CRÉDIT : COURTOISIE - LE FILON

Depuis cinq étés déjà, l’organisme communautaire Le Filon a mis sur pied le Marché populaire mobile, un camion qui permet aux citoyens de bénéficier d’un «système alimentaire juste et équitable» et de fruits et légumes locaux à prix modiques.

«À la base, l’objectif était de trouver toutes sortes de solutions afin de permettre aux gens d’avoir accès à des denrées fraîches, locales et desservir les déserts alimentaires», raconte Audrey Evers, agente de développement au Filon. Depuis le 2 juillet dernier, il est possible de voir défiler dans les rues de Lévis le camion à l’effigie du Marché populaire mobile. Ce dernier dessert les «déserts alimentaires», c’est-à-dire, les secteurs où les citoyens n’ont pas facilement accès à des fruits et légumes frais et locaux.

On compte six points de chute : Charny, Saint-Romuald, Pintendre, Christ-Roi, Bienville et au Filon directement. Une fois arrivé là-bas, l’acheteur a le choix entre le prix suggéré et le prix solidaire, même que certains individus, en fonction de leur situation financière, peuvent se procurer des aliments gratuitement. Le prix solidaire est un prix plus élevé que le prix suggéré. «Ceux qui choisissent le prix solidaire permettent à d’autres qui ont moins les moyens d’avoir des aliments à prix modiques», explique Mme Evers. «On parle de marges de 5 % et 20 % du prix de base comparé à des épiceries qui peuvent monter jusqu’à 40 %.»

Selon Mme Evers, ce projet reflète les valeurs véhiculées par Le Filon. «C’est un projet basé sur la solidarité. Pour ceux qui peuvent y contribuer, ça leur permet d’être des acteurs dans leur communauté et ça permet de créer des liens sociaux», souligne-t-elle.

Vendre ses propres récoltes

Afin de fournir son Marché populaire mobile, Le Filon a développé le Jardin de solidarité où les amateurs d’agriculture peuvent bénévolement s’occuper du jardin que l’organisme lévisien entretient. En échange, ces bénévoles bénéficient de 50 % de rabais sur les fruits et légumes du marché. «Le Jardin de solidarité permet d’avoir des aliments très frais, mais comme il est bénévole, il nécessite moins de coûts. Ainsi, quand le besoin se présente chez certaines personnes, on peut donner certains aliments et réduire les prix», note l’agente de développement.

Le Marché populaire mobile ne peut pas prévoir sa date d’ouverture et de fermeture chaque année étant donné qu’il doit s’adapter à la température et aux récoltes. Selon Noémie Gingras, responsable du projet, les citoyens ont dû attendre un peu plus longtemps cette année avant l’ouverture du marché étant donné la température très froide de l’hiver et du printemps.

Par contre, une fois ouvert, le Marché mobile populaire attire les clients beau temps, mauvais temps. «La température n’empêche pas les gens de venir au marché. Même quand il pleut, les gens sont au-rendez chaque semaine», partage Mme Gingras.

Dans le continuum du projet, Le Filon a aussi développé un service de panier de denrées pendant l’hiver. «On se rendait compte qu’on avait des surplus, donc on a décidé de continuer, mais en formule paniers. Les gens peuvent prendre un petit ou un plus gros panier et ça nous permet de continuer d’offrir les services», ajoute Mme Evers.

Dans une vision de solidarité locale, de réduction du gaspillage alimentaire et d’équité, le Marché populaire mobile répond à un besoin présent dans les secteurs qu’il dessert, selon les représentantes du Filon. Elles constatent que l’achalandage est en constante augmentation depuis les tous débuts du projet. «Les gens reviennent, on reconnaît les visages, mais on en voit de nouveaux aussi, ça fonctionne beaucoup avec le bouche-à-oreille!», lance Noémie Gingras.

Pour plus d’information ou connaître l’horaire du Marché mobile populaire, consultez la page Facebook Le Marché Populaire Mobile de Lévis ou le www.filon.ca.

Les plus lus

À L’ADOberge, les jeunes trouvent répit et soutien

Quand cette période qu’est l’adolescence devient trop difficile à traverser seul, il existe une maison à Lévis où les jeunes peuvent s’équiper des bons outils pour se construire. Aryane, qui entame sa cinquième semaine à L’ADOberge, a trouvé dans cette famille de passage une nouvelle confiance en elle.

Une solution pour faciliter l’accès à un logement subventionné

Depuis peu, l’Office municipal d’habitation (OMH) de Lévis peut compter sur un nouvel outil afin de faciliter l’inscription des personnes qui désirent obtenir un logement subventionné (place dans une HLM). Pour ce faire, l’organisme paramunicipal offre désormais la possibilité à ces dernières de remplir un formulaire simplifié en ligne.

Le Marché populaire mobile reprend ses tournées

Le Marché populaire mobile reviendra à partir du 29 juin, sur le territoire de Lévis. Comme chaque année, le camion plein de fruits et légumes frais locaux vendus à des prix modiques sillonnera la ville.

Des pizzas pour le Collège de Lévis

Si la pandémie a eu raison de l’édition 2020 de plusieurs événements lévisiens, la crise actuelle n’empêchera pas la tenue de la journée Generosa de la Piazzetta de Lévis. Cette édition particulière de l’activité caritative permettra de donner un coup de pouce financier à la Fondation Collège de Lévis, le 18 juin prochain.

Des jeunes construisent des potagers urbains

Grâce à l’initiative «Jardinons à l’unisson», des Lévisiens pourront cultiver leurs légumes cet été dans un bac à jardin construit par de jeunes bénévoles. Les potagers seront remis gratuitement et les apprentis cultivateurs pourront même bénéficier de conseils et d’un suivi.

Une marche virtuelle pour vaincre la SLA

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Lou Gehrig est cette maladie dégénérative qui s’attaque aux neurones et à la moelle épinière, ce qui entraîne progressivement une paralysie du corps. Cette année, la Marche pour vaincre la SLA se transformera en marche virtuelle, la collecte de dons se terminera le 21 juin prochain.

Le milieu communautaire déplore des lourdeurs bureaucratiques

La Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC), qui représente 3 000 organismes communautaires oeuvrant en santé et services sociaux et dont fait partie la Table régionale des organismes communautaire de Chaudière-Appalaches (TROCA), a déploré, le 10 juin, que les organismes font face à un alourdissement bureaucratique alors qu’ils sont fortement sollicités dans le contexte...

Aînés : les clés pour identifier les signes de maltraitance

La Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées se tiendra le 15 juin prochain, comme chaque année. En étant à l’écoute, il est possible d’en reconnaître les signes.

Des épiceries aident le Grenier

Trois samedis de suite, les 16, 23 et 30 mai derniers, plusieurs magasins d’alimentation du territoire se sont mobilisés pour ramasser les canettes et bouteilles consignées au profit du Comptoir alimentaire le Grenier.

Un chèque de 4 000 $ pour le Grenier

Trois samedis de suite, les 16, 23 et 30 mai derniers, plusieurs magasins d’alimentation du territoire se sont mobilisés pour ramasser les canettes et bouteilles consignées à l’aréna de Lauzon au profit du Comptoir alimentaire le Grenier.