CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Du 4 au 22 août avait lieu le Festivent de Lévis. Sur quatre différents sites, aux quatre coins de la ville, ce sont une cinquantaine d’artistes qui ont enflammé les planches et des milliers de spectateurs qui ont profité des activités offertes.

Sous la thématique éclatée de sa 38e édition, le Festivent de Lévis a offert une programmation de 19 jours complètement gratuite aux festivaliers. Bien qu’ils aient dû s’adapter aux différentes mesures, ils se sont aussi adaptés au public afin de le satisfaire.

«C’était clair dans nos têtes qu’on allait s’ajuster en fonction de l’achalandage et de la réaction des festivaliers. Les indices (des spectacles) créaient une certaine insatisfaction auprès de la clientèle, ce à quoi on s’attendait, donc compte tenu du fait que la gestion de l’achalandage se passait bien, on a décidé, pour la deuxième semaine du festival, d’annoncer la programmation une semaine à l’avance», a expliqué Stéphanie Lepage, directrice des opérations.

Malgré tout, les festivaliers ont bien compris la dynamique dans laquelle le festival devait travailler cette année, a expliqué Mme Lepage. «Ils étaient contents que l’on change notre façon d’annoncer notre programmation. Somme toute, les commentaires ont été bons dès le début.»

Il y a eu des prestations tous les jours et des artistes tels que Les 2Frères, Vincent Vallières, Qualité Motel, Émile Bilodeau, Pascale Picard et Taktika on fait salle comble. «On est super content d’avoir pu offrir une tribune à des artistes de la relève comme à des artistes établis. On a fait des collaborations avec le festival de Jazz de Lévis et le Vieux Bureau de Poste. Ces collaborations nous ont permis de présenter davantage d’artistes que ce que l’on peut faire dans une édition traditionnelle», ajoute la directrice des opérations.

Montgolfière

En ce qui concerne les fameuses montgolfières en vedette lors du Festivent, les organisateurs de l’événement ont décidé de les rendre plus accessibles pour cette édition. Contrairement à une envolée où la montgolfière ne reste que peu de temps au sol, l’équipe a préféré les garder à terre.

«Cette année, on voulait que les gens puissent s’approcher des ballons et les voir longtemps. On a donc choisi différents sites où on a fait des captifs de montgolfière pour que les gens puissent s’approcher des pilotes, leur parler et que les enfants puissent voir les ballons de près puis même les toucher».

Prochaine édition

Bien que la 38e édition soit terminée, l’équipe envisage bien de garder certains aspects de celle-ci pour les années à venir. «L’édition qu’on a vu en 2021, on ne la reverra plus jamais, mais le fait de pouvoir s’éclater sur différents sites ou encore les installations en production, c’est le genre d’élément qu’on va ramener dans le futur», affirme Stéphanie Lepage.

D’ici là, ils ont hâte de revenir à une édition standard, mais sont tout de même ravis des commentaires positifs du public. «On peut dire que les attentes de l’organisation sont assurément remplies et celles des festivaliers aussi», conclut-elle.

Les plus lus

Un court-métrage à saveur lévisienne tourné au Myanmar

Tout droit sortie du Myanmar, Business Woman, l’histoire d’une quête spirituelle, sera présenté en avant-première le 11 octobre prochain au cinéma Lido à Lévis. Le court-métrage de près d’une trentaine de minutes a été réalisé par la réalisatrice et fondatrice de la boîte de productions lévisienne Boîte d’allumettes, Frédérique Alain.

Regard artistique sur le tunnel Québec-Lévis

Regart, centre d’artistes en art actuel, présente l’exposition la Commission des liens jusqu’au 24 octobre prochain. Laure Bourgault et Marc-Antoine Blais agissent à titre de commissaires dans cette exposition qui prend la forme d’une commission d’enquête à la fois sérieuse, mais aussi humoristique

Le festival du conte Jos Violon renaît «majeur et vacciné»

Le Festival international du conte Jos Violon de la Maison natale de Louis Fréchette est de retour cette année après une pause inattendue d’un an. Puisque le festival en est à sa 18e édition, les amateurs de contes et légendes seront transportés en octobre à l’époque de leurs 18 ans, l’événement se déroulant sous la thématique Majeur et vacciné, pour vrai!.

Cultur’Art fête ses 15 ans

Le Rallye Cultur’art de Lévis fête, en 2021, ses 15 ans d’existence. Les 16 et 17 octobre prochains, les amateurs d’art pourront faire la visite des ateliers de près d’une trentaine d’artistes lévisiens.

Des œuvres de Daniel Bonneau exposées dans Charlevoix

Le rêve de Daniel Bonneau s’est enfin concrétisé. Jusqu’à la mi-novembre, le Musée de Charlevoix dédie l’une de ses expositions aux œuvres de l’artiste animalier de Saint-Anselme.

S’adapter pour passer à travers la pandémie

Le Club photo de Lévis a su s’adapter lors de la dernière année afin de continuer d’offrir à ses membres passionnés de photographie des conférences et des ateliers sur le sujet.

La musique retentit de nouveau à l’Espace symphonique de Lévis

Les 25 et 26 septembre prochain, l’Orchestre symphonique de Lévis (OSLévis) a repris ses activités après une année d’arrêt, dans le cadre des Journées de la culture. L’ensemble en a profité pour rendre hommage aux travailleurs de la santé.

Un premier roman pour une Lévisienne sur un sujet tabou

La Lévisienne Jessica Di Salvio a récemment pu concrétiser un rêve de jeunesse alors que son premier roman a fait son arrivée sur les tablettes des librairies. Avec Seul contre elle, l’autrice aborde la problématique des agressions sexuelles commises par des femmes sur des hommes, un phénomène criminel sous-estimé qui est même souvent nié par certaines personnes dans la société.

La commission des liens, une exposition sur le troisième lien

Dans le cadre de sa programmation sur la décroissance, Regart, centre d’artistes en art actuel, présentera l’exposition de Laure Bourgault et Marc-Antoine Blais intitulée La commission des liens jusqu’au 24 octobre.

L’Anglicane propose trois productions théâtrales cet automne

Les pièces Oleanna, Omi Mouna et Dans la tête de Proust habiteront L’Anglicane pour les prochains mois. Dans le cadre de sa série théâtrale, Diffusion culturelle invite les habitués comme les nouveaux publics à voir ces pièces qui abordent les enjeux et thématiques du monde contemporain.