CRÉDIT : COURTOISIE

Directeur général du Patro de Lévis depuis presque 11 ans, Pascal Brulotte a annoncé au Journal son départ de l’organisation prévu d’ici la fin septembre afin de relever de nouveaux défis. Selon lui, son successeur pourra reprendre une organisation «en santé» et avec plein de projets sur la table.

«On a un Patro qui est dans une bonne situation financière, qui a des projets plein les tiroirs, qui a une bonne équipe, qui a de la relève à l’interne. J’ai fait ce que j’avais à faire et c’est le temps de laisser la place à notre jeunesse extraordinaire», lance Pascal Brulotte.

Après 11 ans, bien des choses ont changé au Patro de Lévis sous la gouverne de M. Brulotte. Lorsqu’il est arrivé dans la chaise du directeur général, Pascal Brulotte avait un cartable rempli de projets sur le coin de son bureau puisque l’organisation était fraîchement arrivée dans ses locaux actuels, elle qui était auparavant domiciliée dans le sous-sol de l’École Champagnat.

Le directeur général du Patro se rappelle qu’il avait trois missions importantes devant lui : remplir l’immense bâtisse qui accueille l’organisation communautaire, mobiliser l’équipe de travail ainsi que de redonner une notoriété au Patro afin qu’il puisse rayonner et réintégrer la communauté lévisienne.

Le fier Lévisien arrivait en poste avec une vision entrepreneuriale du Patro, il voulait joindre le monde communautaire et celui des affaires. «J’avais à marier mes idées entrepreneuriales à la vocation communautaire du Patro. Il est passé du communautaire au monde de l’économie sociale où on a les mêmes préoccupations et défis qu’un entrepreneur, mais avec des valeurs branchées sur la communauté et les citoyens», explique-t-il.

Ainsi, le Patro se devait de devenir un collaborateur auprès des organisations communautaires, des citoyens et du monde des affaires lévisien, un pari qui a été payant aux yeux de celui qui quittera l’organisation à la fin septembre. «En 2015, lorsqu’on a gagné aux Pléiades le prix Entreprise d’économie sociale de l’année, ça a été le ciment de notre nouvelle vision. C’est comme si on venait démontrer devant les gens d’affaires que le Patro avait réussi à se démarquer», soutient Pascal Brulotte.

Des réussites à la tonne

Pour le Lévisien, une foule de projets sous sa gouverne ont été marquants dans son parcours. Notamment, le Patro 2.0, la nouvelle image de marque de l’organisation dévoilée en 2014.

Il se souvient aussi de l’acquisition et l’aménagement de la chapelle qui a permis d’ouvrir encore plus les portes du Patro de Lévis à sa communauté. «On donnait la chance aux organismes, aux entreprises et aux citoyens d’avoir accès à une salle vraiment intéressante. Ça attirait des gens qui connaissaient moins le Patro et ça leur permettait de le découvrir d’une autre façon», partage-t-il.

Il souligne également l’association avec l’entreprise Jambette, pour le Lab aventure, ainsi que la toute nouvelle planification stratégique qui a été réfléchie et conçue pendant la pandémie.

Un passage marqué

«Ce sont les employés qui sont les artisans du travail au Patro, je n’étais que celui qui mettait tout ça ensemble pour que ça fonctionne. Si l’équipe n’était pas là, il n’y a rien qui tiendrait, soutient humblement Pascal Brulotte. On aime partir quand la maison est propre. Dans les dernières années, j’ai eu quelques opportunités, mais il y avait toujours un petit projet qui me retenait. Au courant de la dernière année, j’avais cette envie-là que la journée où je partirais tout ne s’arrête pas. Je n’ai pas peur pour la suite du Patro parce que la relève est là.»

Au cours de son mandat, M. Brulotte a toujours misé sur le travail d’équipe et l’implication de celle-ci dans le projet qu’est le Patro de Lévis, sans oublier l’apport important des nombreux bénévoles au sein de l’organisation lévisienne.

Pour le directeur général sortant, la mission du Patro de Lévis devra toujours comporter une dimension humaine, mais la prise de risques est également nécessaire pour faire grandir l’organisation.

«On donne beaucoup au Patro, mais on en retire beaucoup aussi. Comme organisation, on a gagné notre pari en se mettant dans le trafic. On a démontré que ce n’est pas parce qu’on est un organisme communautaire qu’on n’a pas d’affaire dans le monde entrepreneurial.»

