L’artiste Yann Farley a créé une œuvre avec laquelle le public peut interagir. CRÉDIT : COURTOISIE

Installée au quai Paquet, L’articulation des lieux est une œuvre de Yann Farley qui s’inspire du passé industriel et ferroviaire du quartier. La sculpture a été érigée dans le cadre du programme d’intégration des arts à l’architecture.

«Ce qui m’a vraiment allumé, c’est ce que j’ai lu sur l’histoire du quai Paquet, de la Traverse. Il y a un passé industriel, c’est un lieu d’interconnexion des transports, chemin de fer, traverse. Ce qui m’intéressait, c’est cet espace géographique où tout s’articule», présente l’artiste Yann Farley qui a puisé dans l’histoire du quartier pour créer L’articulation des lieux.

D’allure industrielle, la sculpture est constituée d’aluminium et d’acier inoxydable. Son créateur la définit comme biomorphique ou biomécanique, car l’œuvre donne «l’impression que c’est une forme qui peut s’animer. Même si elle est statique, il n’y a pas de mouvement réel. Ça crée une dynamique, comme le lieu où elle est installée».

«La sculpture, j’aime quand elle nous attire par différentes stratégies. J’aime qu’il y ait des points dans l’œuvres qui donnent même envie de s’y installer. Ça peut faire penser à un banc où on peut s’installer, voire s’allonger. Donc, ça crée une connexion.»

Dans son processus de création, Yann Farley s’implique dans chaque étape de la réalisation, dont la construction de la structure. «Comme sculpteur, je fabrique mes œuvres», précise-t-il. En art public, les artistes peuvent aussi recourir à des ateliers extérieurs spécialisés dans la fabrication.

L’artiste utilise les maquettes et la simulation 3D pendant la phase de conception. «Je me fais comme un terrain de jeu. Je fais une maquette articulée, je suis capable de bouger les éléments, un genre de casse-tête avec lequel je vais pouvoir travailler.»

Depuis une vingtaine d’année, l’art public est au cœur du travail de Yann Farley qui a conçu plus de vingt œuvres installées partout au Québec. Ses créations cherchent à rapprocher le public de l’œuvre pour qu’il en devienne un participant.

«J’aime qu’on ne soit pas seulement passif devant une œuvre, qu’on ne fasse pas que la regarder. J’aime qu’on vienne participer à la forme», partage-t-il.

Séduit par le quai Paquet, lieu très fréquenté et agrémenter d’une fontaine, l’artiste se réjouit que son œuvre puisse être vu chaque année par des milliers de personnes.

«Ce qui m’intéresse dans l’œuvre d’art public, contrairement aux musées ou aux lieux d’exposition, c’est qu’on ne s’adresse pas seulement à un public qui est connaisseur. La sculpture peut croiser le chemin de tout le monde. Même des gens qui ne fréquentent pas des lieux d’art et c’est fascinant.»

L’artiste voit l’œuvre d’art comme «la localisation physique d’une utopie». «L’utopie, c’est un désir projeté. L’œuvre est comme la concrétisation de l’utopie. Les zones de transition, comme le quai Paquet, ce sont des lieux où on a le temps de réfléchir et d’imaginer, des lieux qui sont comme des non-lieux.» L’œuvre d’art n’apportera pas plus de réponse, mais permettra elle-aussi de se laisser aller à la rêverie et à l’imagination de faire le reste.

Les plus lus

Le public invité à contribuer à un court-métrage

Réalisateur lévisien et fondateur de la boite de production basée à Lévis Le Dock, Michaël Labrecque prépare son nouveau court-métrage Blind Fear, une plongée dans un monde cyberpunk dominé par une intelligence artificielle. La création de cet univers ayant nécessité la construction de décors, une campagne de sociofinancement est en cours pour couvrir les frais.

HTF En famille, les retrouvailles ont bien eu lieu

Les 5 et 6 septembre, les danseurs du Québec avaient rendez-vous au Centre de congrès et d’exposition de Lévis. La compétition s’adressait aux danseurs solistes ainsi qu’aux danseurs duo et trio qui ont présenté leur numéro sur la scène Hit The Floor l’instant d’un week-end devant des juges québécois du monde de la danse.

Un parcours historique d’une ferme à l’autre

Petits et grands sont invités à découvrir l’histoire de l’agriculture à Saint-Nicolas. Du 25 septembre au 25 octobre, l’exposition gratuite Histoires de récolte se déroulera sur les sites extérieurs de huit lieux différents sous la forme d’un rallye-concours.

L’univers du heavy metal face à une force obscure

Avec sa trame sonore heavy métal, Abîmes est le nouveau roman adulte de Jonathan Reynolds. L’auteur connu pour ses livres d’horreur et d’épouvante, dont de nombreux titres pour la jeunesse, s’est installé à Lévis il y a quelques années.

Cinq bibliothèques de plus rouvriront le 6 octobre à Lévis

Les bibliothèques de la Ville de Lévis rouvriront progressivement au cours des prochaines semaines, et ce, dans le respect des directives de la Santé publique. Depuis le 25 juin, les lecteurs n’avaient accès qu’à trois des dix bibliothèques, une par arrondissement.

Une campagne pour financer son premier album

Installée à Lévis, la chanteuse et auteure-compositrice-interprète Haingo Nirina prépare son premier album entièrement francophone, Toujours plus loin. Pour que ce projet voit le jour, elle fait appel au soutien du public dans une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche.

Le Festival international du conte Jos Violon fête ses 18 ans

Le rendez-vous des mots et des arts de la parole se tiendra du 9 au 18 octobre. Sous la thématique Majeur et vacciné, le festival explorera les limites de l’émancipation ainsi que les aléas de la vie d’adulte.

Madeleine Lantagne lance son nouveau roman à Lévis

Installée à Lévis depuis plus de 60 ans, Madeleine Lantagne publie Marie-Louise et sa destinée. De Saint-Malachie à Québec, la suite de son premier roman paru en 2017 aux Éditions GML, basées à Saint-Anselme. Le lancement se tiendra le 20 septembre, à Lévis.

Peindre l’indicible de l’âme

Ses toiles, empreintes de délicatesse, de poésie et de lumière, sont exposées dès 1970 dans des galeries renommées de Montréal et de Québec. Artiste établie de longue date à Lévis, Claudette Rinfret consacre sa vie à l’art, un amour qui la fait vivre, une passion devenue compagnon de tous les jours, avec qui elle partage ses pensées intimes. Rencontre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.