Arnaud Vachon incarne Émile Lacombe dans Club Vinland. CRÉDIT : COURTOISIE

Déjà à 16 ans, Arnaud Vachon est nommé comme finaliste au Gala Québec Cinéma 2021 au titre de révélation de l’année, pour son rôle d’Émile Lacombe dans le long métrage Club Vinland réalisé par Benoit Pilon. Il s’agissait de la première expérience dans le milieu cinématographique pour l’élève du Collège de Lévis, qui a alors obtenu un premier rôle. La remise de prix aura lieu le 6 juin.

Par Josyanne Prescott

Il y a deux ans, Arnaud Vachon a vu sur Facebook un appel à tous lancé par la production du Club Vinland. Elle cherchait alors un acteur pour incarner Émile Lacombe, l’un des personnages principaux du long-métrage. Si Arnaud Vachon avait toujours envisagé une carrière d’acteur, il remettait ce rêve à plus tard, lorsqu’il serait plus âgé. Toutefois, quand il a vu l’annonce, il a décidé de tenter sa chance. 

Au départ, il auditionnait pour obtenir le rôle d’un autre personnage du film. Après son audition, le réalisateur lui a finalement demandé de passer l’audition pour le rôle d’Émile Lacombe. Après un long processus d’entrevue, il a finalement obtenu ce premier rôle. 

C’est donc à l’âge de quatorze ans qu’il a participé au tournage, réalisé il y a deux ans. À cette occasion, l’élève du Collège de Lévis a pu côtoyer de grands acteurs québécois, tels Rémy Girard et Fabien Cloutier.

«Chaque jour, j’en apprenais plus. […] Ça s’est bien passé malgré le manque d’expérience. Les acteurs avec qui j’étais m’aidaient et me donnaient des conseils et, chaque jour, je m’améliorais. Je ne me comparais pas à eux, je jouais mon rôle et eux le leur. On avait chacun notre travail à faire», raconte l’adolescent originaire de Saint-Isidore. Il a été facile d’incarner son personnage puisque selon lui, il lui ressemblait dans la vraie vie. Sans leur personnalité similaire, il croit que cela aurait été moins aisé de jouer son rôle.

Une belle expérience 

En raison de la pandémie, le film qui devait sortir dans les cinémas en avril 2020, n’a été à l’affiche que pendant deux semaines un an plus tard. Le jeune acteur n’a pas eu de tapis rouge comme il l’aurait souhaité, mais une première officielle lorsque la vie reprendra un cours plus doux est envisagé. 

Club Vinland a été le film d’ouverture du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, qui s’est déroulé le 1er novembre dernier. Le jeune acteur a pu dire un mot à la fin de la représentation et recevoir un tonnerre d’applaudissements. C’était un moment fort en émotion et il avait lui-même envie de remercier les gens d’avoir visionné son film. «C’était incroyable. Si je n’étais pas allé à Rouyn-Noranda, je n’aurais jamais connu cet émotion-là», partage-t-il.

Une vocation

Fort de cette belle expérience, Arnaud Vachon déménagera l’an prochain à Montréal afin de poursuivre ses études au cégep. Ce changement lui permettra aussi de s’approcher des plateaux de tournage puisqu’il espère poursuivre sa carrière tout en étant sur les bancs d’école. Récemment, il a participé au tournage du film Maria de Mariana Mazza et on a pu le voir dans le troisième épisode d’Escouade 99.

Le métier d’acteur est devenu une véritable vocation pour le finissant du Collège de Lévis. Il s’est inscrit dans un programme collégial d’arts, lettres et communications avec l’intention d’entrer au conservatoire ou à l’École nationale de théâtre. Malgré que le chemin soit encore long avant qu’il gagne sa vie comme comédien, Arnaud Vachon espère réaliser son rêve.

«Je suis confiant. […] C’est sûr qu’il faut que je continue de travailler fort. J’ai plein de trucs à apprendre encore et de l’expérience à aller acquérir partout. Je suis motivé et je suis prêt à tout donner pour devenir un grand acteur un jour», affirme-t-il.

Si l’on se fie à son agenda des prochains mois, son rêve est en voie d’être réalisé. En plus de prendre part à plusieurs auditions, Arnaud Vachon sait déjà qu’il participera à d’autres projets, dont une série télévisée qui sera tournée cet été et où il incarnera un premier rôle. 

Les plus lus

Un grand nom à la tête de Diffusion culturelle de Lévis

Par voie de communiqué, la présidente du conseil d’administration de Diffusion culturelle de Lévis (DCL), Marie-Hélène Guité, a annoncé l’arrivée de Jacques Leblanc, figure du milieu théâtral bien connue dans la région de Québec, au poste de directeur général et artistique dès le 12 juillet prochain.

Chokola : la quête des racines

À la fin de sa première année de cégep, Phara Thibault a rédigé un texte qui a été salué par ses pairs. Lauréate du concours d’écriture dramatique Égrégore, Chokola, la première pièce de la jeune Lévisienne de 20 ans, doit déjà être jouée dans des festivals et théâtres.

Un collectif à saveur lévisienne

C’est le 24 mai dernier qu’un collectif d’auteurs a publié le livre Ce jour-là. Ce sont exactement 70 auteurs et 103 histoires qui composent l’ouvrage. Principalement à saveurs lévisienne et bellechassoise, l’ouvrage réunit 30 personnes originaires de Lévis, 20 de Bellechasse et 20 autres d’un peu partout au Québec, dont de la Beauce, la Côte-de-Beaupré, Québec et Montréal.

Diane Blanchette tire sa révérence

Pendant ses 23 années à Diffusion culturelle de Lévis, dont 12 à la direction de l’organisme, Diane Blanchette s’est dédiée corps et âme à créer des rencontres uniques entre les artistes et les publics avec passion, audace et une immense conviction dans les bienfaits des arts vivants.

Métyvié revient sur la pandémie en caricatures

Le célèbre caricaturiste lévisien Métyvié, surnom de Serge Métivier, a récemment fait un retour dans les librairies après une longue absence. Avec À vos masques! Sortez!, le résident de Saint-Jean-Chrysostome propose aux amateurs québécois de caricatures une petite histoire humoristique de la pandémie.

Un été riche en culture à L’Anglicane

C’est avec l’arrivée du beau temps et l’allègement des mesures sanitaires que L’Anglicane de Lévis dévoile sa programmation estivale qui accueillera Laurence Jalbert, porte-parole du Réseau des organisations de spectacles de l’est du Québec (ROSEQ).

L’Anglicane reçoit le Trio Fibonacci

Le Trio Fibonacci sera présent à l’Anglicane ce samedi 5 juin avec un programme de musique minimaliste.

Briser l’isolement à l’aide de la musique

En collaboration avec l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), l’Orchestre sym-phonique de Lévis (OSLévis) a mis sur pied un projet de cinq capsules vidéo pour aider à briser l’isolement et présenter l’impact positif de la musique : La musique qui fait du bien.

Théâtre d’été : deux comédies plutôt qu’une au VBP

Pour une 17e année, le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald offrira du théâtre d’été. Cette année, ce ne sera pas une comédie, mais deux qui seront proposées par les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec des cohortes 2020 et 2021.

Les aventures de Beaver le castor se poursuivent

Une troisième bande dessinée vient compléter la trilogie du duo lévisien Claude Jalbert et Steeve Cadorette. Intitulée Beaver et l’apocalypse, l’histoire sortira officiellement en juin prochain.