Les scouts du Groupe Déziel réunis lors de son 80e anniversaire. CRÉDIT : COURTOISIE

Fondé en 1936 à la demande du curé de Notre-Dame de Lévis, le chanoine Eugène Carrier, le Groupe Déziel fête ses 85 années d’existence.

C’est le 6 février 1936 au presbytère de l’église Notre-Dame, que le premier conseil de troupe eut lieu, mais la troupe fut officiellement fondée le 15 avril. Né au cœur du Vieux-Lévis, le Groupe Déziel allait s’y enraciner et enseigner les valeurs du scoutisme à plusieurs milliers de jeunes.

Aujourd’hui, le groupe compte plus de 75 bénévoles et près de 200 jeunes de 7 à 25 ans. Chaque semaine, avant la pandémie, puisque les rencontres sont sur pause en raison des mesures sanitaires, les jeunes se retrouvaient à la maison des scouts de la rue Déziel pour des activités artistiques, communautaires, sociales ou sportives.

«Ce qui est beau à voir au 12e Groupe Déziel, c’est le fort sentiment d’appartenance, souligne Marc Fleury, chef des ressources matérielles de la Maison des scouts Michel-Bélanger. Ayant fait partie du Groupe plus jeunes, il n’est pas rare que les parents nous reviennent en y inscrivant leurs enfants et désirent s’impliquer avec eux.»

«La traditionnelle promesse scoute, vécue solennellement au sein de chaque unité, marque d’ailleurs cet engagement à ‘‘être prêt’’ à chaque instant et marquent l’adhésion de chacun aux valeurs du Mouvement», ajoute François Bilodeau, responsable du comité des communications, aussi en charge de l’unité Louveteau.

À travers le temps, ce mouvement d’éducation a perpétué des valeurs, toujours actuelles, d’engagement, d’entraide, de dévouement, de respect des gens et de l’environnement. «Seules ont changé les façons de les véhiculer», note-t-il. Et d’ajouter, «le scoutisme est fondé sur les principes de donner des responsabilités aux jeunes, de travailler en équipe, de socialiser et de s’épanouir dans le respect des valeurs traditionnelles».

Les jeunes participent à des activités en nature, des jeux et réalisent différents projets afin de développer leur débrouillardise, leur persévérance, leur autonomie et le dépassement de soi. En plus de se retrouver toutes les semaines, les scouts participent chaque saison à des camps et à des sorties en plein air.

Des rassemblements marquants

C’est d’ailleurs ces grands rassemblements extérieurs qui ont le plus marqué l’histoire du 12e Groupe Déziel. En 1986, dans le cadre de son 50e anniversaire, a lieu le premier grand camp commun.

«Après deux ans de préparation de costumes et de décors, montés sous le thème des Romains, nous avons organisé un camp d’une semaine à l’île d’Orléans, regroupant plus de 200 jeunes et adultes», raconte Marc Fleury.

Depuis, ces grands camps ont lieu tous les dix ans, avec une deuxième édition en 1996, puis au Lac-Sergent en 2006 et une quatrième en 2016 au lac Vert à Saint-Damien, sous le thème des Gaulois et des Romains.

Même si l’organisation de tels événements est un immense défi logistique afin de loger, nourrir et subvenir aux besoins de chacun en étant dans le bois, le chef des ressources matérielles se rappelle «qu’à chaque fois, lors de ces camps, on voyait nos jeunes avoir du plaisir ensemble. La participation aux activités proposées, l’entraide avant et après les camps, la complicité entre tous et le partage des connaissances se vivaient au quotidien».

Après 85 ans d’existence, le 12e Groupe Déziel veut «continuer de s’impliquer dans la communauté, en rendant le scoutisme accessible au plus grand nombre de jeunes possibles. Nous voulons également garder notre Groupe fort et dynamique tel qu’il était et qu’il est actuellement», partagent Maxime Pronovost et Anne-Marie Nadeau, chefs de groupe des unités filles Intrépides et Pionnières.

