Dans la ville de Medyka, les bénévoles de la Siobhans Trust donne des repas chauds, notamment de la pizza, aux Ukrainiens qui arrivent en Pologne. Photo : Courtoisie - Siobhans Trust

Déjà impliqué dans les causes humanitaires, le Lévisien Raymond Maillette mettra la main à la pâte afin d’aider directement des réfugiés ukrainiens. Le retraité s’est récemment envolé pour la Pologne pour donner de son temps au profit de cette cause.

C’est après avoir lu l’histoire de Serge Fournier, dans le Journal de Québec, que le résident de Saint-Nicolas a décidé d’aller aider concrètement les réfugiés ukrainiens en se rendant en Europe. En avril, Serge Fournier, un pompier de la Ville de Montréal, a donné de son temps comme bénévole de la Siobhans Trust, une fondation écossaise qui vient en aide aux réfugiés ukrainiens.

«J’ai pris contact avec Serge Fournier et on a pu échanger alors qu’il était en transit à Paris lors de son vol de retour. Il m’a partagé son grand plaisir d’avoir vécu l’expérience avec Siobhans Trust et cela m’a donné le goût aussi d’être bénévole pour cette fondation. Je ne voulais pas partir dans un voyage à sac à dos ni être un poids pour les personnes que j’allais aider. Je suis donc entré en contact avec la Siobhans Trust et ils ont accepté mon aide comme bénévole», a expliqué Raymond Maillette sur l’origine de son implication en Pologne.

Du 9 au 31 mai, tout comme Serge Fournier, le Lévisien travaillera à la soupe populaire mise en place par la Siobhans Trust à Medyka, une ville polonaise située à proximité de la frontière polono-ukrainienne qui est devenue l’un des points de passage les plus fréquentés par les Ukrainiens qui fuient la guerre dans leur pays. Sous le slogan «Faites de la pizza, pas la guerre», la fondation écossaise y offre des repas chauds aux réfugiés ukrainiens.

En plus d’offrir un réconfort culinaire aux résidents du pays de l’Europe de l’Est envahi par la Russie depuis février, Raymond Maillette désire aussi répandre les sourires chez les Ukrainiens qu’il rencontrera.

«J’ai demandé aux responsables de la fondation ce que les réfugiés avaient le plus besoin. Je pensais amener des médicaments dans mes valises pour les aider, mais les gens de la Siobhans Trust m’ont dit que les autorités avaient reçu plusieurs dons à ce niveau, notamment de la part des autres pays européens. Les gens de la fondation m’ont dit d’amener des trucs pour faire sourire les enfants. J’ai donc commencé à réunir des jouets, des toutous, des bracelets et des craies pour que les enfants puissent s’amuser. La grande majorité des 23 kilos de bagages que je pourrai amener va être constituée des trucs que je veux donner aux enfants», a partagé le Lévisien.

Faire une différence

Serein malgré que le conflit russo-ukrainien s’enlise, Raymond Maillette avait bien hâte de s’envoler pour la Pologne lorsqu’il s’est entretenu avec le Journal, le 4 mai, puisqu’il pourra de nouveau faire une différence.

Depuis 12 ans, le Lévisien est impliqué dans un groupe qui parraine des enfants pour leur scolarisation au Burkina Faso. D’ailleurs, il a effectué deux missions humanitaires dans ce pays d’Afrique de l’Ouest en 2015 et 2017. Toutefois, en raison de la pandémie et le contexte actuel politique explosif dans ce pays, Raymond Maillette n’a pu retourner au Burkina Faso.

«Tout comme plusieurs Québécois, je suis extrêmement touché par ce qui se passe en Ukraine depuis le 24 février et le pays mérite toute notre empathie et support. Je me demandais comment je pouvais les aider. C’est sûr qu’on peut faire un don à la Croix-Rouge, mais je voulais aller aider directement les Ukrainiens tout en ne risquant pas sa peau. Je veux quand même revenir à la maison vivant», a souligné avec humour le Lévisien.

