CRÉDIT : COURTOISIE

En raison de la crise du coronavirus, les organismes communautaires du territoire ont modifié et réduit leurs services. Plusieurs ont pris des mesures exceptionnelles afin de continuer d’aider les plus démunis sans mettre en danger la santé de leurs employés, leurs bénévoles et des bénéficiaires. Un appel a été lancé aux bénévoles qui peuvent s’inscrire au 211.

Si les organismes communautaires ont réorganisé leurs activités vers les services essentiels, nombreux sont ceux qui «maintiennent des liens constants avec leurs membres en offrant des rencontres individuelles lorsque possible, du soutien téléphonique ou par courriel», souligne la Table régionale des organismes communautaires de Chaudière-Appalaches (TROCCA). 

À Lévis, plusieurs services d’entraide continuent de fonctionner même s’ils ont dû s’adapter à la situation. Ce sont justement ceux qui offrent de la distribution alimentaire ou le transport aux rendez-vous médicaux essentiels qui ont le plus besoin d’aide supplémentaire. Nombre de leurs bénévoles âgés de 70 ans et plus ont en effet reçu la consigne de rester chez eux. 

Face à l’urgence, toute personne qui souhaite aider est invitée à s’inscrire en ligne (fr.surveymonkey.com/r/GGLJS38) ou par téléphone au 211 afin de constituer une banque de ressources. «Ces bénévoles seront dirigés ponctuellement selon les besoins pour faire du transport de denrées alimentaires, appeler des personnes pour vérifier leur situation, aider à servir à différents comptoirs, etc.»

La liste des distributions alimentaires 

Le Service d’entraide de Saint-Jean-Chrysostome continue de faire de la distribution alimentaire. 

À Saint-Lambert-de-Lauzon, la banque alimentaire et les popotes roulantes sont maintenues, les services de transport réduits au minimum.

À Pintendre, la banque alimentaire et la popote roulante sont toujours ouvertes. Le service d’accompagnement-transport est maintenu au cas par cas seulement.

Le Service d’entraide de Saint-Romuald poursuit la distribution alimentaire, la livraison des popotes roulantes et certains services d’accompagnement médicaux.

À Charny, le service de dépannage alimentaire d’urgence est maintenu sur rendez-vous ainsi que l’accompagnement pour les rapports d’impôt sous certaines restrictions. Les transports médicaux font partie des services suspendus. 

Le Service d’entraide de Breakeyville assure l’aide alimentaire et la popote roulante.

À Saint-Rédempteur, l’aide alimentaire est proposée sur rendez-vous et la popote roulante continue. Les accompagnements aux rendez-vous médicaux sont notamment annulés.

Le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas annonçait la suspension de tous ses services sur sa page Facebook le 17 mars, dont la popote roulante, l’accompagnement aux rendez-vous médicaux et l’aide alimentaire. 

Tous les moyens sont pris pour respecter la consigne de distanciation sociale et protéger la santé de tous. Livraison de plats à la porte du domicile ou distribution des denrées alimentaires à l’extérieur, les organismes ont donné de nouvelles consignes à leurs bénéficiaires. 

Quant aux dons, nombreux sont les services d’entraide qui demandent aux généreux citoyens de les conserver pour l’instant à la maison ou peuvent parfois en prendre sur rendez-vous.

De leur côté, les Repas Desjardins fonctionnent à plein régime, soit 1 000 repas préparés chaque jour, en raison de la hausse des demandes de la part des personnes âgées qui doivent rester chez elles. Les mesures de désinfection ont aussi été renforcées. «On va être là la semaine prochaine», rassure l’organisme qui demande aux clients de ne pas commander pour trois semaines d’avance.

Le Grenier cuisine solidaire

Puisqu’il dispose d’une cuisine dans ses locaux, le Comptoir alimentaire le Grenier peut accepter les dons en denrées périssables des restaurateurs qui ont dû fermer boutique et éviter ainsi le gaspillage. L’organisme s’occupe de les transformer pour redistribuer la nourriture à ceux qui en ont besoin. Il est possible de joindre le Grenier au 418 835-5336, poste 5.

