CRÉDIT : JOSYANNE PRESCOTT

Luca Jalbert écrit, réalise et produit la websérie Les enfants perdus. Pour ce faire, ce sont près d’une trentaine de jeunes provenant principalement de la région qui incarnent les personnages au fil des saisons. L’artiste lévisien voit les jeunes évoluer dans ce projet et tisse même des liens avec eux.

Le tournage de la websérie s’est fait sur plusieurs années et le cinéaste lévisien a pu voir évoluer les jeunes acteurs au fil des saisons. Certains parmi eux ont fait leur passage du primaire au secondaire ou du secondaire au cégep pendant le tournage.

«Les jeunes qui incarnent les personnages évidemment vieillissent à l’écran. Pour certains, ça a développé une plus grande confiance en eux. Pratiquer des textes, les mémoriser et les interpréter c’était un défi pour plusieurs. Certains y ont vraiment évolué. La gêne et le stress ont commencé à disparaître et je le vois quand ils interprètent. Au fil des ans, il y a une certaine maturité qui se développe, ils sont de plus en plus à l’aise», confie le producteur réalisateur.

Bien que Luca soit présent pour les jeunes lors des tournages, il souhaite l’être en dehors de ceux-ci aussi. Il explique que «les personnages qu’on interprète, c’est quasiment la réalité aujourd’hui. J’interprète le grand frère de cette bande de jeunes là, mais en même temps, dans la vraie vie, je suis vraiment là pour eux dans leur vie personnelle. C’est ce que les parents apprécient beaucoup».

Les parents lui donnent de bons retours sur le lien qu’il a avec les ados. «On m’a dit que sur mes plateaux de tournage on est vraiment bien, que c’est le fun et qu’il n’y a pas de pression. C’est ce que je veux pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-même.»

Amandine Perron, l’une des jeunes qui joue dans la websérie raconte que son expérience dans le projet Les enfants perdus est vraiment «merveilleuse». «Ça m’apporte beaucoup de fierté. J’ai l’impression d’apporter quelque chose de positif dans la vie des gens. C’est une expérience très valorisante. Luca c’est plus que le producteur, c’est notre ami! Il est tellement passionné et prend le temps d’écouter tout le monde. Je pense que je parle au nom de tous en disant que de travailler avec Luca, c’est de s’amuser à tous cous.»

Un projet qui grandit

La websérie Les enfants perdus vient de conclure sa vingtaine de jours de tournage de la quatrième saison alors que la première saison est sortie en mars dernier. Chaque série est adaptée au format littéraire et fera partie de la collection Frisson.

Luca Jalbert va même s’inspirer des tournages pour écrire le récit. «Parfois, je délaisse un peu mon scénario pour voir comment mes jeunes ont joué à l’écran. Chacune de leur personnalité va vraiment donner une touche à mes personnages. Quand la fiction rejoint la réalité et vice versa», explique-t-il.

Rappelons que l’histoire Les enfants perdus se déroule dans le comté de Colerain où une comète s’écrase. Celle-ci laisse s’échapper des forces mystérieuses et d’étranges phénomènes ont lieu puis des disparitions inexpliquées se produisent. Au fil des saisons, les jeunes devront combattre ces forces, mais chaque fois qu’ils croient être parvenus à s’en débarrasser une nouvelle force revient.

Il est possible de voir la série sur la chaine YouTube Les enfants perdus et de suivre les nouvelles sur la page Facebook du projet.

Les plus lus

Un court-métrage à saveur lévisienne tourné au Myanmar

Tout droit sortie du Myanmar, Business Woman, l’histoire d’une quête spirituelle, sera présenté en avant-première le 11 octobre prochain au cinéma Lido à Lévis. Le court-métrage de près d’une trentaine de minutes a été réalisé par la réalisatrice et fondatrice de la boîte de productions lévisienne Boîte d’allumettes, Frédérique Alain.

Regard artistique sur le tunnel Québec-Lévis

Regart, centre d’artistes en art actuel, présente l’exposition la Commission des liens jusqu’au 24 octobre prochain. Laure Bourgault et Marc-Antoine Blais agissent à titre de commissaires dans cette exposition qui prend la forme d’une commission d’enquête à la fois sérieuse, mais aussi humoristique

Le festival du conte Jos Violon renaît «majeur et vacciné»

Le Festival international du conte Jos Violon de la Maison natale de Louis Fréchette est de retour cette année après une pause inattendue d’un an. Puisque le festival en est à sa 18e édition, les amateurs de contes et légendes seront transportés en octobre à l’époque de leurs 18 ans, l’événement se déroulant sous la thématique Majeur et vacciné, pour vrai!.

Cultur’Art fête ses 15 ans

Le Rallye Cultur’art de Lévis fête, en 2021, ses 15 ans d’existence. Les 16 et 17 octobre prochains, les amateurs d’art pourront faire la visite des ateliers de près d’une trentaine d’artistes lévisiens.

Des œuvres de Daniel Bonneau exposées dans Charlevoix

Le rêve de Daniel Bonneau s’est enfin concrétisé. Jusqu’à la mi-novembre, le Musée de Charlevoix dédie l’une de ses expositions aux œuvres de l’artiste animalier de Saint-Anselme.

S’adapter pour passer à travers la pandémie

Le Club photo de Lévis a su s’adapter lors de la dernière année afin de continuer d’offrir à ses membres passionnés de photographie des conférences et des ateliers sur le sujet.

La musique retentit de nouveau à l’Espace symphonique de Lévis

Les 25 et 26 septembre prochain, l’Orchestre symphonique de Lévis (OSLévis) a repris ses activités après une année d’arrêt, dans le cadre des Journées de la culture. L’ensemble en a profité pour rendre hommage aux travailleurs de la santé.

Un premier roman pour une Lévisienne sur un sujet tabou

La Lévisienne Jessica Di Salvio a récemment pu concrétiser un rêve de jeunesse alors que son premier roman a fait son arrivée sur les tablettes des librairies. Avec Seul contre elle, l’autrice aborde la problématique des agressions sexuelles commises par des femmes sur des hommes, un phénomène criminel sous-estimé qui est même souvent nié par certaines personnes dans la société.

La commission des liens, une exposition sur le troisième lien

Dans le cadre de sa programmation sur la décroissance, Regart, centre d’artistes en art actuel, présentera l’exposition de Laure Bourgault et Marc-Antoine Blais intitulée La commission des liens jusqu’au 24 octobre.

L’Anglicane propose trois productions théâtrales cet automne

Les pièces Oleanna, Omi Mouna et Dans la tête de Proust habiteront L’Anglicane pour les prochains mois. Dans le cadre de sa série théâtrale, Diffusion culturelle invite les habitués comme les nouveaux publics à voir ces pièces qui abordent les enjeux et thématiques du monde contemporain.