Léo Giroux veut explorer le monde artistique et peut-être faire de la chanson un métier.� CRÉDIT : MÉLINDA NADEAU PHOTOGRAPHE

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Tout a commencé en 2018, lorsque Léo Giroux participe au Petit festival de la chanson de Granby, où il se rend jusqu’en demi-finale. L’une des juges du concours, Andréanne A. Malette, le choisit pour participer à Jamais trop tôt l’année suivante. «J’étais son coup de cœur», se souvient le jeune chanteur.

Du haut de ses 14 ans, le Lévisien est le plus jeune participant à l’édition 2019. «C’est là que mon aventure a commencé avec Jamais trop tôt. J’ai vraiment aimé ça, alors j’ai reparticipé encore cette année, en 2020.»

Ce projet invite les jeunes de 14 à 17 ans à écrire des textes de chanson francophone. Vingt-quatre textes sont ensuite sélectionnés à travers le Canada et sont mis en musique par des artistes franco-canadiens, comme Karim Ouellet, Caroline Savoie, King Melrose, Sara Dufour et Mehdi Cayenne qui ont déjà composé sur des textes écrits dans le cadre de Jamais trop tôt.

«Après nous avoir choisis aux auditions la coach vocale et la directrice artistique, nous attribue une chanson», raconte Léo Giroux qui se souvient avoir été quelque peu dérouté lors de sa première participation en entendant la chanson.

Sortir de sa zone de confort

«Ce n’était pas mon style. Mais quand je suis allé au camp en août, la chanson est devenue différente et ça m’a sorti de ma zone de confort. J’ai beaucoup aimé ça», partage celui qui s’est approprié la musique et le texte. Cette année encore, la nouvelle chanson a représenté un défi pour le jeune interprète qui a de nouveau beaucoup appris.

«Sur scène, tu peux être quelqu’un de différent. Tu peux être qui tu veux, confie-t-il. Mon style, c’est plutôt pop et ballade, les chansons à voix. Ma première chanson, Le Goût de la liberté était rythmée. J’avais un personnage et une chorégraphie. J’ai fait des choses auxquelles je n’étais pas habitué. Cette année, Boom Boom Boomers m’a aussi fait explorer un autre style.»

Le texte s’adresse à la génération des boomers. «Ça dit, laissez-nous vivre. C’est nous la relève et vous autres avez eu votre temps. C’est à notre génération de prendre sa place. Certains pensent qu’on ne travaille pas fort, mais on travaille fort», explique Léo Giroux qui a l’impression que les boomers ne croient pas vraiment en les capacités de sa génération.

«Il y a beaucoup de jeunes qui sont préoccupés par la planète, par exemple. On a une belle génération de travaillants. Je ne comprends pas pourquoi les boomers chialent sur nous. Cette chanson, c’est un cri du cœur pour notre génération.»

Vivre de sa passion

«Aujourd’hui, on a la chance de faire ce qu’on aime et on peut vivre de notre passion», croit-il. Son amour de la musique lui vient de ses parents, qui sont à la barre de la troupe musicale la Gang des macadams. «J’ai grandi là-dedans. Dans les spectacles, il y avait une trentaine à une quarantaine de membres avec des enfants, dont je faisais partie. J’ai fait plusieurs spectacles avec eux.»

Sur scène, il découvre sa passion pour la musique et la chanson. «Quand j’étais petit, je criais dans la maison et puis, à un moment donné, je me suis mis à chanter. J’ai pris des cours de chant.»

Depuis, le chanteur ne s’est jamais arrêté et espère poursuivre son rêve. Si chanter pourrait devenir un métier, il s’intéresse aussi aux coulisses de la scène. «J’ai participé à La Voix junior 2 et j’ai vu comment ça se passait. Le monde artistique, ça m’intéresse et j’ai envie de l’explorer, car c’est très large.»

Puisque Jamais trop tôt est ouvert aux jeunes jusqu’à leurs 17 ans, Léo Giroux, qui n’a que 15 ans, compte encore retenter sa chance l’an prochain. «C’est un beau projet dans lequel on a la chance de faire un enregistrement professionnel.» L’album, qui réunit les 24 pièces, est disponible en ligne sur les plateformes musicales. 

Les plus lus

Jean Provencher écrit pour réaliser un monde différent

Après quatre années de travail et des milliers d’heures de recherche, le premier livre du Lévisien Jean Provencher est prêt à être imprimé. Être, penser et agir autrement pour un monde différent présente les enjeux économiques, sociaux et environnementaux actuels et guide le lecteur vers des actions inspirantes.

Lettre d'opinion - Les écrivains, les premiers maillons de la chaîne culturelle littéraire

La création d’un livre est chose semblable à donner vie. Quelques minutes pour avoir le sujet principal qui le constitue, quelques semaines à le former et des années à s’en occuper. Malgré tous ses efforts, l’auteur ne sera jamais récompensé à sa juste valeur au commencement de sa carrière et même au cours de cette dernière.

Talents bleus : les représentants de la région en demi-finale

Originaire de Charny, Dominic Lacasse, accompagné de sa conjointe Karen Goudreault, représentait la Chaudière-Appalaches au concours Talents bleus présenté à l’émission en direct du 28 octobre de La semaine des 4 Julie. Le couple de drapeaux humains de la région a été sélectionné par le public pour les demi-finales du concours.

L’Anglicane fait vivre les arts autrement

Voulant créer des occasions de rencontres artistiques, malgré les restrictions qui affectent actuellement les salles de spectacle en zone rouge, L’Anglicane propose trois spectacles en ligne pour adoucir l’automne.

Quête poétique dans un monde d’après

Poète du clair-obscur, Anne-Marie Desmeules peint une société en perdition dans son troisième recueil Nature morte au couteau, paru cet automne aux éditions Le Quartanier. Soufflant un vent de liberté, ses mots se sont affranchis des contraintes et guident le lecteur vers une nature retrouvée.

Dominic et Karen qualifiés pour la finale de Talents bleus

Représentants de la Chaudière-Appalaches à Talents bleus, Dominic Lacasse et sa conjointe Karen Goudreault, ont remporté, le 25 novembre, la demi-finale à laquelle ils participaient dans le cadre du concours présenté lors de l’émission La semaine des 4 Julie.

Conférence sur la musique chorale à travers le temps

Le Chœur polyphonique de Lévis organise un atelier virtuel qui sera donné par son directeur musical, Guillaume Boulay, le jeudi 19 novembre, à 19h, sur la plateforme Zoom.

Un collectif de jeunes de Bellechasse crée une chanson

Agir collectivement dans Bellechasse a dévoilé la chanson écrite et composée par un collectif de jeunes passionnés de musique dans le cadre d’une activité de création en ligne.

Les finalistes des Prix d’excellence en culture connus

Le Conseil de la culture de Québec et de Chaudière-Appalaches ainsi que la Ville de Lévis ont dévoilé les finalistes de la 34e édition des Prix d’excellence 2020. Dans ce cadre, la municipalité remet chaque année le Prix Ville de Lévis à un organisme culturel du territoire.

Né pour être vivant, le deuxième roman de Yann Fortier

L’auteur de Québec qui a résidé dans le passé sur la Rive-Sud, Yann Fortier, a publié son deuxième ouvrage Né pour être vivant, au mois d’octobre dernier. Paru aux éditions Marchand de feuilles, Yann Fortier raconte l’histoire de la vie du chanteur Antoine Ferrandez.