CRÉDIT : COURTOISIE

Originaire de Saint-Rédempteur, le technologue en architecture Charles Collin a récemment pu concrétiser l’un de ses rêves. Le 17 novembre, il a lancé son premier roman : Monstrueusement Brouillon.

«C’était un très beau moment. J’étais bien heureux de pouvoir présenter mon premier livre en compagnie de mes amis et de mes proches. Ils m’ont côtoyé pendant toute la réalisation de mon projet. C’était vraiment un moment spécial de pouvoir boucler la boucle avec eux», a partagé au Journal le nouvel auteur, quelques jours après le lancement officiel de Monstrueusement Brouillon.

Diplômé en technologie de l’architecture du Cégep de Lévis, Charles Collin a toujours été passionné par la littérature. D’ailleurs, en 2020, il a complété un certificat en création littéraire de l’Université Laval. Également animateur de camp de jour pendant cinq ans à Saint-Rédempteur, Charles Collin a rapidement eu le goût d’écrire un roman jeunesse.

C’est alors que son projet Monstrueusement Brouillon a pu voir le jour. Dans ce dernier, il a pu créer un univers où se côtoient trois de ses grands intérêts : le jeu, l’architecture et le fantastique. Dans son premier roman jeunesse, Charles Collin raconte les aventures de Noah, un jeune garçon qui désire découvrir ce qui épuise sa maman depuis trop longtemps. Noah s’aventure alors dans le bureau de sa mère à la recherche d’indices. Lors de cette aventure, il sera transporté dans des lieux ténébreux où se cache un monstre étonnamment innovant.

«Avec Monstrueusement Brouillon, j’avais pour but de montrer que l’enfant aime parfois s’impliquer et que les idées qu’il apporte peuvent être plus qu’étonnamment belles. La persévérance, l’entraide et le partage sont des éléments que je voulais aborder dans Monstrueusement Brouillon. J’ai d’ailleurs créé une bulle dans laquelle Noah, le jeune protagoniste, apprend à maîtriser ses émotions», a expliqué Charles Collin.

Et fort des nombreux commentaires positifs reçus après la parution de son premier roman, Charles Collin n’entend pas ranger sa plume, bien au contraire. S’il ne sait pas à quel moment son prochain ouvrage fera son apparition sur les tablettes des librairies, le jeune auteur originaire de Saint-Rédempteur planche déjà sur des projets de poésie, de romans fantastiques et de romans jeunesse.

Soulignons finalement que publié par les Éditions La Roupille de Saint-Lambert-de-Lauzon, Monstrueusement Brouillon est disponible dans plusieurs librairies de la région.

Les plus lus

Deux Lévisiens vivent l’aventure Star Académie

Les Lévisiens Jérémy Plante et Olivia Sirois-Bruneau ont séduit le corps professoral et ils auront la chance de performer pour mériter leur place comme académiciens lors de l’édition 2022 de Star Académie.

Un Lévisien lauréat du Luxembourg Art Prize 2021

L’artiste lévisien Francis O’Shaughnessy, qui réside actuellement à Montréal, est l’un des lauréats de la septième édition du Luxembourg Art Prize 2021. C’est une photographie au collodion humide qui lui a valu la deuxième place de ce concours international.

Voyage de 9 mois et 10 000 km à bord de Belle excuse

C’est à bord de Belle excuse qu’un couple originaire de Lévis a parcouru 10 000 km entre Lévis et les Bahamas par voie maritime de septembre 2019 à juin 2020. Christian Roy et Annie Yergeau ont partagé des récits de leur grand voyage en voilier sur les réseaux sociaux. Puisque les histoires ont été appréciées par leurs abonnés, c’est une fois de retour au Québec que M. Roy a écrit Belle excuse en ...

Le Centre d’exposition Louise-Carrier dévoile sa programmation hiver-printemps

Le 7 décembre dernier, l’équipe de Diffusion culturelle de Lévis (DCL) a présenté la programmation hiver-printemps 2022 du Centre d’exposition Louise-Carrier. Créateurs d’expériences ou relève de la région, tous seront mis en lumière dans les cinq expositions qui seront proposées au public lors des prochains mois.

COVID-19 : le milieu culturel s’ajuste encore

Les mesures mises en place par le gouvernement du Québec sont difficiles pour les différentes organisations culturelles. Alors que les salles de spectacles ne peuvent plus tenir d’activités, les espaces d’expositions souffrent moins du nouveau confinement.