L’équipe et une partie des acteurs ont tourné une scène dans le Vieux-Lévis.

Cet été, Luca Jalbert a tourné la quatrième saison de sa web-série, qui fait partie de l’univers Ça fout la chienne et sortira au printemps prochain. Comme à son habitude, le bédéiste et cinéaste Lévisien a fait appel aux jeunes du territoire pour réaliser son projet. Rencontre avec deux acteurs en herbe.

Un mardi soir dans une cour du Vieux-Lévis, autour du feu. Luca Jalbert et les acteurs de sa web-série, qui raconte l’histoire des enfants perdus, se retrouvent pour le tournage d’une nouvelle scène. 

Sur place, deux des jeunes personnages, les moniteurs du camp de vacances où se déroule l’intrigue et un conteur sorti des ombres venu partager ses récits. Tout ça, bien sûr, sous l’œil de la caméra et de l’équipe de tournage. Les parents sont aussi de la partie et tout le monde se retrouve dans une joyeuse ambiance. 

«J’essaie que les tournages ne soient pas trop lourds et que ça ne soit pas trop un gros travail pour eux. J’ai envie que ça soit comme un gros camp de vacances. C’est l’été et on a du fun avant tout», partage Luca Jalbert.

Ce soir, Andrew Croteau et Édouard Brisson, tous deux 14 ans, se préparent à incarner de nouveau leur personnage. Le premier joue Vincent, un jeune garçon sensible qui se sent blessé par un moniteur toujours sur son dos et va être amené, bien malgré lui, à se venger. 

Le second s’est glissé dans la peau d’Alex, un jeune qui évolue aux côtés des autres personnages pour arrêter le «gros méchant». «Je reste du côté des gentils tout le long», précise-t-il.

D’une durée de trois à quatre heures, voire huit heures pour les plus longs, les tournages sont d’abord des moments de partage et de plaisir, même s’il faut aussi assurer quand les moteurs tournent. 

«On a tout le temps du fun. On va à plein de places pour tourner. Mais quand il faut être sérieux, il faut être sérieux. Et ne pas commencer à rire devant la caméra», raconte Édouard. 

Se glisser dans la peau d’un autre

C’est l’envie de se glisser dans la peau d’un nouveau personnage qui l’a motivé à participer. «D’un coup, il faut changer de personnage et on commence à tourner. Je me dis, là c’est le temps de changer de personnage. Boum. Je me rappelle de mon texte et je le dis», explique-t-il. Pour se préparer, il lit son texte et le répète tout le temps dans sa tête jusqu’à ce qu’il le connaisse par cœur. 

Andrew trouve parfois plus difficile de se concentrer. «J’ai toujours de la misère à garder mon sérieux. Je ris beaucoup. Des fois, dans des moments où il ne faut pas», confie-t-il. Mais, il ne faut pas trop s’amuser pour que ça reste crédible, prévient-il.

Pourtant, il ne lui apparaît pas très difficile de devenir un autre. «Il faut juste être différent de ce qu’on est d’habitude, changer d’attitude.» 

Ce qu’aime l’ado, «c’est la complicité qu’il y a entre nous, le plaisir qu’on a à être ensemble, les blagues qu’on se raconte. Passer du temps ensemble, c’est plaisant».

D’ailleurs, Andrew a toujours voulu faire du cinéma dans la vie. Participer à ce projet était pour lui une belle occasion de voir si le septième art est vraiment fait pour lui. «Je me suis dit que tourner dans la série pourrait me motiver à aller dans le cinéma et je le suis. Tu es libre de jouer ce que tu veux et tu n’es pas toi-même. Tu fais des choses que tu ne ferais pas dans la vraie vie.»

C’est justement pour leur motivation et leur énergie que Luca Jalbert invite les jeunes dans ses projets. Puisqu’ils «ne sont pas encrassés par les techniques de jeu», les ados font preuve d’un naturel désarmant et plongent facilement dans un nouvel univers. 

«J’ai toujours travaillé avec la jeunesse. J’aime l’énergie que les jeunes dégagent, cet imaginaire qui est encore tout neuf. Il n’est pas écrasé par les doutes. Ils sont portés à être ouverts à tout et à essayer», observe-t-il.

Les saisons 1 et 2 sont disponibles sur la chaîne YouTube Ça fout la chienne et la troisième sera mise en ligne cet automne. 

Les plus lus

Le public invité à contribuer à un court-métrage

Réalisateur lévisien et fondateur de la boite de production basée à Lévis Le Dock, Michaël Labrecque prépare son nouveau court-métrage Blind Fear, une plongée dans un monde cyberpunk dominé par une intelligence artificielle. La création de cet univers ayant nécessité la construction de décors, une campagne de sociofinancement est en cours pour couvrir les frais.

HTF En famille, les retrouvailles ont bien eu lieu

Les 5 et 6 septembre, les danseurs du Québec avaient rendez-vous au Centre de congrès et d’exposition de Lévis. La compétition s’adressait aux danseurs solistes ainsi qu’aux danseurs duo et trio qui ont présenté leur numéro sur la scène Hit The Floor l’instant d’un week-end devant des juges québécois du monde de la danse.

Un parcours historique d’une ferme à l’autre

Petits et grands sont invités à découvrir l’histoire de l’agriculture à Saint-Nicolas. Du 25 septembre au 25 octobre, l’exposition gratuite Histoires de récolte se déroulera sur les sites extérieurs de huit lieux différents sous la forme d’un rallye-concours.

L’univers du heavy metal face à une force obscure

Avec sa trame sonore heavy métal, Abîmes est le nouveau roman adulte de Jonathan Reynolds. L’auteur connu pour ses livres d’horreur et d’épouvante, dont de nombreux titres pour la jeunesse, s’est installé à Lévis il y a quelques années.

Cinq bibliothèques de plus rouvriront le 6 octobre à Lévis

Les bibliothèques de la Ville de Lévis rouvriront progressivement au cours des prochaines semaines, et ce, dans le respect des directives de la Santé publique. Depuis le 25 juin, les lecteurs n’avaient accès qu’à trois des dix bibliothèques, une par arrondissement.

Une campagne pour financer son premier album

Installée à Lévis, la chanteuse et auteure-compositrice-interprète Haingo Nirina prépare son premier album entièrement francophone, Toujours plus loin. Pour que ce projet voit le jour, elle fait appel au soutien du public dans une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche.

Le Festival international du conte Jos Violon fête ses 18 ans

Le rendez-vous des mots et des arts de la parole se tiendra du 9 au 18 octobre. Sous la thématique Majeur et vacciné, le festival explorera les limites de l’émancipation ainsi que les aléas de la vie d’adulte.

Madeleine Lantagne lance son nouveau roman à Lévis

Installée à Lévis depuis plus de 60 ans, Madeleine Lantagne publie Marie-Louise et sa destinée. De Saint-Malachie à Québec, la suite de son premier roman paru en 2017 aux Éditions GML, basées à Saint-Anselme. Le lancement se tiendra le 20 septembre, à Lévis.

Peindre l’indicible de l’âme

Ses toiles, empreintes de délicatesse, de poésie et de lumière, sont exposées dès 1970 dans des galeries renommées de Montréal et de Québec. Artiste établie de longue date à Lévis, Claudette Rinfret consacre sa vie à l’art, un amour qui la fait vivre, une passion devenue compagnon de tous les jours, avec qui elle partage ses pensées intimes. Rencontre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.