années, elle s’est mise à peindre et s’y consacre désormais à plein temps. Proche du dessin, loin des classiques, l’artiste marie la chaleur des couleurs à une ligne vive et tout en mouvement. 

Jacynthe Bergeron a aussi écrit, illustré et édité un joli ouvrage relié à la main pour la jeunesse Je t’aime, qui raconte l’attachement que ressent un petit renard pour la lune. De plus, l’artiste crée de rigolotes peluches en laine sous l’étiquette de Raisin Diadem. 

Retour à ta nature, à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas, jusqu’au 16 août. Ouvert samedi et dimanche de 13h à 17h. Information au www.ecqsn.com.

Village en Arts se poursuit

L’édition 2020 de Village en Arts est accessible au public en ligne depuis le 3 juillet. Organisée par l’Espace culturel du quartier Saint-Nicolas (ECQSN), cette exposition virtuelle remplace la 23e mouture de l’événement, qui aurait dû se tenir dans le parc Le Picart au début du mois.

Le symposium est présenté dans deux galeries en ligne, qui resteront accessibles au public jusqu’au 3 mai 2021. Chacun des 47 artistes professionnels sélectionnés présente, sur une page qui lui est dédiée, 10 de ses œuvres d’art qui sont aussi mises en vente.

«Le Symposium Village en Arts ne prend aucune commission. Le processus de la vente directe a été privilégié, afin de permettre la rencontre entre l’artiste et l’acheteur, en cohérence avec la mission de l’événement», précise  Catherine Lapointe, directrice de l’ECQSN.

Une seconde galerie accueille le volet relève de l’événement avec les créations de  14 jeunes talents. Les adolescentes ont bénéficié d’un mentorat artistique pour développer leur processus de création. Les galeries virtuelles sont en ligne au www.villageenarts.com.

Les plus lus

Amener la musique dans les quartiers du Québec

Depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs initiatives sont nées pour permettre aux Québécois de se divertir tout en restant sur leur propriété, dont une qui a vu le jour à Lévis. Depuis le 23 juin, les artistes de la région Patrick Dumoulin, Samuel Jalbert-Raymond et Jérémy Plante font vivre la tournée Nomade, une série de concerts mobiles à travers le Québec.

À la découverte d’une collection méconnue

Le Centre d’exposition Louise-Carrier dévoile ses Œuvres choisies, pour la plupart, exposées pour la première fois. Jusqu’au 6 septembre, l’exposition présente une sélection de peintures et de sculptures des 19e et 20e siècles, provenant des riches et vastes collections de la Ville de Lévis.

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Pascale Bourdages, l’étoile montante

La chanteuse prépare un premier album de sa composition. À Trois-Pistoles en chanson, la Lévisienne a remporté la première place de la catégorie auteur-compositeur-interprète et le coup de cœur du public avec deux pièces qui figureront sur le disque à venir.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Des activités en ligne pour les passionnés de danse

Dernier né de la famille Hit The Floor fondé par le Lévisien Nicolas Bégin, le festival de danse multi-styles Flofest passe en mode virtuel afin de rassembler la communauté de la danse autour de quatre activités, les 10, 11 et 12 juillet.

Gowan en spectacle virtuel le 16 juillet

Populaire au Québec et ailleurs dans le monde dans les années 80 et 90, l’artiste canadien est le claviériste et le chanteur principal du légendaire groupe Styx depuis 21 ans. Le spectacle de Gowan sera diffusé le 16 juillet à 20h30.