Marie-Odile Haince-LeBel a fondé son studio de danse en 2005. CRÉDIT : KARINE LÉVESQUE SENSIMAGE

Aux côtés de la danseuse, une femme d’affaires a grandi. Un jour, la passion de Marie-Odile Haince-LeBel a croisé la voie de l’entrepreneuriat. Ce qui était un projet d’école est devenu un studio de danse urbaine de renommée internationale. À l’aube de ses 15 ans, District.Mao possède un palmarès digne des plus grands champions.

Marie-Odile Haince-LeBel n’avait que sept dollars en poche quand elle a demandé un prêt pour créer son propre studio de danse. Elle espérait que le banquier assis en face d’elle ne s’arrête pas au montant à un chiffre qu’affichait son compte en banque.

C’est après avoir obtenu 100 % à un devoir en entrepreneuriat que l’étudiante de 19 ans au Cégep Limoilou se dit que la fiction pourrait devenir une réalité. Son plan d’affaires en main, le crédit accordé, un local trouvé, Marie-Odile Haince-LeBel démarre en 2005 avec 70 élèves et 4 enseignants.

District.Mao était né. La chorégraphe et directrice artistique a partagé l’histoire du studio de danse lévisien à la communauté d’affaires lors de l’Activité au féminin Femmessor de la Chambre de commerce de Lévis, le 25 avril.

«Si on lit mon plan d’affaires, ce n’est pas vraiment ce qui est arrivé dans les premières années. On a commencé très petit. J’étais un peu connu dans le milieu et dès le départ, on a eu de très bonnes danseuses. Ça nous a aidés à faire des spectacles et nous faire connaitre», raconte Marie-Odile Haince-LeBel.

Les trois premières années, la jeune entrepreneure se crée une bulle et travaille avec acharnement, sept jours sur sept, afin de bâtir de solides fondations à son école. Elle mise sur une originalité doublée d’une maîtrise technique à son plus haut niveau.

«Je voulais qu’on ait un style unique. C’est vraiment long avant d’avoir une image de marque solide. C’est facile d’être la copie de la copie. Mais tu ne peux pas te rendre loin comme ça», constate celle qui avoue être très exigeante et perfectionniste. Car, pour Marie-Odile Haince-LeBel, le succès repose sur le soin apporté aux détails.

Savoir bien s’entourer

Pour tenir le rythme, rien de moins important que d’être bien entourée. «Je me suis rendue compte que j’avais de très bons danseurs autour de moi, dont une élève très forte et avec une drive incroyable. Parfois, je vois des entrepreneurs qui ont des gens à côté d’eux, mais qui ont de la misère à les mettre en lumière. Pourtant, c’est très important», souligne Marie-Odile Haince-LeBel.

Pour parvenir à faire ce qu’elle veut, l’entrepreneure confie d’autres tâches aux personnes qui peuvent les accomplir. C’est ainsi que Caroline Lemieux, aujourd’hui directrice de District.Mao, devient celle que Marie-Odile Haince-LeBel appelle son «bras droit». Présente à l’ouverture du studio, elle y enseigne depuis 2008, puis collabore avec la chorégraphe et, son baccalauréat en administration des affaires obtenu, entre à la direction de l’école.

Ensemble, elles ont donné naissance en 2016 à une nouvelle division de l’entreprise, DM Productions, qui gère les audition, les contrats professionnels et artistiques.

«On a refusé beaucoup de choses pour rester connectées à nos valeurs», lancent-elles. On ne veut pas être obligées d’être déshabillées dans un vidéoclip. On a tenu notre bout et on a lâché des projets, parce que ça ne respectait pas nos valeurs.» 

Jeune danseuse, Marie-Odile Haince-LeBel se rappelle le malaise de danser «en petit top» et les comparaisons entre les filles. Se respecter soi-même pour les deux professionnelles, c’est avant tout mettre en lumière le talent et le travail, non la tenue ou l’apparence.

Les plus lus

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

L'Entre-Côte Riverin ouvre ses portes à Saint-Romuald

Le restaurant Entre-Côte Riverin de Saint-Romuald, un établissement du Groupe D Resto, ouvre ses portes aujourd'hui.

Nouveaux propriétaires pour les Portes du Québec

Stéphanie Poitras et son conjoint Simon Lachance ont acquis, le 1er octobre, les Portes du Québec, une entreprise lévisienne spécialisée dans la vente, l’installation et la réparation de portes de garage Garaga.

Celco fermera ses portes

Selon ce que rapporte Radio-Canada, l'usine de portes Celco, propriété de la multinationale Masonite située dans le parc industriel de Saint-Romuald, fermera ses portes. 60 personnes perdront leur emploi au cours des prochains mois en raison de cette décision.

Lévis se distingue au gala des prix Nobilis

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) – région de Québec, a dévoilé, le 28 novembre, les 21 projets lauréats d’un Prix Nobilis 2019, dans le cadre de la 33e édition de son gala, célébrant l’excellence en habitation sur le territoire de l’APCHQ - région de Québec. Plusieurs projets réalisés par des entrepreneurs lévisiens ou à Lévis ont été honorés...

Un centre d’entraînement dans le quartier Miscéo

Gym Facteur 23 a officiellement ouvert ses portes le 14 décembre dernier.

La semaine de la Poutine bientôt de retour

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la huitième édition de La semaine de la Poutine (Poutine Week). 96 établissements de la grande région de Québec prendront part à la compétition culinaire amicale, dont plusieurs de Lévis.

Un nouveau chef à L’intimiste

Martin Patry, propriétaire du restaurant L’intimiste, a annoncé, le 27 janvier, la venue d’un nouveau chef à son restaurant. Depuis les dernières semaines, Guillaume Mundviller (sur la photo) est à la barre des cuisines de l’établissement du Vieux-Lévis.