CRÉDIT : ARCHIVES

Plus tôt cette semaine, le parlement canadien a adopté le projet de loi C-4, instaurant de nouveaux régimes de prestations pour les travailleur-euse-s ne se qualifiant pas à l’assurance-chômage. Cela vient compléter une réforme pour les chômeur.euse.s qui facilitera l’accès à des prestations adéquates, en faisant passer le seuil d’admissibilité à 420 heures, en offrant un crédit de 300 heures aux chômeur.euse.s, en plus d’offrir des prestations d’au minimum 500 $ par semaine.

Personne n’est contre la vertu, nous nous devons d’applaudir cette initiative de lutte à la pauvreté des chômeur.euse.s, dont le nombre a presque doublé dans la dernière année. Ces réformes masquent toutefois un oubli majeur que les questionnements concernant le retour au travail et la PCU avaient remis à l’ordre du jour : la pauvreté n’existe pas que chez les chômeur.euse.s. Les personnes gagnant le salaire minimum ou à peine plus sont, elles aussi, étranglées par leur situation économique.

Pour profiter du régime d’assurance-chômage actuel, il faut avoir été congédié, ou démontrer avoir épuisé toutes les ressources possibles avant de remettre sa démission pour un « motif raisonnable ». Malheureusement, un salaire trop bas ne permettant pas de faire vivre sa famille ne figure pas dans la liste de ces motifs. Rappelons cependant qu’encore aujourd’hui, rien n’empêche un employeur de mettre à pied des salariés pour des raisons économiques …

Le droit à la démission libre n’existe plus, l’exclusion du régime étant totale depuis 1993. Pourtant, en 1971, un départ volontaire ne représentait une exclusion que pour 1 à 3 semaines, permettant ainsi à plusieurs personnes une ascension sociale aujourd’hui difficile. La relation de travail est donc devenue un simple contrat, où l’employé ayant cotisé pendant des semaines, des mois, voire des années à la caisse de l’assurance-emploi perd toute sécurité lorsqu’il décide d’améliorer ses conditions économiques.

Si l’accès à l’assurance-chômage est aujourd’hui facilité, le modus operandi de l’exploitation par les bas salaires reste le même : les travailleur.euse.s pauvres restent enfermé.e.s dans la pauvreté, trop précaires pour se payer des «vacances» afin de trouver de meilleures perspectives de travail. L’exclusion pour départ volontaire les condamne ainsi à accepter des emplois mal payés sans possibilité d’obtenir de meilleures conditions.

C’est entre autres là que la lutte pour la défense des droits du chômage doit se trouver dans les prochaines années. Les inégalités se faisaient déjà croissantes dans un contexte de plein-emploi, et s’exacerbent encore plus aujourd’hui. Une région comme celle de la Capitale-Nationale pouvant se targuer d’un taux de chômage de 3,1% à pareille date l’an dernier avait pourtant déjà sa part de travailleurs pauvres employés dans les épiceries, les commerces au détail, les restaurants et autres entreprises, souvent des bannières de grandes chaînes.

On en est venus à accepter la pauvreté chez les étudiant.e.s, chez les personnes sortant des programmes d’aide sociale et chez bon nombre de femmes travaillant à temps partiel. Ces gens n’ont que très rarement droit à l’assurance-emploi, et leur garantir un revenu après leur démission ne permettrait que de rehausser leur niveau de vie. La balle est dans le camp du gouvernement Trudeau : s’il veut que les Canadien.ne.s puissent se trouver un bon emploi, il doit désormais leur donner les moyens d’en quitter un mauvais.

Par Isaïe-Nicolas Dubois-Sénéchal
Militant à l’Association de défense des droits sociaux de la Rive-Sud

Les plus lus

Lettre d'opinion - L’hébergement communautaire jeunesse testé positif

Messieurs Legault, Dubé et Carmant, nous sommes fatiguées! Fatiguées de nous battre pour une reconnaissance qui ne vient pas. De quêter pour réussir à accomplir notre mission. De toutes ces redditions de comptes. De voir partir notre personnel pour le Réseau faute de salaires décents. De voir les piliers de nos organisations tomber en burnout. De se justifier devant vous et devoir recommencer à ch...

Les poules urbaines bientôt permises à Lévis?

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

Reprise des messes dans le Grand Lévis

Comme «il est impossible de savoir quand le gouvernement provincial assouplira les mesures sanitaires présentement en vigueur», les autorités pastorales de l’unité Desjardins–Chutes-Chaudière ont pris la décision de rouvrir certaines églises de l’unité et d’y reprendre la pratique régulière des messes de fin de semaine à compter des 14 et 15 novembre prochains.

La campagne Des pâtés pour s’aider de retour

La pandémie a fragilisé plusieurs familles de notre région qui ont plus de difficulté à combler des besoins fondamentaux, comme socialiser, cuisiner et optimiser leur budget nourriture. La campagne Des pâtés pour s’aider vient en aide à toutes ces familles et permet de garnir les paniers de Noël de familles défavorisées.

Lettre ouverte - Drame de Québec : Pour en finir avec certains mythes liés à la santé mentale

C’est une grande tristesse que nous avons ressenti à la suite du drame survenu dans la soirée du 31 octobre dernier à Québec. Il va de soi que nos meilleures pensées vont aux personnes qui ont été victimes de ces actes et à leurs proches.

Une guignolée importante pour Saint-Jean-Chrysostome

En raison de la pandémie, le Service d’entraide de Saint-Jean-Chrysostome a dû s’adapter à la situation afin de pouvoir récolter des dons et des denrées pour la période des Fêtes où les banques alimentaires sont habituellement très sollicitées. Une récolte de denrées est prévue le 28 novembre au parc Champigny, une campagne de dons en argent est également lancée afin de bien garnir les paniers qu’...

La Fondation Jonction pour Elle tient sa campagne en ligne

Une grande campagne de financement au profit de la Fondation Jonction pour Elle est en cours en remplacement de la 4e édition du Concours Chantons pour Elles, qui devait avoir lieu le 15 octobre au centre de congrès de Lévis et a dû être annulée en raison de la pandémie Covid-19.

Soutenir le travail invisible des proches aidants

Les proches aidants assument un travail invisible et pourtant essentiel auprès d’une population plus vulnérable. Chaque année leur dévouement est souligné lors de la Semaine nationale des personnes proches aidantes qui a eu lieu début novembre.

La Mosaïque propose plusieurs options pour lui donner un coup de pouce

Le Café la Mosaïque a sollicité, le 3 novembre, l’appui des Lévisiens pendant les mois de novembre et décembre, notamment dans le cadre de ses activités spéciales-bénéfices afin de l’aider à poursuivre sa mission sociale.

Un repas pour soutenir Le Grenier

Avec les années, le Meating de la relève, qui se tient à l’automne, est devenu un événement mondain de Lévis. Cette année, pandémie oblige et en raison de la fermeture du restaurant Cosmos de Lévis, il n’y aura pas de Meating de la relève. Mais dans le but de garantir la continuité de l’aide à la cause du Comptoir alimentaire Le Grenier, les membres du comité organisateur proposent aux gens de la ...