Désormais, les sacs d’épicerie sont préparés à l’avance et remis sur rendez-vous. L’organisme a d’ailleurs besoin de sacs d’épicerie neufs et de gel désinfectant. Les bénéficiaires ne peuvent plus entrer dans ses locaux. Ce nouveau système, qui demande davantage de manutention, est assuré par l’équipe réorganisée. 

«Personne ne rentre. La contamination peut aller très vite. Si une personne malade rentre, on risque que tout le monde ici soit en quarantaine», souligne la directrice Caroline La Fontaine. «On ne prend aucun risque.» 

À la place des dîners communautaires, des plats sont offerts à emporter, toujours sur rendez-vous. De plus, l’intervenante psychosociale assure un suivi uniquement par téléphone. 

L’inquiétude porte aussi sur les dons en denrées alimentaires. Déjà, les épiceries, qui ont moins de réserve, ont diminué leur contribution. La grande collecte de Moisson Québec, qui est annulée, permet en temps normal de ramasser 20 000 kg de nourriture et 165 000 $ de dons dans la grande région de Québec. Une campagne en ligne a été lancée pour pallier l’absence de la collecte au moissonquebec.com.   

Les plus lus

COVID-19 : le milieu communautaire se réorganise

En raison de la crise du coronavirus, les organismes communautaires du territoire ont modifié et réduit leurs services. Plusieurs ont pris des mesures exceptionnelles afin de continuer d’aider les plus démunis sans mettre en danger la santé de leurs employés, leurs bénévoles et des bénéficiaires. Un appel a été lancé aux bénévoles qui peuvent s’inscrire au 211.

Des acteurs du monde de l'éducation généreux pour les travailleurs de la santé

Au cours des derniers jours, des travailleurs du réseau de l'éducation ont répondu à l'appel du gouvernement du Québec afin de donner des équipements de protection au réseau de la santé.

L'OMH met en place des mesures pour éviter le coronavirus

Tout comme d'autres organisations à travers la province, l'Office municipal d'habitation (OMH) de Lévis a adopté une série de mesures depuis le début de la crise pour éviter que la COVID-19 fasse son apparition dans ses immeubles.

Un nouveau service d'aide alimentaire mis sur pied

Le Filon, organisme lévisien qui vise à soulager toutes formes de pauvreté, a récemment annoncé qu'il a mis en place un service d'aide alimentaire gratuit.

Urgent besoin de bénévoles

Par voie de communiqué, la ligne téléphonique 211 et les organismes communautaires de la région ont lancé, le 18 mars, un appel à tous afin de trouver des bénévoles supplémentaires afin de palier une pénurie provoquée par les restrictions gouvernementales afin de freiner la COVID-19.

De généreux arcs-en-ciel

Depuis quelques jours, les véhicules du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) portent un autocollant personnalisé mettant en vedette un arc-en-ciel, symbole de la solidarité entre les Québécois face à la crise de la COVID-19.

Une famille endeuillée fait un don de 2 000 $ au Tremplin

Le Tremplin, centre pour personnes immigrantes et leur famille, a reçu un don de 2 000 $ remis par la famille de Paul Bureau, en mémoire de celui qui a été pour ses proches un fils, un frère ainsi qu’un conjoint, et de son action en faveur de l’immigration.

Le défi Je nage pour la vie de retour à Charny

Pour une cinquième année, les nageurs se mouilleront pour l’événement qui vise à rappeler à chacun qu’il est important de demander de l’aide dans les moments difficiles. Je nage pour la vie se déroulera le 4 avril, à 18h (accueil à 17h), à l’Aquaréna de Charny.

Un voyage au cœur de la nation huronne-wendat

Pour la quatrième édition de sa soirée de financement Voyage au goût du monde, la Maison natale de Louis-Fréchette (MNLF) proposera une excursion chez la nation huronne-wendat, le 6 mai prochain à L’Anglicane. Cette année, Louise Gingras, directrice générale du Groupe Autobus Auger, assurera la présidence d’honneur.

L'ACEF Rive-Sud de Québec donne des conseils pour faire face à la crise

Afin d'aider les personnes de la région qui feraient face à des problèmes financiers, l'Association coopérative d'économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec a suggéré, le 1er avril, quelques pistes pour aider ces dernières.