Pour Claudette Rinfret, «les yeux sont les paysages de l’âme». CRÉDIT : AUDE MALARET

Ses toiles, empreintes de délicatesse, de poésie et de lumière, sont exposées dès 1970 dans des galeries renommées de Montréal et de Québec. Artiste établie de longue date à Lévis, Claudette Rinfret consacre sa vie à l’art, un amour qui la fait vivre, une passion devenue compagnon de tous les jours, avec qui elle partage ses pensées intimes. Rencontre.

«Peindre, c’est une façon d’exprimer l’âme, ce qui nous habite.» C’est aussi, dit Claudette Rinfret, créer un monde nouveau, laisser libre cours à l’imagination et à la fantaisie. S’exprimer. L’œuvre de l’artiste est parsemée de visages. De jeunes personnages, des enfants, «dont l’intensité du regard laisse transparaître la profondeur des sentiments», illustrait Claude Vallières, coordonnateur de la galerie de la rue Wolfe devenue le Centre d’exposition Louise-Carrier, lors d’une exposition consacrée à la peintre, dix ans plus tôt.

«Des pensées qui s’établissent sur le papier.» C’est ainsi que Claudette Rinfret laisse le sujet sortir, tout à coup. Elle ne copie pas. Elle n’utilise pas de modèle. L’artiste va chercher dans une intériorité sensible. «Tout peintre exprime ce qu’il a profondément en lui», confie-t-elle.

Donner un visage aux émotions

Les visages traduisent les sentiments ressentis par celles, surtout, et ceux qui habitent ses tableaux. «Je les invente. C’est un peu plus facile avec un modèle, il est devant toi. Si tu l’inventes, il faut savoir ce qu’il veut dire.»

L’art fait écho à la spiritualité. L’artiste se dessine un chemin. «C’est long à découvrir, reconnaît-elle. Je cherche pourquoi on est ici. Ce sont des pensées qu’on ne peut pas décrire. C’est pourquoi on peint. On peint pour faire ressortir quelque chose qui est intérieur.»

Influencée par le courant impressionniste, peintre de l’âme à la recherche de l’infini, de ce qui ne se dit pas. «On m’a décrite», dit celle qui s’est décrite elle-même par ses peintures.L’artiste est couleur, ombre, rythme et mouvement.

Une passionnée, comme elle se présente. «J’ai plongé dedans, tout bonnement.» Dans Montréal qui l’a vu naître, Claudette Rinfret apprend l’émail sur cuivre. «J’ai commencé par goût. J’en avais vu et j’ai trouvé ça fascinant.» Notamment à cause de la permanence des couleurs prises dans la surface vitrée. Rapidement, Claudette Rinfret se distingue par son talent. Sa carrière débute.

Mais les poussières des poudres de verre endommagent ses poumons et elle doit cesser ce travail du jour au lendemain. Avant d’être émailleuse, Claudette Rinfret dessinait. Jamais elle n’avait pensé devenir peintre pourtant. Encore moins en faire sa carrière et gagner sa vie en vendant ses toiles. Jeune fille, c’est la musique qui avait ses faveurs.

Vivre d’art

Ses premiers dessins n’étaient qu’un passe-temps, alors qu’isolée par la tuberculose, elle se repose dans un sanatorium. À l’âge de l’adolescence, elle dessine celles qui l’entourent.

Au décès de son mari, qui la laisse seule à élever quatre enfants, sa passion devient le moyen de subvenir aux besoins de sa famille. Et, de faire ce qu’elle aime le plus. «Il fallait que j’agisse. Qu’est-ce que j’aurais pu faire d’autre?»

Disciplinée, elle peint tous les jours. «C’est automatique. 9h30 le matin, je suis devant le chevalet. Ce sont des heures et des heures de travail.» Sa persévérance la pousse à peindre sans relâche, à recommencer jusqu’au bon moment, celui où il faut savoir s’arrêter pour ne pas «gaspiller l’inspiration première».