Notons qu’afin d’amortir les coûts de son aventure afin d’aider les réfugiés ukrainiens qui s’élèvent à environ 6 000 $, Raymond Maillette tient actuellement une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe. Au moment d’écrire ces lignes, il avait réuni environ 2 300 $. Les personnes intéressées à donner un coup de pouce financier au résident de Saint-Nicolas peuvent effectuer un don en visitant le gofund.me/a6b1079e.

Les plus lus

Survivante d’une tumeur cérébrale, elle s’implique pour aider son prochain

C’est en février 2022 que la vie de la Lévisienne Karine Brunel a basculé, alors qu’elle apprenait qu’elle avait une tumeur cérébrale. Maintenant que «toute trace de tumeur a été retirée» au terme d’un dur combat, elle souhaite s’impliquer pour la recherche et la sensibilisation.

Les paroisses lévisiennes lancent un cri du cœur

Les trois paroisses lévisiennes catholiques réunies au sein de l’unité missionnaire Desjardins-Chutes-Chaudière lancent un cri du cœur dans le cadre de leur campagne de financement annuelle. Elles espèrent que la population sera généreuse puisque l’organisation est déficitaire et sa situation financière ne semble pas aller en s’améliorant.

La Fondation du Collège de Lévis attire un administrateur prestigieux

Le président de la Fondation Collège de Lévis, Benoit Labbé, a annoncé, lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisation le 8 mai, la nomination de François Boilard (sur la photo) en tant que nouvel administrateur de l’organisme.

Traverser le Canada à vélo pour des enfants

Parcourir tout le Canada à vélo afin d’amasser des fonds pour la création d’un espace psychomoteur pour les enfants de Chaudière-Appalaches hébergés aux centres de réadaptation, voilà la mission que s’est lancé Guy Dominique avec sa femme, Marie-Eve Jalbert.

Une marche qui prend une tout autre signification

L’édition 2023 de la Marche de l’espoir Chaudière-Appalaches se tiendra le 28 mai prochain, à Lévis, sous la présidence d’honneur de Steeven Moisan, franchisé Tim Hortons dans la région de Québec. Ce nouvel engagement du Lévisien dans la lutte contre la sclérose en plaques prendra cette année une touche bien personnelle.

Le Service d’entraide de Breakeyville célèbre ses 35 ans

Fondé en 1987, l’organisme a souligné ce nouveau cap en présence de l’équipe et de ses invités. Lors de la soirée du 12 mai, les nouvelles installations réalisées ces derniers mois ont aussi été inaugurées.

Nouveau projet pour le Club Rotary de Saint-Nicolas

Les membres du Club Rotary de Saint-Nicolas se sont rassemblés à la fin mars, avec plusieurs invités, afin de démarrer leur activité de cuisine collective pour les plus démunis, qui reviendra chaque mois selon les besoins.

La FADOQ régionale distribue 163 000 $ de matériel sportif à ses clubs

Dans le cadre de l’assemblée générale annuelle (AGA) de la FADOQ régions Québec et Chaudière-Appalaches du 2 mai, l’organisme réunissant des groupes d’aînés a pu remettre des équipements sportifs d’une valeur de 163 000 $ aux clubs présents.

Le nettoyage des berges de la Beaurivage soutenu par le PSIC

Un nettoyage des berges de la rivière Beaurivage dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon se tiendra le 20 mai prochain, à 13h. L’événement est issu du Programme de soutien aux initiatives citoyennes (PSIC) de la Ville de Lévis, dirigé par la Corporation de développement communautaire (CDC) de Lévis, et sera soutenu par le Fonds vert de la Ville de Lévis.

Une campagne pour une meilleure gestion des déchets

Dans le cadre de l’Entente sectorielle de développement portant sur l’information, la sensibilisation et l’éducation (ISÉ) en gestion de matières résiduelles (GMR) en Chaudière-Appalaches, la somme de 764 075 $ sera investie durant les trois prochaines années afin de mener des actions de sensibilisation.