À quelques semaines de son départ, Pascal Brulotte est certain que le Patro de Lévis continuera de rayonner dans la communauté lévisienne et il part avec le sentiment du devoir accompli.

«Je pense que si on a des gens engagés qui sont capables de faire face au changement et qui se sentent capables d’anticiper les tendances et les besoins, on va avoir un Patro qui est encore vivant dans 100 ans, je suis convaincu de ça», termine-t-il.

Les plus lus

De nouveaux locaux à la hauteur de la demande

L’inauguration des nouvelles installations du comptoir alimentaire le Grenier, situé au sous-sol de l’église Christ-Roi, a eu lieu en présence du président du conseil d’administration de l’organisation, Yvon Gosselin, des coprésidents d’honneur de la campagne de financement, René Bégin, président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis, et Gilles Lehouilier, maire sortant de L...

Nouveau défi sportif pour la Fondation Ancrage Jeunesse

La Fondation Ancrage Jeunesse a joint ses forces avec la Fondation Jeunesse du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) ainsi qu'avec le Gym Facteur 23 afin de créer un événement sportif à Lévis. L’activité a pour but d’amasser des fonds pour aider et soutenir les jeunes qui sont suivis par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Le Défi Facteur...

Un nouveau service pour les aînés offert par les Lions

Le Club Lions Saint-Étienne/Saint-Nicolas/Saint-Rédempteur a inauguré son tout nouveau vélo-calèche, le 23 septembre dernier. Ce nouveau moyen de transport permettra d’offrir des balades à vélo aux résidents de résidences pour aînés du territoire couvert par le club.

Webinaire gratuit sur le stress des femmes

Quatre centres-femmes de la Chaudière-Appalaches, dont le Centre-Femmes l’Ancrage de Lévis, se sont unis pour offrir une conférence virtuelle gratuite de Sonia Lupien, spécialiste du stress, le 29 septembre de 13h30 à 15h.

Un périple cycliste et généreux couronné de succès

C’est du 23 août au 1er septembre que les Lévisiens Ghyslain Bergeron, Richard Carrier, Jean-Yves Goineau et Yvan Laurin ont réalisé le Défi Vélo Gaspésie au profit de la Maison de soins palliatifs du Littoral (MSPL). Leur randonnée cycliste de 600 kilomètres entre Kamouraska et Percé a finalement permis de récolter plus de 15 000 $ pour l’organisme lévisien.

Plus de 131 000 $ amassés pour l’Hôtel-Dieu de Lévis

La 10e édition du RAID Banque Nationale qui s’est déroulé le 11 septembre dernier a permis de recueillir 131 760 $. Cette somme permettra d’augmenter le nombre d’interventions chirurgicales réalisées sur le territoire lévisien. Depuis 2010, le RAID Banque Nationale a versé un montant total de 1 271 030 $ au centre hospitalier.

Une onde de nouveautés à la CDC

Lors de son assemblée générale annuelle du 16 septembre, la Corporation de développement communautaire (CDC) de Lévis a présenté sa nouvelle image de marque ainsi que son nouveau site Web.

Une tournée pour bien s’adapter

Le président de la Fédération de l’âge d’or du Québec – Régions de Québec et Chaudière-Appalaches (FADOQ), Guy Bonneau, et le directeur général de l’organisation, Michel Beaumont, mènent actuellement une tournée auprès des dirigeants des sections locales. Avec ces rencontres qui ont notamment eu lieu dans Lotbinière et à Lévis, MM. Bonneau et Beaumont veulent bien outiller les artisans de la FADOQ...

«C’est assez! L’amour ne tue pas!»

À la mémoire des 16 femmes et des 2 enfants qui ont perdu la vie en 2021 dans un contexte de violence conjugale et pour dénoncer les violences faites aux femmes, plusieurs groupes de femmes de la Chaudière-Appalaches se sont rassemblés le 6 octobre devant les bureaux du député de Lévis, François Paradis.

Des actions locales pour contrer la «glissade de l’été»

Les Partenaires pour la réussite éducative en Chaudière-Appalaches (PRÉCA) ont achevé le premier volet de la stratégie régionale concertée pour contrer la «glissade de l’été» sur leur territoire, le 30 août dernier. Ce sont une quarantaine de municipalités qui ont participé à l’initiative et 2 312 enfants de la région qui en ont bénéficié.