Kevin Pelletier, Patrick Morin et Dave Ricard sont les hommes derrière la Distillerie des Appalaches. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

La vague des microdistilleries qui frappe le Québec depuis quelques mois touche également Lévis. La Distillerie des Appalaches a lancé ses opérations dans le parc industriel de Lauzon.

C’est grâce à une association conclue il y a un an entre Dave Ricard, gestionnaire et stratège, Kevin Pelletier, un expert dans la transformation et l’exportation du sirop d’érable, et Patrick Morin, maître distillateur possédant une formation en sciences des aliments, que le projet a pu voirle jour.

«Nous avons une volonté de faire mieux. Il y a beaucoup d’alcools intéressants qui ont poussé au Québec et certaines entreprises ont pavé la route pour favoriser la croissance. Nous sentions qu’il y avait encore un tour de roue à faire quand on regarde ce qui se passe ailleurs dans le monde, en Europe et aux États-Unis», a expliqué Dave Ricard, sur l’origine du projet.

La Distillerie des Appalaches a récemment obtenu son permis de fabricant de la Régie des alcools, des courses et des jeux, document nécessaire pour pouvoir amorcer de la distillation au niveau commercial. D’ailleurs, le premier lot de son gin est en production. Également, la Société des alcools du Québec (SAQ) vendra, dès juillet, des produits de la microdistillerie lévisienne.

Produits uniques

 Déjà, les associés derrière la Distillerie des Appalaches prévoient la production de deux produits «du grain à la bouteille», soit en utilisant des produits d’ici pour le transformer en alcool.
Dans un premier temps, l’entreprise lévisienne veut lancer sur le marché un gin, le Kepler premium gin. Ensuite, misant sur l’expertise de Kevin Pelletier dans l’industrie acéricole, les propriétaires de la Distillerie des Appalaches veulent vendre un rhum d’érable.

«Notre objectif, ce serait d’avoir notre Kepler gin sur les tablettes de la SAQ cet été. Cet alcool aura sa propre personnalité grâce à l’utilisation de grains d’ici. Il sera également distillé quatre fois. En ce qui a trait aux aromates, ce sera un profil plus fruité, qui devrait plaire au grand public, avec l’utilisation de canneberges, de bleuets et de thé du Labrador», a partagé M. Ricard.

Et si la Distillerie des Appalaches en est à ses premiers balbutiements, ses propriétaires ont déjà un plan de match bien défini pour permettre l’expansion de leur entreprise. En plus de la création désirée d’un whisky québécois, les artisans lévisiens désirent créer des «versions plus élaborées» de leur gin et de leur rhum d’érable. Sur une note plus touristique, ils désirent aussi proposer aux visiteurs de leur distillerie de Lauzon des dégustations et des visites. 

«Nous voulons autant nous développer à l’horizontale qu’à la verticale. Nous avons deux marques très fortes avec le rhum d’érable et le gin. Nous voulons rajouter des produits pour ces marques. Nous pouvons parler de prêt-à-boire, du gin vieilli ou des versions plus élaborées», a conclu M. Ricard.

Les plus lus

Une trentaine de spécialistes souhaités au Complexe Santé Lévis-Les Rivières en 2021

Medway, qui gère trois complexes médicaux à Lévis, annonce deux nouveaux investissements sur le territoire. Le groupe agrandira le Complexe Santé Lévis-Les Rivières pour 10 M$. L’entreprise lévisienne s’est aussi portée acquéreur des murs et du terrain de la Clinique médicale Lévis-Métro.

Une entreprise lévisienne masque le premier ministre

Isabelle Senay et son équipe ont été mises sous les projecteurs le 18 mai dernier lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir lors de son point de presse quotidien que le masque qu’il arborait provenait de l’entreprise lévisienne Ruban et bouton.

Les services funéraires perturbés par la COVID-19

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Des commerçants envahis par les consommateurs

Comme dans d’autres régions du Québec, les commerçants lévisiens offrant des produits permettant aux gens du Grand Lévis de profiter de l’extérieur sont pris d’assaut par de nombreux consommateurs. Particulièrement la fin de semaine, de longues files d’attente peuvent être observées.

Primes pour les employés de résidences pour aînés : la CSN déplore le comportement du Groupe Sélection

Par voie de communiqué, plusieurs dirigeants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont déploré, le 21 mai, que le Groupe Sélection «a choisi à ce jour de ne pas verser les montants rétroactifs au 15 mars» à ses employés alors que «plusieurs employeurs du secteur privé ont accepté de verser des primes à leurs employés des résidences pour personnes âgées pour la durée de la crise de la C...

Réseau Emplois 50 ans + annulé

En raison de la crise de la COVID-19 toujours en cours et des directives sanitaires en vigueur, APE Services d’aide à l’emploi a annoncé, le 30 avril, l’annulation de Réseau Emplois 50 ans +.

La COVID-19 influence les résultats financiers de Desjardins

Le Mouvement Desjardins a présenté, le 13 mai, ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2020. Une baisse des excédents est survenue, provoquée par la crise économique causée par la pandémie de la COVID-19.

Le taux de chômage explose dans la région

La crise de la COVID-19 continue d’être dommageable pour l’économie. Selon les dernières estimations que l’on peut retrouver dans l’Enquête sur la population active (EPA) du mois d’avril de Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont fait partie de Lévis, a atteint 9,5 % au mois d’avril.

Un retour aux affairesqui se déroule bien

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.

Agriculture : Sollio s'attend à un programme d'aide «mieux adapté à la réalité»

Si Sollio Groupe Coopératif est heureux «du premier pas» de 252 M$ consenti par Ottawa afin d'aider le secteur agroalimentaire face à la crise de la COVID-19, il estime toutefois que le gouvernement fédéral doit en faire davantage afin de limiter «les multiples impacts» pour cette industrie.