CRÉDIT:COURTOISIE

La Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches (TRÉSCA) a lancé un nouvel incubateur d’entreprises collectives destiné aux jeunes, dévoilé sa nouvelle image et invité les entreprises de la région à signer la déclaration «L’économie sociale, j’achète!» lors de son assemblée générale annuelle, le 28 mai dernier.

De pair avec ses nouveaux projets, la TRÉSCA a revampé son image et son site Internet. Son site Internet permet désormais une navigation plus simple et intuitive pour l’utilisateur.

De plus, son assemblée générale annuelle lui a permis de présenter une nouveauté mise en place par l’organisme, qui vient en aide et promeut les entreprises d’économie sociale. Cet ajout s’appelle Sismic, un incubateur d’entreprises collectives destiné aux jeunes de 18 à 29 ans. Mis en place avec l’aide du Chantier de l’économie sociale, Sismic fait partie des 19 incubateurs actifs sur le territoire québécois, tous regroupés sous le même nom. 

Cet incubateur est un parcours d’idéation et d’incubation d’entreprises collectives offert aux jeunes qui ont le goût d’entreprendre dans le milieu collectif. Il offre un accompagnement et des ateliers de formation afin de développer les connaissances des rouages de l’économie sociale et de structurer des projets entrepreneuriaux basés sur ce modèle.

«L’économie sociale, j’achète!»

De plus, la TRÉSCA s’est alliée avec le Pôle des entreprises d’économie sociale de la région de la Capitale-Nationale afin de mettre de l’avant la déclaration «L’économie sociale, j’achète!», que 30 entreprises des régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale ont choisi de signer. De Lévis, on compte parmi les signataires, la Ville de Lévis et Teknion.

Cette déclaration cherche à favoriser le maillage entre les acheteurs et offreurs en économie sociale. Les entreprises qui ont choisi de prendre part à ce mouvement s’engagent à considérer les entreprises d’économie sociale en tant que fournisseurs pour leurs approvisionnements dans le but de faire rayonner ce modèle entrepreneurial.

Les plus lus

Coco Frutti ouvre ses portes à Lévis

C’est à Lévis que Coco Frutti a choisi d’inaugurer la 20e succursale de la jeune chaîne, le 15 juillet dernier.

Le Tigre Géant débarque à Lévis

C’est dans les anciens locaux du mail des Galeries du Vieux-Fort que le premier commerce Tigre Géant à s’installer à Lévis ouvrira ses portes samedi, le 27 juillet.

Rose Noire Boutique s’installe dans le Vieux-Lévis

Ensemble depuis quatre ans, le jeune couple formé de Mathieu Guay et de Jimena Hernandez a choisi de faire de sa passion un métier, en ouvrant sa propre boutique de vêtements sur la côte du Passage.

Un atelier pour camions lourds à Bellechasse dès l’automne

L’entreprise Pro-Diesel, qui se spécialise en mécanique diesel de camions, ouvrira un tout nouvel atelier de mécanique générale et spécialisée pour camions lourds dans le parc industriel de Saint-Anselme, en septembre prochain.

Le Centre Camion Lévis inauguré

Le Centre Camion Lévis, division de Garage H-Ls. Bégin de Saint-Georges-de-Beauce, a inauguré, en juin, ses nouveaux locaux situés au 57, rue John-A.-Scott à Breakeyville, lors d’un méchoui en compagnie de clients, employés et partenaires.

Recyclage : la Société Via augmente ses tarifs

Important centre de tri situé à Lévis, la Société Via se voit forcée d’augmenter considérablement ses tarifs pour retrouver l’équilibre budgétaire.

Le Chantier Davie pourrait avoir ce qu’il réclame

Le gouvernement fédéral a annoncé le renouvellement de six brise-glaces afin de remplacer la flotte vieillissante de la Garde Côtière, le 2 août. De plus, le fédéral a ouvert une ronde de qualifications afin qu’un troisième chantier maritime joigne la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), une opportunité que le Chantier Davie saisira sans faute.

Une philosophie derrière ces paniers de produits locaux

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

L’immigration, remède au manque de personnel

C’est bien connu, la pénurie de main-d’œuvre en Chaudière-Appalaches, et plus largement au Québec, est une situation qui s’est généralisé au cours des dernières années dans plusieurs domaines d’activité professionnelle. Le vieillissement de la population, mélangé à la glorification de la spécialisation de l’emploi et au recul des métiers de terrain créent des problèmes d’embauche dans des commerce...

La Cache aux TrésArts s’établit sur l’avenue Bégin

La galerie d’art et boutique de cadeaux, créée par Manon Cadorette et Martin, réunit des artistes et des artisans québécois, principalement de la Chaudière-Appalaches. Peinture, bijoux, artisanat, vitrail, travail sur bois, des œuvres de différents styles sont exposées.