De ses premières expositions dans les années 1970 à la direction de la réputée Galerie Zanettin à Québec, qui avait dès ses débuts contribué à sa reconnaissance et qu’elle a ensuite dirigé de 1989 à 1995, Claudette Rinfret s’impose comme une artiste internationale et recherchée. Elle expose à travers le Québec, notamment à la Galerie Louise-Carrier, au Canada et jusqu’en Europe. Ses toiles sont présentées en permanence dans les galeries, comme L’Art français à Montréal. Ses œuvres figurent désormais dans de nombreuses collections privées ainsi que celles de la Ville de Lévis et du Mouvement Desjardins. 

De Berthier-sur-Mer à Lévis, en passant par Québec, Claudette Rinfret s’est nourri de la beauté du fleuve et des paysages qui ont donné à ses toiles ces atmosphères nébuleuses inspirées par le changement des saisons, dans une fête de couleurs et de lumière.

Les plus lus

Le public invité à contribuer à un court-métrage

Réalisateur lévisien et fondateur de la boite de production basée à Lévis Le Dock, Michaël Labrecque prépare son nouveau court-métrage Blind Fear, une plongée dans un monde cyberpunk dominé par une intelligence artificielle. La création de cet univers ayant nécessité la construction de décors, une campagne de sociofinancement est en cours pour couvrir les frais.

HTF En famille, les retrouvailles ont bien eu lieu

Les 5 et 6 septembre, les danseurs du Québec avaient rendez-vous au Centre de congrès et d’exposition de Lévis. La compétition s’adressait aux danseurs solistes ainsi qu’aux danseurs duo et trio qui ont présenté leur numéro sur la scène Hit The Floor l’instant d’un week-end devant des juges québécois du monde de la danse.

Un parcours historique d’une ferme à l’autre

Petits et grands sont invités à découvrir l’histoire de l’agriculture à Saint-Nicolas. Du 25 septembre au 25 octobre, l’exposition gratuite Histoires de récolte se déroulera sur les sites extérieurs de huit lieux différents sous la forme d’un rallye-concours.

L’univers du heavy metal face à une force obscure

Avec sa trame sonore heavy métal, Abîmes est le nouveau roman adulte de Jonathan Reynolds. L’auteur connu pour ses livres d’horreur et d’épouvante, dont de nombreux titres pour la jeunesse, s’est installé à Lévis il y a quelques années.

Cinq bibliothèques de plus rouvriront le 6 octobre à Lévis

Les bibliothèques de la Ville de Lévis rouvriront progressivement au cours des prochaines semaines, et ce, dans le respect des directives de la Santé publique. Depuis le 25 juin, les lecteurs n’avaient accès qu’à trois des dix bibliothèques, une par arrondissement.

Une campagne pour financer son premier album

Installée à Lévis, la chanteuse et auteure-compositrice-interprète Haingo Nirina prépare son premier album entièrement francophone, Toujours plus loin. Pour que ce projet voit le jour, elle fait appel au soutien du public dans une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche.

Le Festival international du conte Jos Violon fête ses 18 ans

Le rendez-vous des mots et des arts de la parole se tiendra du 9 au 18 octobre. Sous la thématique Majeur et vacciné, le festival explorera les limites de l’émancipation ainsi que les aléas de la vie d’adulte.

Madeleine Lantagne lance son nouveau roman à Lévis

Installée à Lévis depuis plus de 60 ans, Madeleine Lantagne publie Marie-Louise et sa destinée. De Saint-Malachie à Québec, la suite de son premier roman paru en 2017 aux Éditions GML, basées à Saint-Anselme. Le lancement se tiendra le 20 septembre, à Lévis.

Peindre l’indicible de l’âme

Ses toiles, empreintes de délicatesse, de poésie et de lumière, sont exposées dès 1970 dans des galeries renommées de Montréal et de Québec. Artiste établie de longue date à Lévis, Claudette Rinfret consacre sa vie à l’art, un amour qui la fait vivre, une passion devenue compagnon de tous les jours, avec qui elle partage ses pensées intimes. Rencontre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.