L’autrice Florence Guay et le livre collectif qu’elle vient de publier. CRÉDIT : JOSYANNE PRESCOTT

C’est le 24 mai dernier qu’un collectif d’auteurs a publié le livre Ce jour-là. Ce sont exactement 70 auteurs et 103 histoires qui composent l’ouvrage. Principalement à saveurs lévisienne et bellechassoise, l’ouvrage réunit 30 personnes originaires de Lévis, 20 de Bellechasse et 20 autres d’un peu partout au Québec, dont de la Beauce, la Côte-de-Beaupré, Québec et Montréal.

Histoires vécues, insolites, étranges et parfois avec l’intervention d’un pouvoir supérieur, c’est le genre de récits que l’on retrouve dans l’ouvrage. Florence Guay, autrice lévisienne qui compte déjà à son actif sept autres publications, a initié ce projet rassembleur afin de sortir de la morosité vécue dans la dernière année.

C’est en 2002, que Mme Guay a eu l’idée de proposer ce type de projet au Québec, alors qu’elle venait de lire un livre de Paul Auster, un écrivain américain, qui avait créé un ouvrage du même genre. C’est lors de son retour d’Espagne, en mai 2020, que l’autrice a décidé de mettre en branle la réalisation de ce collectif. Un an plus tard, le livre est paru.

Proposition d’écriture

C’est avec un appel à tous sur les réseaux sociaux, dans les radios et les journaux que Florence Guay a partagé son idée avec les auteurs. Dans sa proposition d’écriture, elle invitait tout le monde, auteur ou non, à lui envoyer des faits vécus, étranges ou avec l’intervention d’un pouvoir supérieur. Elle s’intéressait particulièrement au côté insolite d’une histoire vraie.

«Il y a des gens qui n’avaient jamais écrit et qui étaient heureux de se lancer. Ils en rêvaient, mais n’avaient jamais osé», confie-t-elle.

Le titre, Ce jour-là, est venu de l’idée que les histoires envoyées devaient être situées dans le temps. «J’ai appelé le livre Ce jour-là parce que ce sont des évènements qui se sont déroulés à une journée précise, à un moment précis. Un évènement qui a marqué et changé la vie des auteurs. Ça finit toujours positivement.»

Un travail d’édition

 La création de l’ouvrage a cependant été un long processus de réception, de décisions et de correction des textes. Puisque plusieurs récits lui ont été envoyés, Mme Guay a dû commencer par choisir ceux qu’elle ajouterait dans le livre et en faire la correction. Chaque auteur a ensuite dû approuver les modifications qui ont été apportées à leur histoire. Deux autres correctrices ont enfin effectué les dernières vérifications.

«On a choisi des histoires étonnantes et un peu troublantes. Parfois comiques, mais souvent touchantes», ajoute l’autrice à propos des faits vécus qu’elle a sélectionnés accompagnée de sa sœur.

Il faut penser à tout dans ce type de création, c’est pourquoi l’ordre des textes a été défini au hasard sauf pour certains aspects. «Avec ma sœur, j’avais lu les 103 histoires. Je lui ai dit qu’il faudrait que les 10 premières soient accrocheuses et insolites tout comme les cinq dernières pour bien conclure le livre.»

Une expérience partagée

L‘autrice imaginait un grand lancement qui n’a finalement pas eu lieu dû au confinement. Toutefois, elle a tout de même tenté de faire une distribution significative pour les auteurs en leur remettant leur exemplaire en main propre afin de les rencontrer, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur.

«Chaque auteur venait chercher son livre plus ceux qu’il avait commandés pour sa famille. Ils étaient généreux», raconte-t-elle.

Étant une œuvre collective, elle garde cependant espoir de pouvoir rassembler les auteurs lorsque la situation le permettra. «Là, on a fait la distribution, mais je ne renonce pas à ce qu’on se réunissent tous ensemble pour partager notre expérience.»

Notons que les fonds amassés vont aller la maison d’édition ainsi qu’aux correctrices et, une fois les dépenses payées, l’autrice souhaite distribuer les livres restants au Centre-Femmes de Bellechasse, à la Maison de soins palliatifs du Littorale, à Alpha Bellechasse, au Grenier et dans les hôpitaux.

Il est possible que l’écrivaine lance un nouvel appel afin de faire une suite à ce premier tome qui s’appellerait Cette nuit-là, mais rien n’est décidé encore.

Les plus lus

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

District.Mao finaliste aux 73e Emmy Awards

C’est lors du dévoilement des nommés, le 13 juillet, que Marie-Odile Haince-LeBel ainsi que Caroline Lemieux, fondatrices de DM Productions, ont appris qu’elles étaient en nomination dans la catégorie des chorégraphies exceptionnelles pour les émissions de variété ou de téléréalité.

Programmation éclatée pour le retour de Festivent

C’est le 20 juillet que le Festivent de Lévis dévoilait sa programmation dans le cadre de Cet été, je parcours Lévis. L’événement se déroulera du 4 au 22 août prochain dans quatre différents sites à travers la ville.

Une Lévisienne primée à Village en Arts

C’est lors de la remise de prix virtuelle du 2 juillet dernier que l’artiste lévisienne, Louise Daigle, a appris qu’elle était récipiendaire de la troisième place du symposium Village en Arts de l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Critique - Braquage de banque au VBP

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald invite le public à prendre ça cool cet été alors que la pièce Bonnie et Claud sera présentée jusqu’au 7 août. Les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec proposent à cette occasion une version haute en couleur de la comédie d’Yves Amyot.

L’art de la décroissance

Dans le cadre de sa programmation 2021-2023, Regart, le centre d’artistes en art actuel, invitait les artistes et commissaires à réfléchir à la décroissance. Ce seront donc 11 dossiers et 22 intervenants qui présenteront leurs pistes de réflexion sous différentes formes artistiques.

Les Mea Culpa : début d’une carrière solo

Le 18 juin dernier, Les Mea Culpa, le premier mini-album (EP) de Lily Tea, est sorti sur toutes les plateformes numériques. L’artiste lévisienne a fait une semaine de résidence de création au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald afin de préparer le lancement.

Du soutien pour 10 artistes lévisiens en émergence

La Ville de Lévis, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a dévoilé le 17 juin dernier le nom des 10 artistes émergents qui se partagent une aide financière, à la hauteur de 61 000 $, afin de les soutenir dans leur démarche de professionnalisation et leurs projets qui favorisent les liens entre les arts et la collectivité.

L’Internationale d’art miniature de retour à Lévis

Le Centre d’exposition Louise-Carrier accueille les visiteurs pour la 11e édition de l’Internationale d’art miniature jusqu’au 5 septembre. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 27 juin dernier.

Village en Arts soutient de nouveau les jeunes artistes

La 24e édition du symposium Village en Arts accueille encore cette année les artistes de la relève pour sa deuxième année de mentorat, avec comme partenaire le Festivent.