À cause de la pandémie, les fêtes du 85e anniversaire devront rester modestes. Mais le Groupe espère reprendre ses activités en septembre et prépare déjà le 90e avec la 5e édition d’un grand camp commun, tout en gardant en ligne de mire les fêtes du 100e.

Les plus lus

Un projet pour connecter les personnes isolées

Pour aider les personnes vulnérables qui n’ont pas accès à un téléphone et à une connexion Internet, un regroupement d’organismes lévisiens lance le projet Wifi pour tous. Une collecte est en cours pour amasser 200 téléphones cellulaires intelligents usagés avec leur chargeur.

OMH de Lévis : une nouvelle approche pour faire face à la pandémie

Depuis le début de l’année, l’Office municipal d’habitation de Lévis (OMH) peut compter sur une agente d’intervention COVID, Karolann Parent. En intervenant directement dans les édifices de l’organisme paramunicipal, cette intervenante peut soutenir les personnes qui demeurent dans ces logements à travers les nombreux défis créés par la pandémie de COVID-19.

Créer sa propre entreprise caritative contre le cancer

Un finissant de l’École Pointe-Lévy, Tristan Falardeau, a décidé de créer une entreprise pour amasser des dons pour la lutte contre le cancer. Aidé par cinq autres amis, ces jeunes vendent symboliquement leurs cheveux et donnent les sous récoltés à des organismes caritatifs.

La fin d’une longue implication

En raison de son déménagement à Mont-Saint-Hilaire afin de se rapprocher de son fils Louis, Gilbert Samson a dû mettre fin à ses activités de bénévolat dans sa ville natale, dont celles auprès de la Société d’histoire de Lévis (SHL). Ce grand bâtisseur natif de Bienville aura fait une différence à Lévis pendant plus de 60 ans en s’impliquant au sein de nombreux organismes.

Le 12e Groupe Déziel souligne son 85e anniversaire

Fondé en 1936 à la demande du curé de Notre-Dame de Lévis, le chanoine Eugène Carrier, le Groupe Déziel fête ses 85 années d’existence.

Des élèves invitent les citoyens à un grand nettoyage

Formé d’élèves du programme d’éducation intermédiaire (PEI) de troisième, quatrième et cinquième secondaire à l’École Pointe-Lévy, le nouveau comité derrière projet du nettoyage des berges du Saint-Laurent a dû adapter son événement en raison de la pandémie, cette année. C’est pourquoi ces élèves invitent les Lévisiens à ramasser les déchets qui apparaissent après la fonte des neiges sur le territ...

Activité-bénéfice pour la Fondation du Sixième

La Fondation du Sixième, un organisme qui soutient certaines initiatives des membres du 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC), une unité de réservistes des Forces armées canadiennes (FAC) notamment basée à Lévis, tiendra une activité de financement virtuelle, le 27 mai prochain dès 19h.

Une conférence en ligne de Kim Thúy

L’Association de la fibromyalgie région Chaudière-Appalaches (AFRCA) reporte son Salon de la fibromyalgie et de la douleur chronique en raison de la pandémie. L’organisme propose toutefois à ses membres et au grand public une conférence virtuelle de Kim Thúy, le 24 avril.

Le Collectif Virage se penche sur la sécurité piétonnière hivernale

Le collectif citoyen lévisien, Collectif Virage, profite du passage de Piétons Québec dans la Chaudière-Appalaches dans le cadre de sa campagne Tous piétons! jusqu’au 29 avril prochain, pour présenter Carnet d’hiver 2021 : Regards sur la place du piéton à Lévis où les membres se sont penchés sur les enjeux piétonniers de certains secteurs de la ville. (A.B.)

Pour le respect de la différence

La Fédération et les associations régionales, dont celle de Chaudière-Appalaches, en autisme lancent le 37e Mois de l’autisme. Une programmation en ligne est proposée pour souligner l’événement.