Avec l’utilisation de la couleur verte dans son logo, la Ressourcerie veut également démontrer son impact positif pour l’environnement. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

C’est lors de l’ouverture de sa deuxième succursale, sur l’avenue Taniata à Saint-Romuald, que la Ressourcerie de Lévis a dévoilé, le 14 novembre, sa nouvelle image de marque. Cette dernière permettra, entre autres, de briser certains mythes entourant l’entreprise d’économie sociale qui remet en valeur des matières usagées qu’elle récupère auprès des particuliers.

En effet, malgré sa présence dans le paysage lévisien depuis une quinzaine d’années, la Ressourcerie est souvent confondue avec un service d’entraide qui soutient les personnes défavorisées de la région. 

Même si elle appuie des organismes lévisiens de ce type, l’entreprise d’économie sociale vend plutôt des matières usagées (vêtements, meubles, électroménagers, jouets, articles de décoration et antiquités) données par les citoyens ainsi que certains produits neufs ou de consommation (fin de ligne, déclassés ou près de la date de péremption) à plusieurs clientèles.

Le nouveau slogan, Recueillir, inspirer, recommencer, et le nouveau logotype de la Ressourcerie avec des flèches qui représentent le don et l’acquisition, qui prennent vie dans le cadre d’une campagne publicitaire, visent justement à bien illustrer la mission de l’entreprise, ses valeurs et les gens qui la font vivre.

«On met l’humain au cœur du concept, les gens qui donnent et les gens qui achètent ainsi que nos employés qui permettent ce lien», a souligné Isabelle Cloutier, responsable marketing de l’entreprise lévisienne.

Étape d’un plan méticuleux

Ce nouveau positionnement marketing était l’un des projets que la Ressourcerie désirait mettre en place dans le cadre de son plan stratégique 2015-2020. Rappelons qu’il y a seulement cinq ans, la situation de l’entreprise d’économie sociale était précaire.

Mais grâce à cette vision stratégique et une meilleure structuration du conseil d’administration qui mise depuis sur des comités de travail, les dirigeants de la Ressourcerie ont pu renverser la vapeur. L’entreprise, récipiendaire du prix Essor lors du dernier gala reconnaissance de la Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches, est rentable depuis 2014 et tous les projets prévus au plan stratégique 2015-2020, dont également l’ouverture d’une deuxième succursale, sont déjà réalisés.

«Nous avons augmenté notre nombre de cloches et nous avons ajouté un camion, ce qui a permis de sécuriser et d’augmenter le tonnage de matières usagées qui nous sont données. En 2013, nous récoltions environ 500 tonnes alors qu’en 2017, nous avons récupéré 947 tonnes», a notamment partagé Christian Milette, le directeur général de l’entreprise.

Poursuivre sur la lancée

Si Christian Milette et les membres du conseil d’administration travaillent à l’ébauche d’un nouveau plan pour les prochaines années, l’entreprise a déjà une petite idée des projets qu’elle caresse, ce qui a notamment été pris en compte lors de l’élaboration de la nouvelle image de marque «plus exportable».

La Ressourcerie désire s’attaquer à de nouveaux marchés, sur la Rive-Nord et ailleurs en Chaudière-Appalaches. Pour ce faire, dans la région, l’entreprise lévisienne espère se rapprocher d’autres ressourceries.

Dans le but de soutenir principalement les services d’entraide de Lévis, la Ressourcerie entend créer une fondation, à laquelle elle pourrait remettre ses surplus financiers.

«On voudrait la financer à la hauteur de 700 000 $ à 800 000 $ afin qu’elle s’autofinance et que la fondation puisse donner 100 000 $ par année. Nous croyons que la Ressourcerie pourrait mettre 75 000 $ à 100 000 $ pour la financer. Il y aurait ensuite une recherche d’autres partenaires financiers. À l’heure actuelle, ce serait les services d’entraide qui en bénéficieraient. Nous ne voulons pas arriver avec un modèle tout fait. Il y aura une gouvernance indépendante de nous et ce sera les organismes communautaires bénéficiaires qui détermineront les critères de sélection pour les dons», a expliqué M. Milette.

Parmi ses autres projets futurs, la Ressourcerie évalue la possibilité d’effectuer du défibrage de textiles afin de maximiser la récupération des milliers de livres de vêtements qu’elle reçoit, la vente de matières par poids (vraisemblablement de vêtements) ainsi que la vente en ligne (par des boîtes standard d’objets).

Les plus lus

Coco Frutti ouvre ses portes à Lévis

C’est à Lévis que Coco Frutti a choisi d’inaugurer la 20e succursale de la jeune chaîne, le 15 juillet dernier.

Le Tigre Géant débarque à Lévis

C’est dans les anciens locaux du mail des Galeries du Vieux-Fort que le premier commerce Tigre Géant à s’installer à Lévis ouvrira ses portes samedi, le 27 juillet.

Rose Noire Boutique s’installe dans le Vieux-Lévis

Ensemble depuis quatre ans, le jeune couple formé de Mathieu Guay et de Jimena Hernandez a choisi de faire de sa passion un métier, en ouvrant sa propre boutique de vêtements sur la côte du Passage.

Un atelier pour camions lourds à Bellechasse dès l’automne

L’entreprise Pro-Diesel, qui se spécialise en mécanique diesel de camions, ouvrira un tout nouvel atelier de mécanique générale et spécialisée pour camions lourds dans le parc industriel de Saint-Anselme, en septembre prochain.

Le Centre Camion Lévis inauguré

Le Centre Camion Lévis, division de Garage H-Ls. Bégin de Saint-Georges-de-Beauce, a inauguré, en juin, ses nouveaux locaux situés au 57, rue John-A.-Scott à Breakeyville, lors d’un méchoui en compagnie de clients, employés et partenaires.

Recyclage : la Société Via augmente ses tarifs

Important centre de tri situé à Lévis, la Société Via se voit forcée d’augmenter considérablement ses tarifs pour retrouver l’équilibre budgétaire.

Une philosophie derrière ces paniers de produits locaux

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

Le Chantier Davie pourrait avoir ce qu’il réclame

Le gouvernement fédéral a annoncé le renouvellement de six brise-glaces afin de remplacer la flotte vieillissante de la Garde Côtière, le 2 août. De plus, le fédéral a ouvert une ronde de qualifications afin qu’un troisième chantier maritime joigne la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), une opportunité que le Chantier Davie saisira sans faute.

L’immigration, remède au manque de personnel

C’est bien connu, la pénurie de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches, et plus largement au Québec, est une situation qui s’est généralisé au cours des dernières années dans plusieurs domaines d’activité professionnelle. Le vieillissement de la population, mélangé à la glorification de la spécialisation de l’emploi et au recul des métiers de terrain créent des problèmes d’embauche dans des commerce...

Une entrepreneure lévisienne se démarque

C’est le 12 juin qu’avait lieu le 21e Gala des Grands Prix Desjardins du Défi OSEntreprendre au Palais Montcalm de Québec. Deux projets de la Chaudière-Appalaches ont rayonné lors de la conclusion provinciale du concours entrepreneurial, dont celui de la Lévisienne Leattytia Badibanga.