Photo: Gilles Boutin - Archives

N’étant pas régis par la Loi sur les services essentiels et sans convention collective depuis quelques mois, les quelque 110 chauffeurs de la Société de transport de Lévis (STLévis) prévoient mener une grève de 24 heures, le lundi 14 novembre prochain.

Par Marie-Ève Groleau et Érick Deschênes

Avec ce moyen de pression, le syndicat représentant les chauffeurs espère faire débloquer les négociations avec la partie patronale. Les principaux points en litige sont la permanence des postes, dans le contexte de pénurie de main-œuvre, ainsi que la fin du recours à la sous-traitance par la STLévis.

«Afin de limiter les impacts sur les usagers, nous avons choisi une journée pédagogique dans plusieurs établissements scolaires, sauf pour le Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald. L’essentiel de ce que nous demandons est la permanence des postes qui sont, pour une grande partie, sur appel, ainsi que le retrait de la sous-traitance», a soutenu le président du syndicat des chauffeurs de la STLévis, Alain Audet.

Pour sa part, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, se dit confiant que des avancées pourront être obtenues d’ici le 14 novembre entre les chauffeurs et la société paramunicipale. «Je souhaite que les négociations se poursuive dans la confiance et la bonne foi. En général, nous obtenons des ententes négociés et la STLévis va prendre les moyens nécessaire pour la population lors des déplacements en transport commun de lundi prochain», a-t-il affirmé.

Il est à noter qu’aucun service d'autobus ne sera offert lundi entre 5h et 23h59. Les services de TaxiBus collectifs livrés en sous-traitance seront maintenus toute la journée et les services livrés en sous-traitance par Autocars des Chutes seront seulement maintenus dans les secteurs Saint-Étienne, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur. Enfin, le service de transport adapté sera normalement assuré par les sous-traitants.









Les plus lus

Une fleur généreuse

La filiale 12 Commandeur Alphonse-Desjardins de la Légion royale canadienne a remercié les citoyens et les entreprises qui ont participé à la campagne du coquelicot 2022, une initiative qui a connu un beau succès.

Agir pour réduire les risques de troubles neurocognitifs

Dans le cadre du mois de l’Alzheimer en janvier, la Société Alzheimer de Chaudière-Appalaches ainsi que la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer (FQSA) ont tenu à rappeler que les citoyens peuvent mettre en place des mesures pour s’attaquer aux facteurs de risque modifiables des maladies neurocognitives.

Raviver la flamme de la mobilisation

C’est sous le thème «Retrouvons le sourire» que s’est déroulé un rendez-vous des citoyens-locataires de Chaudière-Appalaches, le 15 octobre dernier. Près d’une trentaine de locataires à faible revenu provenant de plusieurs MRC de la Chaudière-Appalaches «ont eu l’occasion de raviver leur flamme de la mobilisation et de la participation citoyenne dans leur milieu de vie».

Webinaire sur le vieillissement en ruralité

Cochercheuse principale du projet de Laboratoire vivant MOSAIC, de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), avec la professeure Lily Lessard, la docteure Michèle Morin (sur la photo) présentera un webinaire sur le thème «L’aîné villageois : secrets et défis du vieillir et du prendre soin en ruralité» le mardi 31 janvier, de 9h à 10h30.

Québec soutient un projet de la Maison de la Famille Rive-Sud

«Dans le but d’offrir un meilleur soutien aux familles québécoises en situation de vulnérabilité», la ministre de la Famille, Suzanne Roy, a dévoilé, le 19 janvier, les noms des organismes retenus en lien avec le projet pilote sur les retombées du travail de proximité auprès des familles isolées dans une communauté. Ainsi, 50 organismes communautaires liés à la famille et centres de pédiatrie soci...

Charny se mobilise pour ses familles ukrainiennes

Depuis cet été, plusieurs citoyens de Charny, sous l’impulsion de Nathalie Pelletier et Daniel Saindon, travaillent à réunir divers objets de la vie quotidienne et de la nourriture pour supporter les familles ukrainiennes qui se sont réfugiées ou se réfugieront dans la région à la suite de l’invasion russe de leur pays. Le tout s’est matérialisé en un véritable élan de générosité qui fait la diffé...